TEST: 3691

Témoignages : comment s'organise la vie en période de confinement

Par Joëlle Borgida | Publié le 30/03/2020 à 17:30 | Mis à jour le 31/03/2020 à 10:34
vie confinement témoignage famille télétravail organisation

Voilà déjà plus de quinze jours que notre quotidien a été bouleversé et que nous vivons une période inédite ; des personnes de la communauté francophone du Danemark nous parlent de leur "nouvelle vie" en ces temps de confinement.

Aujourd'hui trois femmes, trois mères de famille partagent avec nous leur nouveau quotidien. 

Lepetitjournal.com/copenhague leur a demandé de nous expliquer ce qui avait changé pour elles, comment elles s'étaient adaptées à ces contraintes, comment elles conciliaient vie professionnelle, personnelle, familiale, études ou encore quels étaient leurs ressentis, leurs angoisses face à la situation.

 

Marie Astrid :

Être confinés à Copenhague depuis plus de 15 jours, c'est reprendre son agenda et faire une croix sur tous les dîners avec nos amis qu'on avait déjà eu du mal à caler, mais bien sûr sans hésitation POUR LA SANTÉ DE TOUS ! Mais c'est aussi reporter des projets de longues dates comme la représentation de théâtre avec la troupe Chabada bada "Théâtre sans animaux" que l'on devait jouer fin mars après six mois de préparation, ou encore annuler la visite de certains amis en avril...

C'est aussi supprimer les rendez-vous réguliers chez le physio ou les déjeuners-visites entre copines, les cours de sport et de musique des enfants, sauf pour les cours en ligne de langue ! D'ailleurs être confiné c'est transformer les cours de danois à 15 dans une salle avec un professeur en un cours à distance. Expérience intéressante même si la prise de parole est moins spontanée...

 

Être confinés à Copenhague, c'est donc se retrouver à 5 à la maison (beaucoup plus facile qu'en appartement!), et partager les moyens virtuels de communication, tablettes et ordinateurs, pour que chacun puisse suivre ses cours à distance et ses devoirs du collège ou lycée. Partager un emploi du temps sur un écran blanc pour les Visio-conférences est d'ailleurs nécessaire ! Etre confinés, c'est travailler de la maison pour papa, et coordonner tout ce petit monde et s'assurer que le travail soit bien fait pour maman, même si j'imagine que cela est beaucoup plus facile qu'avec trois enfants en bas âge.

Côté pratique, être confiné, c'est organiser les repas pour manger à l'heure entre la vidéo de l'un, le cours écrit de l'autre et entre deux réunions de crise sur le coronavirus, et pour cela, c'est plus que jamais, aller en courses et remplir le frigo, et SURTOUT garder les DISTANCES DE SÉCURITÉ et bien veiller à SE LAVER LES MAINS dès que l'on rentre de la supérette, ou de dehors !

Côté ménage aussi, forcément à 5, 24h/24h, 7 jours/7, on salit plus, alors tout le monde met la main à la pâte pour le ménage et pour prendre le torchon, surtout quand le lave-vaisselle a rendu l'âme...

 

Mais être confinés à Copenhague, pour l'instant c'est facile par rapport à la France, car on peut sortir se promener dans la rue, dans un parc tout en respectant bien sûr les distances de sécurité de 1m et en évitant de se retrouver à plus de 10, bref en restant à 5 en famille, juste à 5...

Le confinement au printemps, c'est redécouvrir que la durée d'ensoleillement est plus longue que la nuit, surtout après son premier long hiver danois, et que le soleil est vraiment très bleu, les oiseaux chantent et la végétation se prépare pour une explosion de couleurs ! C'est ressortir le Mölkki, le lancer de tac et les ballons de foot et basket du cabanon de jardin ! C'est prendre le temps de faire du sport en famille... C'est aussi prendre le temps de visionner des photos ou des films d'enfance des enfants, ou découvrir un film inconnu en famille. C'est ressortir le scrabble, le jeu d'échec ou préparer une nouvelle partie de donjons et dragons... enfin jouer et partager un peu plus que d'habitude... C'est reprendre le goût des choses simples, des petits plaisirs en famille, ressortir une vieille recette, en essayer une nouvelle. C'est aussi dormir, beaucoup dormir, puisqu'il n'y a plus le temps de trajet pour le lycée, et que l'on ne doit plus se lever à 6h... C'est continuer son blog pour donner des nouvelles et donner aux gens envie de venir à Copenhague, c'est penser au prochain blind-test pour une future soirée karaoké avec les Chansons françaises au Danemark...

