Les Emirats remanient en profondeur leur Code du Travail

Par J.C. | Publié le 02/02/2022 à 16:10 | Mis à jour le 03/02/2022 à 16:07
Des personnes signant un contrat

Les nouvelles du Code du Travail introduites mardi aux Emirats devraient largement bouleverser l’organisation du travail dans le secteur privé, permettant plus de flexibilité pour les employés et moins de bureaucratie pour les entreprises.

Ces changements vont d’ailleurs impacter 4,9 millions d'employés, car la nouvelle législation approuvée fin 2021 remplace une loi rédigée pour la première fois en 1980.

Le Ministre des Ressources Humaines et de l'Émiratisation a déclaré que

les amendements apportés amélioreraient le marché du travail pour les années à venir, lui apportant davantage de flexibilité, d'efficacité, tout en facilitant les échanges et le business et en attirant les talents, l’expertise et les compétences disponibles sur le marché.

Les grands changements concernent les arrêts maladies, les contrats à durée indéterminée (qui deviennent des contrats renouvelables de 3 ans).

De plus, les entreprises pourront plus facilement embaucher en temps partiel lorsque nécessaire, les personnes de plus de 15 ans pourront désormais être embauchées à temps partiel, le congé maternité sera allongé de 15 jours (payés à 50%) puis de 45 jours supplémentaires (en cas de maladie) …

Les salariés n’ayant plus de poste aux Emirats auront désormais 180 jours avant que leur Visa résident n’expire (contre 30 jours actuellement).

Le nouveau texte renforce également les règles en place concernant la protection des travailleurs contre le harcèlement sexuel, l'intimidation ou toute violence verbale, physique ou psychologique, que ce soit par des supérieurs ou des collègues ainsi que tout type de discrimination.

 

Sur le même sujet
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Maxime onambele ven 04/02/2022 - 08:55

Moi j'ai actuellement le dégoût de cette partie du monde. 

Dès mon arrivé sur Abu Dhabi, j'ai été employé dans une entreprise qui m'a fait bosser 4mois sans salaires, ils ont pris mon passport dans l'intention de faire mon visa, mais jusqu'aujourdhui ne l'ont jamais fait et ont commencé à me faire chanter.  Je devais être obligé d'accepter travailler dans des conditions terribles, sans argent, sans transports, nutrition...si je voulais obtenir mon visa. 

LE PIRE c'est que tu n'as pas où te plaindre, j'ai parcouru tous les endroits recommandés pour gérer ce genre de cas(Labour court, police...) J'ai jamais été écouté, pourtant j'ai en ma possession toutes les preuves...

Ce pays est vraiment très merdique.  

Répondre

Soutenez la rédaction Dubaï !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale