Mardi 12 novembre 2019
Heidelberg Mannheim
Heidelberg Mannheim
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

IMPRESSIONS FRANCO-ALLEMANDES – Quand une Française débarque en Allemagne

Par Lepetitjournal Heidelberg Mannheim | Publié le 21/03/2017 à 23:00 | Mis à jour le 21/03/2017 à 22:53

Quand un Français arrive fraîchement en Allemagne, certains faits du quotidien peuvent surprendre et peuvent en laisser plus d'un perplexe. Voici une liste non exhaustive des différences avec la France qui m'ont le plus frappée en arrivant à Mannheim, et qui pourraient être source de petits malentendus avec nos amis allemands lorsque l'on n'est pas averti !

"Les Allemands sont toujours très ponctuels...", "ils boivent de la bière du matin au soir et ont tous de belles voitures..." : si ces clichés sur les Allemands perdurent toujours en France, des différences interculturelles que nous sommes bien loin d'imaginer existent bel et bien entre les deux pays. Car même en connaissant un minimum l'Allemagne et en étant germanophile, certaines différences peuvent encore nous surprendre aujourd'hui en 2017. Voici une petite liste, humoristique mais réaliste, qui montre que l'Allemagne n'est définitivement pas la France et que l'Allemand est encore moins un Français. A prendre au second degré cependant?

Organisation et ponctualité

Je ne vous apprends rien, les Allemands sont décidément le contraire des Français en terme d'organisation et de ponctualité, cette dernière constituant pour eux une forme élémentaire de politesse et de respect. Un Allemand qui vous donnera rendez-vous à 16 h arrivera donc quelques minutes avant si ce n'est plus, et trouvera irrespectueux que vous arriviez avec seulement cinq petites minutes de retard. Grande épreuve donc pour nous Français, qui avons l'habitude du quart d'heure de retard. A l'inverse, il faut plutôt s'inquiéter si votre Allemand n'est toujours pas là à l'heure pile au rendez-vous ! Seul bémol à cette règle de ponctualité observée en Allemagne : les trains, qui arrivent quasiment tous en retard de quelques minutes, du moins à Mannheim.

Par ailleurs, j'ai observé chez les Allemands, en tous cas chez les jeunes et les étudiants, un modèle d'organisation au quotidien qui contraste fortement avec le modèle français. Sans faire de généralités, les Allemands se lèvent tôt et sont très efficaces la journée dans leur travail. Cela leur permet de terminer plus tôt et de profiter de leur soirée. Si en France, rester tard au travail ou à l'université est en général signe de dévouement à son travail, cela est plutôt vu comme un signe de désorganisation en Allemagne : je l'ai testé à la bibliothèque universitaire où j'étais restée une fois assez tard pour travailler et que les derniers étudiants qui partaient en fin de journée me regardaient, médusés, choqués que je n'aie pas pu finir mon travail !

Cette efficacité, je l'ai également observée dans les supermarchés, lorsque les caissiers passent à toute vitesse vos articles et enchaînent avec le client suivant alors que vous n'avez même pas commencé à mettre vos affaires dans votre panier à provisions.

Les Allemands sont fidèles à leur côté organisé dans les transports en commun également : les passagers se lèvent par exemple de leur place bien souvent une station avant de descendre, histoire d'être sûrs de ne pas louper leur arrêt .

Des rituels et des mécanismes qui n'existent pas chez nous en France

L'addition

Dans les cafés, les bars et les restaurants, il est coutume en Allemagne de laisser un pourboire qu'ils appellent ''Trinkgeld'', et qui correspond à environ 10 pourcents du prix de la consommation que vous devez régler. Celui-ci ne se laisse pas sur la table comme en France, mais doit être donné directement en main propre au serveur au moment de payer et permet d'arrondir l'addition. Ce n'est pas une obligation, mais un usage bien ancré et tout le monde joue le jeu, hormis les Français non avertis (ou pas). C'est à vous d'annoncer au serveur la somme que vous souhaitez donner. Cependant, ne donnez pas moins de 10 pourcents car cela peut être perçu comme une injure !

L'argent liquide

Par ailleurs, j'ai remarqué que les Allemands avaient tout le temps de la monnaie sur eux : ils retirent en général de grosses sommes au distributeur de billets ou au guichet de leur banque et ont toujours plusieurs billets dans leur portefeuille. Un ami allemand a justement été très étonné par mon ''je n'ai plus de monnaie'' lorsque l'on était au comptoir d'un café, et semblait n'avoir jamais entendu cette phrase auparavant. Je lui ai alors expliqué qu'en France, nous avons pris l'habitude de payer par carte bleue, même des sommes modestes, et que nous nous retrouvions souvent coincés lorsque les commerçants n'acceptaient pas la carte bancaire.

