Mercredi 21 avril 2021

5 conseils pour réaliser le meilleur investissement locatif

Par My expat | Publié le 02/12/2020 à 17:30 | Mis à jour le 02/12/2020 à 17:30
investissement locatif dubai

Lorsqu’on se lance dans un projet immobilier locatif, on souhaite évidemment faire le meilleur investissement possible. Mais, comment réaliser un bon investissement locatif ? Il n’y a pas de réponse unique : tout dépend de votre projet, de la rentabilité du bien et du type de location qui est mis en place par la suite. Réaliser un investissement immobilier locatif en France depuis Dubaï peut être très rentable. Regardons quelques points clés de plus près.

 

  1. Investir dans un bien ancien

Avant de commencer à rechercher son bien, on se pose souvent la question : est-il plus intéressant d’investir dans le neuf ou l’ancien ? Chaque type de logement a ses avantages et ses inconvénients, évidemment.

Mais, de manière générale, pour réaliser un investissement locatif rentable, il est conseillé de se tourner vers un bien ancien.

D’abord, en termes de prix d’achat, un bien immobilier ancien peut être 20 à 30% moins cher. Dans le cadre d’un investissement locatif, cela peut avoir un véritable impact.

En plus de cela, il faut réfléchir à l’emplacement. Les biens anciens sont plus proches du centre-ville ou des quartiers historiques. Acquérir un logement bien situé augmente l’attractivité de votre offre: il sera plus rapide de louer votre bien s’il est proche des commerces et des activités.

 

  1. Louer en meublé

Une fois le bien idéal trouvé, il faut choisir le type de location : louer meublé ou vide ? En optant pour la location meublée, l’investisseur bénéficie d’une rentabilité plus élevée et d’une fiscalité plus avantageuse.

En fait, le loyer d’un logement meublé est évidemment plus élevé que le loyer pour un bien vide. Il peut y avoir un écart de 5 à 30% dans le loyer entre ces deux types de location.

Le propriétaire qui choisit de louer son bien meublé peut, sous certaines conditions, réduire ses impôts. En fait, à la différence de la location vide, les revenus générés sont déclarés sous le régime BIC (bénéfices industriels et commerciaux).

Si le montant total des loyers annuels est inférieur à 23 000 €, le propriétaire peut bénéficier du statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP). Et, si ce montant est supérieur à 23 000€, il devra passer au statut de loueur en meublé professionnel (LMP). Les règles de déclaration et d’imposition diffèrent entre ces deux statuts.

Le propriétaire-bailleur qui bénéficie du statut LMNP peut déduire certaines dépenses liées au logement loué meublé, notamment les charges de copropriété, les assurances, les travaux de réparation ou encore les intérêts et les frais du crédit immobilier.

 

  1. Investir dans une ville dynamique

L’expatriation des français à Dubaï peut être une situation très favorable pour concrétiser un projet d’investissement immobilier locatif, au sein de l’hexagone. Pour réussir ce dernier, il est essentiel d’acquérir un bien dans une des grandes villes françaises, notamment Paris, Bordeaux, Lyon et Marseille.

Ces villes sont dynamiques et attirent les étudiants, les jeunes actifs et les cadres : le marché de la location y est donc important. En d’autres termes, la vacance locative est faible et la rentabilité élevée.

La capitale, évidemment, attire des étudiants, des internationaux, des familles et des jeunes actifs qui cherchent à s’y installer. L’immobilier parisien est donc synonyme de très forte demande locative et de plus-value à la revente. Prenons aussi l’exemple de Bordeaux, Lyon et Marseille, où le prix du mètre carré est relativement moins cher qu’à Paris, avec une moyenne pour un appartement de 4 451 €, de 4 965€ et 2 943€ respectivement. Le budget peut donc être plus faible dans ces villes pour une demande locative importante. La rentabilité est bien au rendez-vous !

 

  1. Opter pour la location longue durée

De manière générale, la location longue durée est plus rentable et plus pratique que la location courte durée.

D’abord, la location courte durée est synonyme d’un turnover élevé de locataires et donc, de frais supplémentaires notamment le ménage entre chaque occupant ou les frais de gestion pour la remise des clés par exemple. Et, les charges comme la consommation d’électricité, d’eau, les factures d’internet, les charges de copropriété sont payées par le propriétaire.

Toutefois, cette décision dépend de l'utilisation que les propriétaires peuvent avoir du logement. Par exemple, si les propriétaires ou des membres de leur famille font des aller-retour entre Dubaï et l’hexagone, la location courte durée peut être intéressante, car ils pourront y habiter pendant leur séjour.

Mais, dans le cadre d’un investissement locatif à haute rentabilité, il est fortement conseillé de se tourner vers la longue durée.

 

  1. S'inscrire sur My expat

My expat est une plateforme d’investissement locatif : c'est-à-dire que grâce à une plateforme digitale, un expatrié peut réaliser son investissement immobilier locatif en France. Tout se fait à distance grâce au digital, plus besoin de parcourir des kilomètres entre Dubaï et la France pour faire une visite ni même pour les procédures notariales !

My expat trie les meilleures opportunités du marché et vous propose les offres en ligne. Nos équipes négocient aussi le prix d’achat pour vous.

Depuis notre création, des expatriés français ont investi dans l’Hexagone depuis 60 pays différents, grâce à My expat. En plus, l’inscription est gratuite et sans engagement.

 

Vous avez un projet immobilier ? Inscrivez-vous sur My expat

 

my-expat-investissement-immobilier

My expat

My expat organise les projets immobiliers des expatriés.
0 Commentaire (s)Réagir

Lifestyle

VOYAGES

Où partir en voyage lorsque l’on est résident Dubaïote ?

Alors que de nombreux pays ouvrent peu à peu leurs frontières internationales, nous vous proposons un tour d’horizon des destinations qui accueillent les résidents et citoyens des EAU.

Expat Mag

Lima Appercu

La douane française restitue des objets archéologiques péruviens

Le 14 avril dernier, la douane française a remis aux autorités péruviennes neuf objets archéologiques saisis en 2012 par la brigade des douanes de Poitiers lors d’un contrôle à la circulation.