Lundi 19 avril 2021
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville

Gérard Addat, chanteur caméléon au regard tourné vers Saigon

Par Justine Hugues | Publié le 31/03/2021 à 12:05 | Mis à jour le 08/04/2021 à 17:42
Gérard Addat chanteur Vietnam

Chanteur-auteur-compositeur, Gérard Addat a puisé dans son enfance à Saigon une grande inspiration artistique. Une énergie qu’il partage aujourd’hui avec un public international éclectique. 
 

« La petite diligence, sur les beaux chemins de France, s’en allait en cahotant. » Quand il évoque son enfance, Gérard Addat semble tout droit sorti d’une ballade de Michel Sardou : il le fait en chantant. Né à Saigon alors que l’Indochine vit ses dernières années, le Français grandit « dans une douce insouciance ». Ses souvenirs des quartiers de Dakao et Cholon, ses heures, planqué dans des salles de cinéma, ou à flâner aux alentours de la cathédrale Notre-Dame, Gérard les raconte, ému et rêveur, comme si c’était hier. C’est à l'Institut Taberd, un établissement des Frères des écoles chrétiennes, qu’il commence à pousser la chansonnette, encouragé par ses pairs : « Je chantais sur scène aux spectacles de fin d’année, devant tous les élèves et leurs familles, c’était formidable. »
 


Déraciné

Rapatrié en France à l’adolescence, lors de l’indépendance du Vietnam, la séparation avec Saigon et son père, prisonnier du Vietminh dont il perd alors la trace, est un choc douloureux. De foyer en foyer, Gérard peine à s’acclimater à sa nouvelle vie hexagonale. 

Habitué à jongler entre les langues dès son plus jeune âge, il part étudier outre-Manche. C’est à Londres que commence sa carrière de chanteur. « J’ai pu faire plein de concerts dans des clubs et salles de spectacles et côtoyer des personnalités comme les Beatles, Bonnie Tyler, Charles Aznavour » se souvient-il, animé. 

L’exil et l’acculturation constituent le fil rouge de beaucoup de ses compositions. « Quand j'évoque les déracinés, ça parle à plein de gens. Les Portugais ont fui Salazar, les Espagnols ont connu Franco, etc. », détaille-t-il. Mais les Vietnamiens de sa génération, qui parlent encore le français, sont aussi réceptifs aux créations de Gérard. «  J’ai tissé au cours des années des liens très étroits avec des Vietnamiens membres d’associations d’amitié franco-vietnamienne ou de la diaspora. Le président du comité populaire de la ville d’Ho Chi Minh m’accueille à bras ouverts dès que je retourne dans la ville », illustre-t-il avec un brin de fierté. 

Gérard Addat chanteur Vietnam
Gérard Addat chanteur Vietnam
Avec Mr. Phung Cong Dung, Président du Comité Populaire de Ho Chi Minh Ville et de la Diaspora.

 

Un chanteur caméléon

Convaincu qu’« une bonne mélodie s’adapte à tous les tempos », sa voix et sa persévérance l’emmènent au-devant des scènes portugaise, espagnole et brésilienne, sans pour autant réussir à vivre pleinement de son art. Saigon n’est jamais loin, et quand Gérard chante à la télévision vietnamienne, ce n’est pas seulement pour promouvoir sa musique. Après avoir retrouvé son père à l’issue d’années de recherche, il décide d’aider des rapatriés d’Indochine à renouer avec leurs proches en lançant, dans les médias du monde, des « avis de recherche ». « Je suis maintenant moins investi dans ces associations, mais toujours disposé à faire passer des messages et donner des conseils » explique-t-il. 

 

Gérard Addat chanteur Vietnam

 

Le Vietnam en héritage

Presque chaque année, Gérard, aujourd’hui établi dans l’Allier avec sa compagne, s’envole pour le Vietnam. Affairé à promouvoir ses nouveaux titres, il trouve toujours le temps de s’asseoir dans les parcs et prendre le pouls des tendances musicales en vogue auprès des nouvelles générations. « Les jeunes sont très branchés musique latino rythmée, mais aussi curieux de tout. Quand on a réalisé mon dernier clip, ils étaient tellement motivés par la danse, la mélodie les a entraînés », raconte-t-il, faisant référence à sa chanson Vietnam, terre pleine d'espérance.
 


Parmi les plus grands fans de Gérard, ses deux enfants, à qui il a transmis le goût de la musique et de l’altérité. « Le fait d’être trilingue jeune m’a beaucoup aidé par la suite à maîtriser différentes langues et à aller vers d’autres cultures. Mon fils a de grandes facilités pour parler en vietnamien, ma fille a entrepris de réaliser l’arbre généalogique de la famille. On projette de voyager au Vietnam en famille », détaille-t-il. 
 

Gérard Addat chanteur Vietnam


L’avenir ? Gérard l’imagine évidemment en chanson. Son maitre mot : s’améliorer encore, au gré des rencontres artistiques. « Aujourd’hui, je me sens frais et jeune quand je monte sur scène. Tant que je serai en bonne santé et que je rendrai les gens heureux, je continuerai », conclut-il, tout sourire.
 

gérard addat chanteur vietnam


Son prochain album, Mes souvenirs de Saïgon, constitué de 12 titres dont 10 consacrés au Vietnam, sortira d'ici l'été 2021.
 


Pour en savoir plus sur l'histoire de Gérard Addat, vous pouvez écouter son interview diffusée sur Radio VOV (Voix du Vietnam).

Justine Hugues

Justine Hugues

Après avoir travaillé 8 ans dans l’aide humanitaire et au développement (en Amérique Centrale, République Dominicaine et Birmanie) elle s'est reconvertie dans le journalisme avec l'ESJ Pro. Elle fait aujourd'hui partie de l'équipe de rédaction à Paris.
0 Commentaire (s)Réagir