Des objectifs pro pour l’année: et si c’était pas si bullshit que ca?

Par Impactified | Publié le 02/02/2022 à 12:30 | Mis à jour le 03/02/2022 à 01:55
Photo : @Unsplash/Austin Distel
objectifs business

contenus sponsorisés

Le truc vraiment sympa avec le mois de février, c’est que quand il arrive, on sait que l’année est vraiment commencée. Les bonnes résolutions sont en général derrière nous - d’un point de vue décision, mais aussi d’un point de vue implémentation, soyons clairs - et ça laisse en général la place à tout le reste. A savoir, ce qui est censé compter pour de vrai, et ce que l’on est censé mettre en place pour que le reste de l’année soit efficace. 

La question à un million (ou deux, ça dépend de vous) est donc de savoir ce que l’on entend par “être efficace”. Et là, ben j’ai comme envie de vous dire que la réponse est souvent plutôt douteuse.

Faites un test. Demandez à votre voisin où il (elle) compte être d’ici la fin de l’année. D’un point de vue géographique, d’un point de vue carrière, d’un point de vue financier et bien entendu d’un point de vue personnel. 

Spoiler alert : la réponse est souvent la même : cette année on va faire mieux, cette année on change tout, cette année on arrête de rire et on s’y met sérieusement. Et en général, si on creuse, “faire mieux”, “tout changer”, et “s’y mettre sérieusement”, eh ben ce n’est pas si clair que ça. Essayez je vous dis, voyez par vous-même !

En réalité, les réponses sont vagues parce que personne ne prend le temps de se poser pour définir des objectifs tangibles, réels, qui ont pourtant le pouvoir de nous faire bouger pour de vrai, et de nous faire nous sentir bien en bout de ligne. 

Le sujet est compliqué, parce que beaucoup pensent que se mettre des objectifs, c’est BS (bullshit, pour les non-initiés). Excuse my French. Le sujet fait sourire mais après tout, et si c’était ça, le vrai sujet, en fin de compte ?

Dans ce petit article, nous partageons quelques secrets de life coachs, de coachs de performance et de coachs de dirigeants qui vous permettront de faire une vraie différence pour vous-même. Libre à vous d’en faire ce que vous voudrez !

"Eh beh, lui au moins il sait ce qu’il veut…"

Parlons peu, parlons bien. Avez-vous déjà laissé quelqu’un derrière vous en vous faisant la remarque que lui/elle, au moins, savait ce qu’il/elle voulait ? Probablement. Et avez-vous eu la sensation que le(s) résultat(s) pour cette personne ne seraient probablement pas une question de “si” mais bel et bien une question de “quand” ? Bien entendu.

Inspirant, non ?

On peut dire ce que l’on veut, mais ceux d’entre nous qui savent où ils veulent arriver ont en général de bien meilleures chances d’arriver à (cette) destination (précise) que ceux qui se laissent porter, attendent de voir ce qu’il se passera ensuite, et ne font rien pour eux-mêmes. 

Pourquoi ? Parce que l’ambition, les projets et les challenges, ça vous gagne, ça vous porte, et ça vous transporte - surtout si on s’autorise à rêver en grand et que l’on attaque sérieusement le sujet de ce que l’on veut pour nous-même, pour ceux qui nous entourent, ou pour notre business,

Donc, sans plus attendre, une petite question qui pique (profitez, c’est Didier et Le Petit Journal qui régalent) : et vous alors, vous voulez-quoi pour vous-même, au juste ? Vous êtes sûr(e) que les choses sont si claires ?

Préciser ce que l’on veut

Deuxième point, la meilleure manière d’obtenir des résultats est de préciser précisément (lourd le style) ce que l’on veut obtenir. Et là, bien entendu, je vous entends penser comme si j’étais dans votre tête.

Dis, coach, tu ne vas pas nous faire le bon vieux coup des objectifs SMART quand même ?

