TEST: 2253

Élections consulaires : Stéphanie Jahn 

Par La Rédaction | Publié le 19/05/2021 à 16:30 | Mis à jour le 19/05/2021 à 16:30
Stephanie Jahn

L’élection des conseillers consulaires approche. Pour vous aider à mieux connaître les six candidats des circonscriptions des EAU, ainsi que leurs programmes, le petit journal de Dubaï leur a posé les mêmes questions. Ces interviews réalisées par écrit vous sont proposées dans l’ordre des tirages au sort effectués par les consulats généraux. Elles sont publiées entre le 17 et le 20 mai, c’est-à-dire avant le vote sur internet qui sera ouvert du 21 au 26 mai.

 

L’élection « à l’urne » aura lieu le 30 mai.

 

Les Français installés à l’étranger sont appelés à voter pour leurs conseillers, qui les représenteront auprès de chaque consulat dans le monde.

 

Aujourd’hui Stéphanie Jahn et sa liste « Alliance Solidaire »

 

 

Stéphanie Jahn, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

 

Née le 10 mai 1970, mariée et mère de 4 enfants âgés de 21 à 27 ans, je travaille dans le domaine de la gestion de patrimoine depuis 2003. Je suis actuellement Secrétaire générale de l’UFE Abu Dhabi. Après un premier séjour de 8 ans à Abu Dhabi de 2008 fin 2016 avec l’ensemble de ma famille, je suis revenue aux Emirats Arabes Unis depuis 2019 avec mon mari.

Je suis particulièrement sensible au travail du conjoint en expatriation.

 

Pourquoi souhaitez-vous vous présenter aux prochaines élections consulaires ?

Les Conseillers des Français de l’étranger ont la mission d’être les élus de proximité qui connaissent, soutiennent et représentent les Français de l’étranger auprès des ambassades et des Consulats de France à l’étranger. Il me semble essentiel que cette représentation soit le plus en phase possible avec ce que sont les Français de l’étranger aujourd’hui. Je me suis toujours impliquée dans les communautés françaises des pays où je me suis expatriée. Aujourd’hui, je souhaite aller plus loin dans cet engagement. Le mandat de Conseiller des Français de l’étranger permet d’avoir plus d’outils pour aider nos compatriotes.

 

Sous quelle étiquette vous présentez-vous ?

L’Alliance Solidaire des Français de l’Etranger (ASFE) pour la circonscription des Emirats arabes unis et Oman, un mouvement indépendant exclusivement dédié aux Français de l’étranger et à la défense de leurs intérêts. L’ASFE présente plus de 100 listes dans le monde à ces élections.

Son programme 

 

Quelle sera votre mission ? votre programme ?

Au total, plus de 3 millions de Français sont établis hors de France. L’objectif est de les soutenir et de les représenter auprès des instances consulaires locales afin de protéger leurs droits durant leur expatriation, de les accompagner dans leurs problématiques quotidiennes telles que l’éducation, la sécurité, la protection sociale, la famille, la retraite et la fiscalité. Mon programme est d’aider tous les Français des Emirats arabes unis et Oman sur ces questions, pour lesquelles les informations manquent parfois cruellement. C’est d’abord cet accès à l’information que je souhaite fluidifier.

 

Quels sont les principaux défis des Français à l’étranger selon vous ?

Alors que les communautés Anglo-Saxonnes maitrisent une tradition de soutien et d’entre aide au sein de leur communauté expatriée, le Français expatrié dans un nouveau pays se retrouve généralement plus isolé, devant découvrir par lui-même les complexités de sa nouvelle vie. Une vie à l’étranger s’organise différemment qu’en France : éducation, santé, chômage et rapatriement. Les organismes auxquelles on peut être habitué sur le territoire national n’existent pas à l’étranger. Beaucoup de services publics et gratuits, sont privés et payant à l’étranger. La vie peut très rapidement coûter très cher, surtout si l’on se retrouve sans emploi.  Il est important non seulement d’être bien informé, mais aussi bien entouré.

 

Pensez-vous que le rayonnement français aux EAU semble fragilisé par la crise sanitaire ? quelles perspectives anticipez-vous pour notre communauté ?

 

Il n’existe aucun pays ou peuple qui n’ait pas été fragilisé par la crise sanitaire. L’épidémie ne respecte ni culture, ni nationalité, ni frontière. Ce qui est important de noter, et d’honorer, c’est l’efficacité de la campagne de communication et d’aide qui s’est mise en place grâce au réseau diplomatique pour informer la communauté française.

 

Le principal défi que je vois aujourd’hui pour notre communauté, c’est l’emploi. Nous ne pouvons qu’espérer que l’élan de solidarité engendré par la crise sanitaire continuera pour former le noyau d’une nouvelle communauté française forte et unie.   

 

Si vous aviez un conseil à donner à vos compatriotes expatriés ce serait ?

 

Nous avons tous été expatriés une première fois, nous avons tous été confus et en quête de direction. Soyez l’ami, le guide de nos nouveaux arrivants, aidez-les à s’intégrer, à comprendre et à se sentir chez eux. Utilisons l’expérience que nous avons acquis pour s’entraider.   

 

 

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Dubaï !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale