Rinjani 100 – les fondus du trail

Par Valérie Pivon | Publié le 08/05/2018 à 23:30 | Mis à jour le 12/02/2020 à 01:43
Photo : Mont Rinjani
Trail/Rinjani100/Lombok/Indonesie

Les trails, ces courses en montagne sont à la mode depuis quelques années en Europe. Cette folie du dépassement de soi est également présente en Indonésie. De nombreux trails sont organisés à travers l’archipel et ce week-end se courait justement le trail du mont Rinjani sur l’ile de Lombok. Les Français adeptes de ce sport sont venus nombreux avec 43 participants ce qui fait de la France la quatrième nation représentée sur cette course derrière l’Indonésie, la Chine et Singapour.

Plus de 1000 participants se sont alignés vendredi soir sur la ligne de départ prêts à disputer,  les 27, 36, 60 ou 100 kilomètres et à gravir des dénivelés vertigineux allant de 2700 à plus de 9000 mètres. Le départ se fait de nuit, et c’est munis de leurs équipements, bâtons, camelbak et lampe frontale, que les coureurs se lancent à l’assaut du volcan avec pour objectif de parcourir la distance choisie avant le cut off.

trail_rinjani_lombok_Indonesie

 

Mais qu’est ce qui les pousse à dépasser leurs limites ? 

Il faut pour pratiquer ce sport un entrainement adapté et un moral à toute épreuve car cette course est la plus difficile du circuit indonésien et permet d’obtenir des points pour participer l’Ultra Trail du mont Blanc à Chamonix, le graal pour ces fous de montagne. 

Lepetitjournal a rencontré plusieurs de nos compatriotes français venus de Jakarta, Bali, Singapour et Kuala Lumpur pour la course. 

Pour Manu venu de Jakarta " Le trail est encore un espace de liberté dans un monde de moins en moins permissif. Pas de limitation, pas de passages piétons, très peu de règles, pas de dress-code, pas d’infrastructures…le retour aux sources. Tout cela au milieu de dame nature, loin du bruit, de la pollution et du stress. Le trail c’est aussi un esprit, nous sommes seuls mais ensemble, respect, entraide, compassion dans une société de plus en plus individualiste, ces valeurs réchauffent le cœur. Tu es en perdition face à un mur et là tu croises un pote, un concurrent et une parole, un sourire, un geste te font repartir avec la rage de finir. Le trail c’est l’apprentissage de soi. Tu pleures, tu ris, tu souffres, tu te transcendes. Si vous avez l’occasion d’assister à une arrivée au sommet ou une fin de course, vous verrez les gens vrais. Quand tu t’entraines pendant des mois et des mois pour un objectif  et que tu passes des dizaines d’heures en course cela vaut toutes les psychanalyses du monde. Tu échoues, tu te relèves et tu repars, les bons jours tu y arrives, les très bons tu fais une perf ! À chaque fois tu découvres quelques choses en toi. Pour conclure je dirais que l’Indonésie est un pays béni des dieux pour ce sport. Des dizaines de sites les plus formidables les uns que les autres, de la chaleur, du dénivelé, de la piste, du sentier, de la forêt, de la mer… L’Indonésie est un des plus beaux terrains de jeux que je connaisse. "

Pour Gilles " le trail, c’est s’exonérer de toute contrainte pour faire face à soi même dans un environnement magique et sans cesse renouvelé. C’est souffrir pour repousser ses propres limites et trouver une immense satisfaction à atteindre ou dépasser un objectif sans enjeu matériel. "

Christian lui rajoute " qu'il ne faut pas oublier le goût de l'effort. Le défi physique mais aussi mental est passionnant. Pour ceux qui aiment tester et repousser leurs limites, le trail est une belle épreuve. C'est une épreuve individuelle, mais le faire avec des amis est absolument génial. Ferions nous tout cela avec autant de passion si nous le faisions seul? probablement pas."

Valery lui nous confie que " courir au cœur de paysages sublimes avec des amis apporte du charme à l'exercice. Rien ne remplace les rencontres aux points de ravitaillements avec les coureurs. "

Des exploits ont encore une fois été réalisés cette année.

Pour les 100 kilomètres avec 9166 mètres de dénivelé et un temps maximum de 36h, 27 coureurs ont terminé la course sur les 135 engagés.

Le Thaïlandais Phairat Varasin est le premier à avoir passé la ligne d’arrivée avec un temps de 22 h 37. Il a battu le record de 4h ! Sur la ligne d'arrivée, il a déclaré:

 Le Rinjani est la plus belle course que j’ai faite mais c’est dur, dur mais que c’est beau. 

La chinoise Weifei Xie est la première femme de l’histoire de l’ultra 100 a avoir terminé avec un temps de 27h 39 !

Pour les 60 kilomètres, c’est le Japonais Shingo Wanatabe qui a réussi à battre le record en parcourant les 5324 mètres de dénivelé en 14h33. La première femme est la Malaisienne Fookam Miew en 17h32.

Pour les 36 kilomètres avec 2761 mètres de dénivelé l’Ukrainien Mykailo Pavlik a fini en 6h35 et la Croate Blazevic Matejo en 8h18.

Enfin dans la catégorie du 27 km, Thomas Merret Australien a fini en 4h31, deux français remportent la deuxième et troisième place. L’Indienne Graceline Delfarona a terminé première femme avec un temps de 6h21.

Rinjani_Lombok_trail_indonesie
Français de Jakarta avant le départ

 

Sur le même sujet
Valerie Pivon

Valérie Pivon

Responsable éditoriale, expatriée depuis 16 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale