TEST: 2263

Arnaud Brival, écologiste marin, au secours des Raja Ampat

Par Marie Pinot Liebert | Publié le 13/02/2022 à 21:39 | Mis à jour le 13/02/2022 à 21:39
Arnaud Brival tenant du corail dans ses mains

Arnaud Brival est le fondateur de The SEA People, une ONG de terrain qui lutte pour que les Raja Ampat demeurent le sanctuaire mondial du corail. Son association se concentre sur le développement des compétences des communautés locales afin qu’ils acquièrent les techniques et la compréhension nécessaires à la gestion, la protection et la valorisation des ressources marines.

 

Qu’est-ce qui vous a amené en Indonésie ?

J’ai grandi sur les bords de la mer méditerranée. Passionné de pêche et de documentaires animaliers comme ceux de Cousteau, j’ai eu la chance de savoir exactement ce que je voulais faire depuis l’âge de 5 ans. Je me suis donc dirigé vers un bachelor en Écologie Marine et un master de recherche en gestion environnementale à St Andrews en Ecosse. Après mes études, j’ai fait une formation de terrain en Indonésie et j’ai découvert les Raja Ampat en 2014. Je suis tombé amoureux des gens, de leur mode de vie et de la proximité avec la nature. Après un court passage à Oman pour me former à la plongée, je suis revenu avec la volonté de convertir des pêcheurs en plongeurs afin d’améliorer leur niveau de vie et de réduire la pression de la pêche. C’est ici que j’ai rencontré ma compagne, Lynn, et nous avons géré ensemble un resort de plongée pendant quelques années.

 

Comment avez-vous créé The SEA People ?

En 2017, nous avons créé une première association, en collaboration avec le resort qui nous employait, mais le projet a échoué. En 2019, nous avons tout arrêté et recommencé à zéro, en créant cette fois-ci deux associations. Celle qui est basée en France est notre vitrine à l’international et nous permet de faire des levées de fonds ou de remonter nos expériences terrains au monde politique. Notre yayasan en Indonésie, association sans but lucratif, est gérée par des locaux qui se sont appropriés le projet, des pêcheurs que nous avions convertis en guides de plongée. Grâce à cette structure, nous pouvons opérer légalement, créer de l’emploi et obtenir des partenariats avec le gouvernement.

construction d'une structre pour corail
Construction d'une structure pour planter le corail.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos actions ?

“SEA” de The SEA People est l’anagramme de Science, Education and Awareness autrement dit Science, Education et Conscience. Ce sont les trois piliers sur lesquels nous établissons notre stratégie. Nous avons une approche éco-systémique ce qui veut dire que sur une problématique, nous allons identifier toutes les parties prenantes afin de créer des projets qui soient positifs pour tous, aussi bien du point de vue du gouvernement, que des touristes ou des pêcheurs.

corail implante 29 mois
Apres 29 mois, la vie reprend grâce aux structures implantées.

 

Le premier projet que nous développons est la restauration de récif, ou Yaf Keru qui signifie Jardin de Corail en papua. C'est un projet communautaire de restauration des récifs coralliens aux Raja Ampat. Ce projet vit grâce au crowdfunding qui nous permet de planter du corail mais aussi de faire émerger une prise de conscience en éduquant les populations locales et internationales sur l’écologie des récifs coralliens.

 

Le second projet, qui va de pair avec le premier, est la surveillance et le suivi de la gestion du parc marin ou Orang Laut (Sea People). Nous apprenons aux guides de plongée et aux pêcheurs à recenser la faune (les requins, les tortues et les raies…) et à signaler les anomalies comme la pêche dynamite ou du corail endommagé. Ce système innovant de rapports numériques transfère ensuite ces données directement aux autorités locales, et collecte de la data sur plus de 40 espèces. Cette même technologie va également servir aux autorités du parc marin afin de digitaliser leur système de reporting qui existe aujourd’hui sous format papier. Une petite révolution !

 

SEA poeple
Arnaud, Lynn et l'équipe de The SEA people

Quels sont les résultats de vos actions ?

Je vais vous donner un exemple concret. Grâce aux données récoltées dans Orang Laut, nous avons pu démontrer une corrélation entre le nombre de bateaux présents près des stations de nettoyage des mantas et la réduction du nombre de celles-ci. Cela nous a permis de créer un poste de ranger pour la surveillance et la régulation des plongées sur site de Manta Sandy.

Pour le corail, nous avons restauré plus d’un demi hectare cette année et nous avons comme objectif d’atteindre un hectare par an pour rentrer dans le top 10 des plus gros projets mondiaux.

 

Quels sont vos plans de développement ?

L’idée est de réduire petit à petit notre intervention sur les projets en cours pour les rendre totalement pérennes et autonomes. Ils ont ensuite vocation à être répliqués ailleurs, pourquoi pas en Polynésie, aux Caraïbes, ou même en Méditerranée !

 

Qu’attendez vous de la conférence “Des récifs et des hommes” que vous allez donner avec l’Indonesian Heritage Society le mercredi 23 février ?

Cette conférence correspond totalement aux “E” et au “A” de SEA People et donc à l’aspect éducation et sensibilisation de notre mission. Souvent, nous attendons beaucoup de la part des communautés locales sur leur changement d’habitude. Mais les touristes doivent également faire leur part du travail. Cette conférence va nous permettre de toucher ce public en plein cœur et, nous l'espérons, engendrer une prise de conscience. Enfin, si cette conférence permet aussi de générer de nouveaux dons ou une levée de fonds de la part d’une grande entreprise, ça sera la cerise sur le gâteau !

conference IHS arnaud brival

 

 

THE SEA PEOPLE

Site internet ,E-Mail : arnaud@theseapeople.org / lynn@theseapeople.org

Tel : +62 812 4840 7301

Si vous souhaitez aider SEA people 

 

Crédits photos : The SEA People

Marie Pinot Liebert

Marie Pinot Liebert

Experte en communication et gestion de projet, arrivée à Jakarta fin 2020 après une première expatriation aux EAU. Curieuse de découvrir l’Indonésie et de partager mes découvertes avec vous.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale