Mercredi 16 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Norbert Foerster, le nouveau directeur de la Swiss School (SISD)

Par Marie-Jeanne Acquaviva | Publié le 18/07/2019 à 01:00 | Mis à jour le 18/07/2019 à 12:38
Directeur SISD Norbert Foerster

lepetitjournal.com est allé à la rencontre de Norbert Foerster, le nouveau directeur de la Swiss International Scientific School in Dubai (SISD). Un homme du Nord à la fois discret, posé et très ouvert, il apporte avec lui le bagage  - rare de nos jours - d’une expérience de 20 ans dans la même école Genevoise (Institut International de Lancy), dont il a accompagné la croissance et l’évolution.  Depuis la simple école privée française jusqu’à en faire un fleuron du système IB (International Baccalaureate). Jeune expatrié hors de l’Europe, il aborde les défis du KHDA avec sérieux et confiance, et défend avec passion l’unicité de la SISD : un véritable enseignement bilingue et une ouverture sur le monde de demain.

 

 

Lepetitjournal.com/dubaï : Vous avez un parcours impressionnant : il est rare de rester autant d’années dans une même école, et d’en accompagner toute la croissance. Qu’est ce qui vous a poussé à vous expatrier pour la première fois ?

 

Norbert Foerster : Bon tout dépend : je suis allemand, donc pour moi partir travailler en Suisse constituait déjà une expatriation au sens premier du terme (sourire), mais il est vrai que c’est ma première expatriation hors de l’Europe. Dubaï est une ville très intéressante, à la fois totalement différente de tout ce que j’ai pu vivre jusqu’à présent et en même temps très familière par certains aspects qui sont très ressemblants à ce que l’on peut expérimenter à Genève : la forte proportion d’expatriés en particulier, le multiculturalisme et le multilinguisme, les hautes exigences académiques… Quant à mon parcours auprès de l’IIL, effectivement on peut dire que j’ai vécu sur vingt années tout le développement d’une école, avec l’intégration des programmes IB en partant de zéro. Cette connaissance très approfondie des différents systèmes scolaires Suisses, le fait d’avoir su jongler avec trois baccalauréats différents par exemple, c’est effectivement un bagage qui aujourd’hui m’est particulièrement utile dans cette aventure avec la SISD.

 

Comment se présente donc l’intégration du système IB auprès de la SISD?

 

C’est un processus qui se peaufine, avec des réglages et des adaptations tout en finesse, que la pratique du contrôle continu nous aide à mettre en place avec la meilleure efficacité possible.  Le choix entre l’IB et la Maturité Fédérale est vraiment de l’ordre individuel. La Maturité reste la voie royale pour toutes les grandes universités suisses, et cela fait sens pour toutes les familles qui sont dans la perspective d’un retour - ou d’une expatriation - à plus ou moins long terme vers la Suisse.

 

Comment pensez vous relever les défis imposés par les notations du KHDA ?

 

Le KHDA est en soi un système de notation et de vérification extrêmement poussé qui n’existe nulle part ailleurs en Europe - sous cette forme en tout cas. Notre défi consiste à faire apprécier et noter un système profondément et véritablement bilingue, qui ne correspond à aucun des standards habituels aux Emirats. C’est à nous de nous mettre à la page bien entendu de tous les standards imposés, mais c’est aussi à nous qu’incombe, en tant que pionniers, de donner à voir les particularités de notre système bilingue, et de convaincre par une forme d’excellence qui nous est donc particulière.

 

Comment se passe votre recrutement ? Le bilinguisme doit poser un défi aussi dans ce domaine n’est ce pas ?

 

Bien entendu nos critères sont plus complets, nous recherchons des personnes qui ont une expérience internationale, qui sachent naviguer entre les systèmes Suisse, Français et Allemand, sans parler de l’IB. Bien entendu cela complique les choses et restreint nos choix, mais l’excellence se fait toujours remarquer. Ce qui est je l’avoue le plus difficile à gérer c’est je pense quelque chose qui afflige toutes les écoles de Dubaï, mais qui se ressent plus encore ici puisque nous consacrons beaucoup à la formations de nos enseignants, c’est le turnover intense qui sévit dans la profession.

 

Que pensez vous de l’intégration des nouvelles technologies dans l’apprentissage ? est ce que c’est quelque chose qui est intégré à la SISD en général et à l’apprentissage des langues en particulier ?

 

Les nouvelles technologies sont intégrées à notre curriculum puisqu’elles aident à personnaliser l’apprentissage - et la personnalisation est vraiment au cœur de mes convictions pédagogiques. Effectivement elles vont aussi aider à la pratique et à l’apprentissage de la langue, en particulier je pense aux familles qui ont certes un attachement très fort à une langue mais qui la pratiquent peu au quotidien dans le cercle familial.

 

Qu’en est il de votre projet d’internat ? avez-vous réussi à convaincre les familles de la région ?

 

Là encore c’est un projet qui se construit sur le moyen et long terme bien sûr. Pour l’instant nous en sommes aux premiers pas, mais je peux déjà vous dire que les élèves inscrits s’y plaisent énormément, que les résultats sont là et que les familles qui ont fait ce choix sont très satisfaites.

 

Vous n’êtes pas arrivés depuis bien longtemps, et j’imagine que vous avez été accaparé par le travail de la rentrée, mais êtes-vous déjà sensible au charme de Dubaï, y avez-vous pris vos marques ?

 

Je suis encore vraiment dans la phase de découverte (sourire) et suis totalement enthousiaste d’aller autant que possible à l’encontre de toute une nouvelle culture, de poser un autre regard sur la société et la vie en général.

 

Directeur SISD Norbert Foerster

 

Swiss International Scientific School in Dubai

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Singapour Appercu

L’Alliance française de Singapour célèbre ses 70 ans!

Depuis soixante-dix ans, l’Alliance française de Singapour contribue aux échanges culturels entre la cité-Etat, la France et le monde francophone. Lors de la journée anniversaire du 12 octobre, la Pré