Dimanche 5 décembre 2021
TEST: 2254

BREXIT - Au port de Dublin, le commerce entre la Grande-Bretagne et l'Irlande plonge

Par LePetitJournal.com Dublin avec AFP | Publié le 27/10/2021 à 17:42 | Mis à jour le 28/10/2021 à 11:44
port dublin

Le flux de marchandises entre la Grande-Bretagne et l'Irlande via la port de Dublin a chuté d'un cinquième depuis l'entrée en vigueur des nouveaux contrôles post-Brexit en début d'année, selon des statistiques publiées mercredi.

Selon les chiffres du port de la capitale irlandaise, les échanges ont diminué de 21% sur les neuf premiers mois de l'année. Dans le même temps, ils ont augmenté de 36% sur les liaisons directes avec l'Union européenne par ferry, qui contournent l'île de Grande-Bretagne.

Des coûts supplémentaires pour les entreprises

La sortie depuis le 1er janvier du Royaume-Uni de l'union douanière et du marché unique européens a entraîné de nouveaux contrôles coûteux pour les entreprises.

Dans le passé, le transport routier utilisait la Grande-Bretagne comme un "pont" entre l'Irlande et l'Europe continentale. Avant le Brexit, les camions pouvaient en effet franchir les ports sans contrôles pour traverser la mer d'Irlande puis la Manche.

Les chiffres du port de Dublin traduisent une spectaculaire modification des circuits du fret pour éviter les contrôles dus au Brexit.

Plus d'échanges avec l'Europe continentale

Les échanges entre Irlande et Grande-Bretagne représentaient deux tiers du trafic qui passaient par le port de Dublin avant le Brexit, selon son directeur général Eamonn O'Reilly. La proportion est désormais de "50/50 entre les ports britanniques et les ports d'Europe continentale", a-t-il expliqué dans un communiqué.

Le port de Dublin est le plus important d'Irlande et près de la moitié des marchandises du pays y transite.

M. O'Reilly affirme que "les craintes tant redoutées d'embouteillages et de retards à cause des contrôles à la frontière ne se sont pas matérialisées". 

Mais selon lui, certains opérateurs optent désormais pour l'Irlande du Nord, dans une "dislocation des échanges" qui s'annonce "permanente".

0 Commentaire (s) Réagir