Liberté de la presse : Hong Kong chute de 130 places selon Reporters Sans Frontières

Par Patricia Herau-Yang | Publié le 11/05/2022 à 13:24 | Mis à jour le 12/05/2022 à 11:25
Photo : Le Foreign Correspondents' Club à Hong Kong (photo@Smuconlaw Wikimedia)
Liberté presse Hong Kong

Depuis 2002, l’ONG Reporters Sans Frontières (RSF) attribue un rang à la liberté de la presse dans quelque 180 pays et régions du monde. Hong Kong se situait à la 18ème place en 2002 et avait alors l’aura d’un territoire de liberté d’expression. Les indicateurs se sont depuis progressivement dégradés. Cette année, Hong Kong tombe à la 148e place, entre la Turquie et les Philippines.

Méthodologie de Reporters Sans Frontières (RSF)

La mission de RSF est ancrée sur l’Article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme :

« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »

Afin de dresser une cartographie de la liberté d’opinion et d’expression, sur chaque période calendaire, un panel d’experts accorde une note sur 100 permettant le classement de 180 pays. Cette note est composée de deux parties : la quantité d’exactions ciblant les journalistes et média, ainsi qu’une analyse qualitative de la situation de la presse dans le pays. Cette analyse est le résultat des réponses agrégées d’acteurs du monde de la presse (journalistes, chercheurs, spécialistes du monde universitaire, défenseurs des droits de l’homme) à un questionnaire traduit en 23 langues.

Le score de chaque pays est pondéré et prend en compte le contexte du pays : contexte politique, légal, économique, socioculturel et sécuritaire local, via 118 questions et sous-questions.

Cette année, exceptionnellement et afin de mieux refléter les évolutions de fin d’année, liées à la situation en Russie, en Ukraine et au Mali (la junte revenant sur la promesse de tenir des élections en février et ayant récemment expulsé l’Ambassadeur de France en poste à Bamako), les données ont été mises à jour en cours de période.

Loi de sécurité nationale et presse à Hong Kong 

Dans son classement publié le 3 mai 2022, Hong Kong a perdu 68 places au classement par rapport à l’an dernier. L’ONG pointe du doigt la loi de sécurité nationale appliquée à Hong Kong depuis 2020 pour expliquer cette chute. Cette loi serait ainsi régulièrement invoquée pour interférer dans le travail de journalistes ou pour entraver les opérations de médias critiques du pouvoir.

En 2021, Apple Daily et Stand News, bien connus pour leurs articles parfois virulents sur la performance du gouvernement hongkongais, voire pékinois, ont en effet dû cesser leurs opérations, et leurs chefs de la rédaction ont été arrêtés. En janvier 2022, c’était le tour des sites internet Citizen News et Mad Dog Daily de cesser leurs opérations à Hong Kong, suite des perquisitions et arrestations au motif de "conspiration et publications séditieuses". RSF évoque 13 professionnels des médias emprisonnés dans l’année à Hong Kong.

Prix des droits de l’homme à Hong Kong

Dans ce contexte très tendu, le 26 avril, le Foreign Correspondent’s Club de Hong Kong, qui fête ses 40 ans d’histoire, annonçait qu’il renonçait à remettre cette année son prix des droits de l’homme (Human rights awards) afin de ne pas violer de manière non intentionnelle la loi (comprenez : de sécurité nationale). Rappelons que ce prix, très prestigieux en Asie, était décerné par le FCC à Hong Kong depuis 26 ans. Pour le Président du Club, Keith Richburg, cette suspension vise à protéger ses employés de tout risque juridique (ceci a été rapporté par Reuters d’après les Minutes du Comité de Direction réuni pour acter cette décision). Plusieurs membres du comité de direction du FCC ont ensuite démissionné. L’école de journalisme de Arizona State University a annoncé prendre la suite de la remise des prix.

C’est tout de même bien mieux que la Chine, 175ème du classement, la fermeture du pays depuis la crise du Covid ayant eu pour corollaire la coupure de l’accès à d’autres sources d’informations. La Corée du Nord reste lanterne rouge du classement.

Classement de la France selon Reporters sans Frontières

La France gagne 8 places cette année et se situe au 26ème rang du classement. Cette année, dans son analyse de la situation de la presse dans les démocraties à l’occidentale, RSF invente un néologisme : la FOX-Newsisation, du nom de la chaine de télévision américaine. "Le regain des tensions sociales et politiques est accéléré par les réseaux sociaux et de nouveaux médias d'opinion, notamment en France." Car s’il devient très facile de diffuser ses idées et de prendre part au débat, les fake news sont abondantes et difficiles à identifier pour les lecteurs. Pour RSF, ceci représente un "danger funeste" pour les démocraties.

 

pat

Patricia Herau-Yang

Patricia a passé de nombreuses années en Chine, exercé le métier de traductrice français-chinois. Depuis son arrivée à Hong Kong, elle s'est mise au cantonais et à la randonnée. Elle contribue à Lepetitjournal.com sur le volet culturel, entre autres...
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale