MISTER FRENCH TASTE – Le choc des cultures, version caustique

Par Lepetitjournal Hong Kong | Publié le 13/07/2012 à 00:00 | Mis à jour le 05/01/2018 à 08:30

Un groupe de Français s'est lancé dans un projet aussi ambitieux qu'original à Hong Kong.  Proposer une série de programmes courts mettant en scène de façon humoristique un personnage, Mister French Taste, chargé d'enseigner l'étiquette française aux Hongkongais. Aussi drôle pour les locaux que pour les étrangers à Hong Kong, LePetitjournal.com a souhaité donner un coup de projecteur à cette belle aventure

Ils sont quatre Français à l'origine de ce projet : Véronique Girma, Olivier Malet, Benoit Proux et David Guillon. Pour Véronique, ce fut l'occasion de mixer son expérience dans l'audiovisuel aux cours d'anthropologie pris à la Chinese University lorsqu'ils initièrent le projet en 2009. Benoit et Olivier avaient déjà travaillé sur la genèse du concept : un Français, plus vrai que nature, enseigne les "bonnes manières" à Hong Kong! Pour David et Olivier, mariés tous deux à des Hongkongaises et particulièrement au fait des préjugés culturels auxquels il ont parfois été confrontés, ce projet était à la fois une manière de s'amuser de leur situation et de casser les clichés interculturels de façon humoristique.

De leurs échanges est née l'idée de ce personnage, professeur en étiquette française confronté à la culture chinoise et incarné par Olivier. A l'arrivée, des programmes courts hilarants qui n'hésitent pas à jouer de manière volontairement caricaturale sur les différences entre les deux cultures. Et dans ce comique qui se joue des clichés, les Français en prennent autant pour leur grade que les Chinois ! Mister French Taste (alias Véronique, Olivier et David) a bien voulu nous dévoiler un peu de son personnage mystérieux :

LePetitJournal.com : Comment vous est venu l'idée de cette série et à qui est-elle adressée ?

Mister French Taste (Olivier) : J'avais monté une émission télé humoristique à Macao, destinée à enseigner le Français en s'amusant avec un personnage que j'incarnais. Ces sketches ont eu un bon succès auprès des étudiants, plus parce qu'ils faisaient rire que pour leur apprentissage de la langue française ! Benoît, un ami d'enfance, a alors eu l'idée de créer ce personnage de Mr French Taste, incarnation de tous les clichés que peuvent avoir les Chinois sur les Français : arrogant, narcissique, séducteur, bavard ? cette idée d'Etiquette Coach nous amusait d'autant plus que cette profession existe à Hong Kong sous la forme de Business Coaches qui enseignent aux occidentaux comment se comporter en affaires avec les Chinois, et inversement. En outre, l'interculturalité par nos profils à tous est un thème qui nous tient à c?ur. D'ailleurs le concept pourrait facilement être transposé à d'autres cultures et le traitement volontairement subjectif et outrancier des personnages nous permet de jouer sur des stéréotypes universels.

Du concept de départ à l'existence aujourd'hui d'une saison complète de 10 épisodes de 3 minutes il vous a fallu passer par de nombreuses épreuves. Pouvez-vous nous raconter un peu les différentes phases de production et de création ?

Mister French Taste (Véronique) : La première étape fut de chercher des investisseurs et nous avons volontairement réalisé une première saison avec des coûts modestes afin de faire nos preuves. De manière amusante, nos quatre producteurs sont une Chinoise de Hong Kong, un Français de France et deux Français de Hong Kong.

 

La belle Lily Lee, jouée par Sarah Lian (crédits Photos Mister French Taste ®)

Ensuite nous avons cherché à nous entourer d'une équipe véritablement professionnelle pour soigner au maximum la forme. Jennifer Thym, qui avait précédemment réalisé une série web (Lumina) au succès international a bien voulu nous suivre dans cette aventure et s'est même finalement impliquée également non seulement à la réalisation mais aussi à la production. Avec Arne Venema, un hollandais basé depuis très longtemps en Asie, nous avons retravaillé le script original d'Olivier. Puis, avec Jennifer, nous avons réalisé un casting pour trouver les deux personnages qui allaient accompagner Mister French Taste. Osric Chau joue Léon, un Chinois qui va devoir apprendre les bonnes manières pour séduire Lily Lee, incarnée par Sarah Lian, sa dulcinée dont Mister French Taste va rapidement tomber amoureux. Tout le ressort de cette première saison reposant sur l'antagonisme entre la mission pour laquelle a été recruté Mister French Taste et son souhait secret de s'attirer les regards de Lily Lee. Osric a déjà un bagage impressionnant, il a joué notamment dans 2012 de Roland Emmerich, dans un remake de What Women Want avec Andy Lau et Gong Li, et aux côtes de Russel Crowe dans The man with the iron fists Mais  sa grande humilité a achevé de nous convaincre qu'il était fait pour ce rôle. Quant à Sarah Lian, chinoise originaire de Malaisie, elle avait déjà travaillé avec la réalisatrice sur un long métrage que cette dernière produisait (Jasmine, réalisé par Dax Phelan). Actrice, animatrice de shows TV en Malaisie, et top-model reconnue, Sarah arrive à merveille à être dans le registre de la comédie tout en conservant son charme et son charisme. Chose peu courante, elle avait la sensibilité pour appréhender cette thématique de l'interculturalité.
Enfin, cette saison n'aurait pas été possible sans la participation de sponsors, notamment : Shanghai Tang, Tara Moor, Emmanuel F., Kanchan Couture, CounterFit.

Quand vous montrez les différents épisodes autour de vous, comment réagissent les spectateurs ? Et les rires sont-ils les mêmes chez les Chinois et chez les Français ?

Il y a véritablement des moments partagés où Chinois et Français rient ensemble mais pas obligatoirement pour les mêmes raisons. Les Français sont plus sensibles à l'humour sarcastique tandis que les Chinois apprécient plus le burlesque. Etant donné la thématique, ce qui plait au Français va souvent tenir de l'auto-dérision où ils vont se retrouver dans certaines situations que vit Mister French Taste. Quant aux Hongkongais, il s'agira souvent de comique de situation.
Mais ce qui fonctionne de manière universelle, c'est l'attaque des stéréotypes. Lorsque Lily Lee mime un orgasme rien qu'à entendre des noms de marque de luxe française, l'humour fait mouche auprès des deux audiences.

La bande-annonce de la première saison :


La première saison est largement axée sur la séduction. Mister French Taste, quels conseils donneriez-vous à des Français en quête d'une âme s?ur à Hong Kong ?

Mister French Taste (Olivier et David) : Parlez français, ne vous arrêtez pas de parler français ? plus sérieusement, nous avons la réputation d'être romantique et même si cela se fonde sur des clichés, à Hong Kong, hommes et femmes ont parfois l'impression de ne pas voir le temps d'être romantique. Dans cette ville de l'immédiateté, dans cette culture chinoise de l'efficacité, partir en palabres a priori inutiles produit deux effets contradictoires : cela agace mais séduit également. Les Chinois pressentent que le romantisme, par ailleurs complètement étouffé par Mao durant la révolution culturelle en Chine Continentale, ne se trouve pas dans ce rythme infernal qu'ils vivent ici.


Leçons particulières de savoir-vivre entre Leon (Osric Chau) et Mister French Taste (Olivier Malet)

Existe t-il un bon goût ou un mauvais goût universel ?
On serait tenté d'avoir un référentiel universel mais en fait il n'existe pas. C'est plus dans l'attention à l'autre qu'il peut y avoir bon ou mauvais goût. La politesse, quelles qu'en soient ses règles, est un cadre pour faciliter la vie sociale. Les formes divergent mais  les objectifs restent les mêmes, le mieux-vivre ensemble. Les codes ont été créés à Versailles pour permettre aux courtisans d'agir de la même manière. En Chine, ce fut pareil. Pour Mister French Taste, le code passe avant tout, Il respecte beaucoup plus la lettre que l'esprit. Léon, certes plus rustre, se retrouve finalement plus habile dans ses relations humaines.

Henry Tang et Donald Tsang sont en ce moment sous l'?il du cyclone suite à des affaires de corruption et des frasques conjugales, qu'est-ce que cela vous inspire ?

Ils ne sont pas plus ou moins vertueux que certains politiciens français. Mais la frustration des Hongkongais nait du fait qu'ils ne peuvent pas les sanctionner par les urnes.

Vous vous délectez à placer vos personnages devant des chocs culturels mais derrière la parodie, la réalité dépasse parfois la fiction. Une anecdote personnelle que vous pourriez partager ?

Mister French Taste (Olivier) : Je me rappellerai toujours d'une soirée où ma femme était à l'étranger. Nous étions avec David et Lise, sa femme hongkongaise. Ayant bu plus que de raison, il était clairement préférable que je reste dormir chez mes amis mais ma belle-mère m'attendait car elle résidait chez nous en l'absence de ma femme. J'ai donc demandé à Lise de l'appeler pour qu'elle puisse lui expliquer en cantonais que je ne rentrerai pas. Résultat, quiproquo complet, ma belle-mère m'accusant de tromper ma femme et de faire appeler ma maîtresse pour me justifier ! J'avais de toute façon très mal commencé avec elle car à notre première rencontre, voulant bien faire, je l'avais appelé par son prénom plutôt que de l'appeler "mère" ce qui avait jeté un froid monumental.

Quand les Français de Hong Kong pourront-ils découvrir le projet ?

Nous sommes actuellement en pourparlers pour des diffusions sur le web et sur une chaîne de télévision avec pour bon espoir d'aboutir bientôt. Mais n'hésitez pas à nous suivre sur notre page Facebook pour être les premiers au courant. Nous préparons également la saison 2 et cherchons une marque partenaire, qui voudrait s'associer à notre projet et aux valeurs dont il est porteur?. à bon entendeur !

Propos recueillis par Eric Ollivier (www.lepetitjournal.com/hongkong.html), reprise du mardi 13 mars 2012


Pour en savoir plus, rendez-vous vite sur la page de Mister French Taste ® sur FaceBook

Ou sur le site web : www.misterfrenchtaste.com

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition internationale