La place de la culture

Un autre point qui m'a beaucoup marquée en Allemagne est la place de la culture dans la société. Lorsque vous allez écouter un concert à l'opéra ou voir une pièce de théâtre, même peu renommée, les salles sont remplies et les spectateurs s'y rendent de manière habituelle, car la culture est vraiment inscrite dans leur emploi du temps.

Des règlementations très différentes

La liste des pratiques et des réglementations différentes des règlementations françaises est longue, mais j'ai pu noter les principales qui m'ont frappée : tout d'abord les places de cinéma, qui sont numérotées. Vous achetez en fait une place précise dans la salle, dont le prix va dépendre de votre proximité à l'écran. Ne vous risquez donc pas à vous asseoir n'importe où, un Allemand pourrait vous déloger ou même vous faire remarquer que vous ne respectez pas cette règle des places numérotées !

Concernant les règlementations de vitesse, la circulation des voitures sur l'autoroute n'est pas limitée sauf sur certaines portions (tout de même considérables). Il est donc possible de rouler à 180 km/h, ce qui fait le bonheur ou l'angoisse de certains Français.

Pour les fumeurs enfin, rassurez-vous si vous ne trouvez pas de bureaux de tabac : les paquets de cigarettes se vendent en Allemagne dans les grandes surfaces ou dans des distributeurs en libre accès dans les rues !

Les repas en Allemagne (s'ils existent)

Bon, nous pouvons quand même dresser quelques reproches à nos amis allemands, comme le manque de temps consacré aux repas par exemple. J'ai eu en effet  l'impression en arrivant ici que les Allemands mangeaient surtout quand ils avaient faim, et je n'ai pas retrouvé ce côté épicurien et convivial qui existe en France, où les repas en famille et entre amis sont souvent sacrés. Ici, hors de question de rester à table tout l'après-midi comme le dimanche en France et de refaire le monde pendant des heures autour d'un bon repas. Non, on mange pour manger.

20 ans d'avance sur le recyclage et le respect de l'environnement

Autre point qui nous distingue grandement des Allemands : le recyclage et le  respect de l'environnement. Il suffit d'observer le fonctionnement du tri sélectif dans les rues, les machines pour recycler les bouteilles consignées dans les grandes surfaces ou encore la place qu'occupe l'alimentation biologique et respectueuse de l'environnement en Allemagne pour comprendre que les Allemands ont au moins 20 ans d'avance sur nous dans ces domaines.

Les Allemands construisent en grand

Tout est grand et tout est propre : c'est la première constatation que j'ai pu faire lorsque je me suis promenée la première fois à Mannheim dans les rues commerçantes. Les magasins sont spacieux, les centres commerciaux imposants et les galeries marchandes sont souvent construites sur cinq étages ou plus. Cette constatation se vérifie également avec les banques : lorsque vous allez retirer, les banques vous offrent un immense espace digne d'un hall d'hôtel où pourrez trouver une quinzaine de distributeurs. Nous sommes donc bien loin des trois distributeurs présents aux points d'accueil des banques en France.

Le respect des règles : la base du fonctionnement de la société outre-Rhin

La principale différence culturelle reste à mon sens le respect des règles, qui peut parfois nous étouffer nous Français, et l'honnêteté, que nous sommes forcés de constater au quotidien et dans les lieux publics en Allemagne. Le respect du feu rouge par exemple n'est pas un mythe, nombreux sont les Allemands qui n'y dérogent pas même en l'absence de voitures. Un autre exemple qui m'a frappée notamment est la présence de journaux payants en libre-service dans les rues. Les Allemands se servent eux-mêmes et laissent le prix du journal dans un boîtier, et cela fonctionne. Il serait impossible d'envisager un tel système en France, où l'on partirait sûrement avec le journal sans payer.

Finalement, tout le monde se prête au jeu des règles en place, et cette droiture permet peut-être à la société allemande de mieux fonctionner. Loin des propos d'Emmanuel Todd, je dirais que ce respect des règles et cette rigueur allemande font toute la différence entre nos deux pays et confirment bien que l'Allemagne n'est pas la France.

(Photos © Pixabay)

Elise T. (www.lepetitjournal.com/heidelberg-mannheim), mercredi 22 mars 2017

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

PORTRAIT

Marion Lovell, l’abnégation au profit du Téléthon

Touchée par des drames personnels liés à une maladie génétique rare, Marion Lovell-Virte est coordinatrice du Téléthon des Français de l’étranger. Elle rêve de mobiliser en force et en nombre...

Expat Mag

Varsovie Appercu

Le 11 novembre, fête nationale de l'Indépendance en Pologne

La Pologne fête le 11 novembre non pas l’Armistice de la Première Guerre mondiale, comme en France, mais son indépendance retrouvée après 123 ans de domination austro-hongroise, russe et prussienne

Sur le même sujet