Et bien sûr c'est prendre des nouvelles de ses ami(e)s, les nouveaux à Copenhague, et les anciens en France ou aux quatre coins du monde. C'est penser à sa famille et la contacter régulièrement et souhaiter que tout le monde soit en bonne santé. C'est penser à tous ces gens dans l'ombre qui prennent soin des malades et qui gèrent toute cette crise, en espérant que tout cela ne dure pas trop longtemps et que l'on pourra tous se retrouver, encore plus fort !

 

Paola :

Une semaine de confinement ! Le temps passe moins vite parfois…

Chez nous, on essaie de garder une vie organisée ou structurée.

Réveil et petit déjeuner à la même heure pour essayer de garder un rythme travail, bureau, école, sport… sauf que tout se passe maintenant à la maison, chacun dans son propre espace.

Notre fille, qui est en Terminale,  a quand même pas mal de cours et de devoirs en ligne, ce qui occupe bien ses journées. Derrière cela, quand même l’inquiétude se savoir si ses futures épreuves du baccalauréat seront maintenues…

Moi, je me suis mise au sport et au Yoga sur Youtube devant ma télévision, avant la préparation du déjeuner… Mon mari travaille dans sa pièce, mais vient partager un ou deux cafés dans la matinée.

Après un repas de midi en scrutant les dernières infos de France, l’après-midi reprend jusqu’au début de soirée où on essaye d’aller marcher un peu pour s’aérer et pour faire un semblant d’activité physique même si le froid actuel réduit vite nos ardeurs.

Nous essayons aussi de garder un contact régulier avec nos proches en France, plus fréquent qu’à l’ordinaire surtout avec nos parents.

Et la soirée est occupée par le suivi des informations, l’évolution du nombre de cas de Covid-19 qui est un bon indicateur de l’estimation du temps de notre confinement, mais aussi par de la lecture et des films et séries TV (notre abonnement Netflix est enfin amorti !) : en ce moment c’est la série Vikings où la rudesse des conditions de vie de l’époque nous fait relativiser ce que nous sommes en train de vivre !

Pour l’instant tout le monde va bien et c’est bien l’essentiel !!! On espère que ça ne va pas durer trop longtemps, même si on ne se fait pas trop d’illusions...

 

Virginie :

Confinée et expatriée... la double peine...

Mariée, deux enfants, et expatriée à Copenhague depuis 18 mois, j'ai tout d'abord vu arriver le Covid-19 de loin, un peu nonchalamment, ça paraissait bien loin de nous, en Chine, on ne s'est pas méfié....

Puis le confinement a été décrété au Danemark et en France, et soudainement les frontières se sont fermées. Là, j'ai réalisé l'éloignement qui jusqu'ici ne me posait pas trop de problème.

C'est une chose de savoir que quelques milliers de kilomètres nous séparent, mais qu'en quelques heures de vol on peut rentrer si besoin, c'en est une autre lorsque l'on sait qu'on est bloqué et qu'on n’a pas le choix.

Ma fille étant restée en France pour ses études, seule, comment lui faire comprendre que c'est grave, qu'il faut qu'elle fasse attention et respecte les mesures de confinement, mais dans le même temps ne pas trop l'inquiéter pour ne pas la paniquer...

Les informations quotidiennes et internet alimentent suffisamment l'angoisse. 

Alors on prend des nouvelles de nos proches plus souvent, on discute en visio ou au téléphone, ça aide un peu.

Pour le confinement, ça va, on s'organise. Chacun a installé son bureau dans une pièce différente de l'appartement, heureusement nous n'habitons pas dans un 20m2 !!

Pour ma part, les tâches ménagères ou sortir le chien sont devenus des occupations nettement plus sympas à présent. Je prends plus de temps pour la cuisine également, trouver et tester de nouvelles recettes.

Nous nous sommes même mis à faire du pain. Le but est de s'occuper, et de varier les activités pour ne pas trouver le temps trop long : lire des livres qu'on n’a jamais eu le temps de lire par exemple.

Finalement, ce qui me manque le plus, ce sont mes cours de sport en salle, fermée jusqu'à nouvel ordre, et les rendez-vous café entre amies.

Alors on prend son mal en patience en espérant que le confinement soit efficace et que dans quelques semaines la vie reprenne son cours.

Cet été si tout va bien, on retrouvera nos proches, on repensera à cette période comme un mauvais souvenir, et surtout on appréciera peut être d'avantage la vie et la chance d'être là.

 

 

Merci à elles d'avoir pris le temps de nous raconter et 

si vous souhaitez également témoigner, écrivez-nous au Petitjournal.com Copenhague

 

 

Joelle

Joëlle Borgida

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée de longue date et désormais installée à Copenhague, je partage avec les lecteurs de lepetitjournal.com mes découvertes danoises.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Copenhague !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Joelle Borgida

Rédactrice en chef de l'édition Copenhague.

À lire sur votre édition locale