Une course virtuelle réunit 2400 coureurs à Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 05/12/2022 à 15:30 | Mis à jour le 06/12/2022 à 11:51
Photo : Jérôme (à gauche) et Jo (deuxième droite premier plan), en compagnie de leurs amis Photo@Jérôme de Clarens
coureurs et soutiens translantau

Du 28 octobre au 18 novembre avait lieu à Hong Kong l’une des courses les plus mythiques de Hong Kong, la Translantau passant par les plus beaux pics et paysages de l’île. Cette année, en raison des restrictions sanitaires, l’événement a eu lieu virtuellement grâce à un astucieux suivi par logiciel. Nous sommes allés à la rencontre de son organisateur, Clément Dumont, de Jérôme et de Jo qui ont tous les deux parcouru 100 kilomètres. Enquête au cœur du sport post-covid.

 

« La dixième édition de la course Translantau »

Clément, pourrais-tu nous parler de l’édition 2022 de la Translantau ?

TransLantau en est à sa 10ème édition et a rejoint l’UTMB World Series cette année. Ce circuit réunit les amateurs de trail de tous niveaux et les plus grandes stars du sport sur des événements repartis sur tous les continents. Les 32 événements répartis sur tous les continents constituent la première étape pour les coureurs souhaitant participer à l’UTMB Mont-Blanc et accéder ainsi aux UTMB World Series Finals à Chamonix. Translantau 2022 a réuni près de 2400 inscrits toutes distances confondues : 25km, 50km et 100km. 

Concernant les parcours virtuels proposés, comme cela fonctionne-t-il ?

Dues aux restrictions sanitaires liées au Covid-19 en place à Hong Kong, nous n'avions que le choix de proposer une alternative virtuelle pour l’édition 2022. Les coureurs prenaient le départ de leur course au moment où ils le souhaitent entre le 28 octobre et le 18 novembre 2022. Ceux-ci soumettent leur trace GPS sur notre plateforme qui nous de les valider après vérification. Le support de la communauté des coureurs mais aussi de Lantau a été phénoménal cette année. De nombreux kiosques et parfois maisons privées dans les villages tels Shui Hau ou Shap Long ont laissé leurs portes ouvertes jusqu'à tard dans la nuit pour aider les coureurs à se ravitailler. Beaucoup de coureurs avaient également des amis et de la famille pour les supporter tout au long du parcours qui fait jusqu’à 100km.

 

paysage course hong kong translantau
Photo@Jérôme de Clarens

« Le public peut suivre les coureurs en live streaming »

Qu’est ce qui a changé depuis que l’épreuve existe ?

Faire partie de l’UTMB World Series est la marche la plus noble pour un événement de trail car c'est le rêve d'une majorité de coureurs de participer aux finales de l'UTMB Mont Blanc. Seulement 10,000 coureurs pourront participer aux finales à Chamonix sur une demande toujours grandissante venant du monde entier. Les événements de la Series tel TransLantau font donc parti des incontournables. Par ailleurs, le parcours de TransLantau a changé au fur et mesure des années ce qui permet aux participants locaux de découvrir de nouveaux coins à Lantau.

Doit-on s’attendre à de nouvelles formes de compétitions sportives dans le futur, incluant un environnement coureur en ligne et des produits de visibilité différents pour les partenaires ?

Le site internet de TransLantau est commun avec toutes les courses de UTMB World Series. Chaque coureur qui s'inscrit a accès à son compte "my UTMB" qui lui donne ses résultats précédents, son UTMB Index qui évalue son niveau et justifie son expérience et permet de voir le nombre de Running Stones. Le site UTMB World Series bénéficie d'une visibilité massive. Le public peut suivre les coureurs en live streaming sur notre site, ceci a généré plus de 20 millions de vues juste sur la semaine des finales. Cela permet en effet d'offrir une grande visibilité aux partenaires globaux. Le prochain évènement en Asie, Doi Inthahnon by UTMB, se déroule ce 9-12 décembre à Chang Mai, Thailande avec la présence de près de 200 coureurs de Hong Kong sur un total de 5300 participants.

Jérôme et Jo : « Nous avons bouclé les 100 km en 20 heures »

Pourquoi avez-vous décidé de prendre part à ce défi des 100 km ?

Jérôme : À la base, mon ami Jo m'a proposé de faire équipe avec lui sur ce défi et je me suis dit pourquoi pas.  Je pense qu'on a tous des raisons différentes. Pour ma part, c'était l'opportunité de sortir de ma zone de confort, et d'en apprendre beaucoup plus sur moi physiquement et mentalement en réalisant un projet qui me tient à cœur dans un esprit d'équipe. Le sport est un super moyen pour prendre confiance en soi et réalisation de futurs projets.

Jo : J'ai couru mon premier ULTRA 50 il y a un peu plus d'un an. C'est mon premier 100 km et un défi pour moi. Je voulais courir le translantau 100 pour voir si j'y arrivais et aussi car je veux me qualifier pour disputer la course UTMB à Chamonix. C'est aussi autour de mon territoire natal de Lantau avec de beaux paysages et des ascensions exténuantes

 

arrivee translantau
Photo@Jérôme de Clarens

Comment vous êtes-vous entrainés ?

Jérôme : Je me suis entraîné pendant deux mois, sérieusement avec un coach et un programme hebdomadaire bien particulier quatre à cinq fois par semaine pour finir sur 70-100 km l’avant dernière semaine de préparation.

Jo : Je m'entraîne presque tous les jours - je mélange mes courses mais généralement je fais 3-4 courses de trail par semaine avec au moins 2 de 20-30 km, puis je fais aussi des courses sur route plate de 10 km ou plus x2 - j'aime nager une ou deux fois une semaine, puis je dirige les courses sociales LBC 2x par semaine et normalement 2x par semaine HIIT également.

"Ma fille criait : run, papa, run !"

Comment as-tu vécu cette expérience ?

Jérôme: C'était vraiment extraordinaire, on a eu une équipe de personnes derrière nous qui nous ont aidé pendant 20 heures. L'ambiance est vraiment sympa même si c‘était hybride, l’organisation était nickel, et nous avons profité des paysages magnifiques de Hong Kong. Au niveau performance personnelle, j'ai eu deux heures difficiles et j’ai dû puiser dans les ressources au fond de moi pour avancer. Je me suis surpris et je pense que je peux faire encore beaucoup mieux.

Jo : C'était dur, je me suis senti mal dès le début, mais avec l'aide de Jérôme et notre soutien, nous nous sommes quand même amusés. Il s'agit du voyage et non de la destination - et être avec notre équipe d'assistance, profiter du moment, des vues, du chat et de l'attention qui a eu lieu est ce qui a rendu cela si spécial.

Quel est ton meilleur souvenir de la course ?

Jérôme : Entre Tung Chung et Big Buddah. Je savais que ma famille m’attendait. Alfé, ma fille de deux ans, criait « papa run papa run ». J’en avais les larmes aux yeux. Ça m’a vraiment donné des ailes.

Pourquoi recommanderiez-vous cette expérience ?

Jo : Je ne suis pas sûr que faire 100 km soit pour tout le monde, mais ce que je recommande, c'est de commencer à sortir sur les sentiers de randonnée, puis peut-être une petite course et une randonnée, profitez de l'expérience - l'énergie que cela vous donne est folle - avec le temps, je vous promets que vous en verrez les avantages ! - un court exercice hebdomadaire régulier vaut mieux qu'un seul jour d'exercice plus long !

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale