Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 4
  • 0

Sumatra – La danse des 1000 mains du peuple Gayo

Le Saman est une danse traditionnelle d’Indonésie, plus communément connue sous le nom de « danse des mille mains ». Elle fait partie du patrimoine culturel des Gayo, groupe ethnique vivant dans les hautes terres de la province de Aceh, sur l’ile de Sumatra. La danse Saman a été inscrite au patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2011.

danse mille mainsdanse mille mains
Danse 1000 mains ,capture écran festival Europalia Belgique 2017-2018
Écrit par Odyl Devaux-Zeller
Publié le 27 novembre 2023, mis à jour le 30 novembre 2023

 

Cette danse se pratique en ligne, les danseurs sont à genoux, la musique est faite de percussions corporelles. Les danseurs frappent dans leurs mains, frappent aussi leur poitrine, leurs cuisses et sur le sol en rythme.

 

L'origine de la danse 

L'histoire du Saman commence au XIVᵉ siècle quand Syekh Saman, un religieux érudit, crée cette danse. Il s’inspire alors des anciennes danses malaises. À ses débuts, cette danse était un simple jeu folklorique, "le Pok Ane". Voyant le grand intérêt du public pour ce jeu, Syekh Saman y insère des poèmes de louange au Seigneur de toutes les créatures, à savoir Allah, le tout en harmonie avec le mouvement du Pok Ane. Des versets ont ensuite été ajoutés, accompagnés des applaudissements à l’unisson des danseurs. La danse est alors passée d'un jeu folklorique à un moyen de communication.

 

Chant et danse un moyen de se faire entendre

Durant l'apogée du sultanat d'Aceh au XVIᵉ siècle, cette danse n'était exécutée que dans les mosquées lors d'événements religieux, tel que l'anniversaire du prophète Mohamet. Puis le Saman a commencé à se pratiquer lors de fêtes nationales ou familiales comme les mariages, les circoncisions, les arts, etc.

 

Une de ses finalités est de créer des relations entre les différents villages qui s’invitent mutuellement à l’occasion de ces spectacles. Le Saman transmet des messages, il est le reflet de l'éducation, la religion, les mœurs, l'héroïsme, les coutumes locales, la cohésion et l'unité. La danse Saman est connue comme l'un des arts de la danse islamique.

 

Festival Europalia, danse Saman des 1000 mains

Organisation de la danse

Il est d’usage qu’un chef traditionnel, appelé cheikh, représentant la communauté locale, donne des conseils aux danseurs et aux spectateurs en préambule du Saman. Son rôle est ensuite de réguler les mouvements des danseurs, il est également chargé de chanter les couplets du chant Saman, à savoir le ganit.

Le Saman est dansé par plusieurs dizaines, voire centaines de jeunes hommes et jeunes femmes dont le nombre doit être impair. A son origine, cette danse n'était exécutée que par des hommes, les femmes n'étant alors pas autorisées à balancer leur corps. De nos jours, les danseurs sont mixtes et portent les vêtements traditionnels d’Aceh, généralement de couleurs vives. Le chant des danseurs ajoute à la dynamique de la danse. Les chants et les paroles sont en langue Gayo.

 

5 types de chants

Le Rengum, initié par le meneur.

Le Dering, qui est le rengum immédiatement suivi par tous les danseurs.

Le Redet, qui est une courte chanson chantée par un danseur au milieu de la danse.

Le Sheikh, qui est une chanson annonçant habituellement un changement de

Enfin le Saur, répété par l’ensemble des danseurs après avoir été chantée par un danseur solo.

 

2 mouvements : le claquement de mains et le claquement de poitrine.

La danse commence par une salutation où les danseurs ont les mains croisées sur la poitrine et se mettent lentement à genoux, s’asseyant sur leurs talons.

Durant le Saman, la synchronisation des mouvements du corps et de la main doit être parfaite. Une alternance de tapotement de la poitrine, des cuisses et d’applaudissement des mains grondent sur la scène. Le rythme s’accélère progressivement, le tout accompagné de chants poétiques. Les corps se lèvent en quinconce, s’inclinent en avant, en arrière, sur les côtés, les têtes tournent de gauche à droite, de haut en bas. Le rythme est combiné avec le chant de la poésie.

La danse se termine lorsque les danseurs sont en position semi debout, les mains en coupe devant la poitrine, comme une offrande au public. Les danseurs reprennent leur position de départ, assis sur les talons, les mains posées sur les cuisses.  

 

Un mouvement, une symbolique

Chaque mouvement de danse Saman a une signification qui symbolise les valeurs des enseignements islamiques. Par exemple, le mouvement que les danseurs font en plaçant une main sur la poitrine a le sens de l'humilité en tant que serviteur obéissant à Allah. Outre le mouvement, la récitation des poèmes exécutée par les danseurs révèle une très haute valeur philosophique.

 

Le gouvernement colonial néerlandais avait interdit la danse Saman. À cette époque, la danse Saman était aussi utilisée par les combattants d'Aceh afin de promouvoir la résistance.

Dans chaque village de la province de Gayo Lues, il existe plusieurs groupes de danse Saman. Sa pratique se transmet de génération en génération. En 1974, la danse Saman est redécouverte par l’Indonésie lors de l’ouverture du parc Taman Mini. A l’occasion du festival Europalia en Belgique en 2017 et 2018, l’Indonésie était le pays à l'honneur. Une troupe de danseurs Suman y a donné de nombreuses représentations. En 2018, la cérémonie d’ouverture des Jeux Asiatiques remet une nouvelle fois la danse Saman sur le devant de la scène.

Ouverture des jeux asiatiques 2018, danse saman avec 4.000 danseurs. Impressionnant!

 

Depuis, de nombreux studios de danse proposent des cours de danse saman. Alors, prêt pour essayer ?

Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

© lepetitjournal.com 2024