Eh ben si, dans le mille Émile. Parce que bon, c’est plutôt efficace les objectifs SMART au final !

En vérité, on nous dit toujours en soupirant que les objectifs SMART c’est du vu et du revu de l’école de commerce. Et pour autant, personne ne les utilise vraiment, et on finit toujours par nous demander de bien vouloir répéter la question en clarifiant l’acronyme, juste pour être sur(e).

Malgré les réticences, cela dit, on se rend bien compte à l'utilisation que des objectifs précis vous donnent vraiment une, deux, voire trois vitesses d’avance. Et ceux qui s’y mettent voient une vraie différence, coté vie et coté business.

Donc, même si vous savez parfaitement ce que SMART signifie en termes d’objectifs, et juste histoire de faire gentiment sortir l’éléphant du couloir : SMART ça veut dire Spécifique, Mesurable, Assignable, Réaliste et dans le Temps.

A priori, vous mettre un objectif spécifique doit pouvoir rendre vos efforts mesurables. Assignable vous permet de savoir qui est chargé de suivre le bon déroulement de la bonne idée qu’elle est géniale. Réaliste vous donne une idée de l’ensemble des possibles avec les moyens que vous avez à disposition. Et en ce qui concerne le temps ? Vous avez tout compris.

Un exemple ?

Allez, cette année, on arrête de se plaindre et on fait mieux. SMART bof bof bof, quand même ! L’alternative : On décide de se prendre en main maintenant, on décide de se faire challenger par un life coach qui nous fera mettre les choses au clair dans les trois mois qui viennent, on décide de clarifier notre vision de vie, on analyse ce qui doit changer et on se donne les moyens de bouger pour avoir des résultats (pour soi-même) avant l’été.

 

Cette année, on change tout ! Pas SMART. L’alternative : cette année, on repense le business model, on fait une analyse de faiblesses et d’opportunités,  et on arrive à une stratégie claire en milieu d’année au plus tard. Et bien entendu, c’est Didier qui s’occupe du suivi. Attention Didier, on t’a à l'œil. Ou bien, à défaut, on peut aussi organiser ça avec un business coach - shameless plug total.

Cette année… on arrête avec le bazar ambiant et on bouge ! C’est tendance ça, tiens, mais c’est toujours pas SMART. L’alternative : On se donne quatre mois pour décider d’une nouvelle destination et en juin on décide de là où on va, à quelle échéance, avec qui et comment on fait tout ça. Et comme personne ne le fera pour nous, on sait ce qu’il nous reste à faire, non ?

L’enjeu réel : prendre le pouvoir et créer son (business) karma

Vous voyez la différence entre l’idée de base et l’alternative SMART? Et l’impact de la pensée positive sur l’ensemble ?

Le sujet ici n’est pas de s’embêter avec une méthodologie SMART, bien entendu, mais de décider de prendre le pouvoir sur ce que nous faisons pour avoir une chance d’obtenir les résultats que nous voulons vraiment obtenir pour nous même. Nous, on appelle ca s’occuper de son business karma.

Cela ne sera pas pertinent pour tout le monde, on le sait, mais si vous décidez de faire quelque chose pour vous même après avoir lu ces quelques lignes, alors personne n’aura perdu sa journée !

En réalité, se fixer des objectifs et être proactif plutôt que réactif ne sert peut-être à rien. Mais comme le disait la pub du Loto, 100% des gagnants ont bel et bien tenté leur chance ! Et vous alors, vous commencez par quoi ?

 

A propos de l'auteur : Antoine Martin (Ph.D) est Coach de Dirigeants, Entrepreneur et Co-fondateur de la plateforme de coaching & self-coaching Impactified.com - 

impactified

Impactified

At Impactified, we are business coaches and entrepreneurs on a mission to challenge other entrepreneurs looking to build and scale their businesses. Try our self-coaching modules, or book a coach now!
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale