Vendredi 30 octobre 2020
Copenhague
Copenhague

Karine Vittaz, proviseure du Lycée français Prins Henrik de Copenhague

Par Joëlle Borgida | Publié le 19/08/2020 à 18:05 | Mis à jour le 19/08/2020 à 18:05
Photo : Karine Vittaz, proviseure du Lycée Prins Henrik de Copenhague
karine Vittaz, proviseure du Lycée Prins Henrik de Copenhague

Le Lycée français Prins Henrik accueille 860 élèves de la maternelle à la Terminale. Il a obtenu 100% de réussite au baccalauréat en 2019 dont 87% avec mention. Il prépare à des examens français et danois. Le lycée a une véritable dimension internationale avec plus de 35 nationalités, un enseignement bilingue dès la maternelle et il offre la possibilité d’apprendre 5 langues différentes. Il est situé dans la commune de Frederiksberg.

 

Nous rencontrons Karine Vittaz, proviseure du Lycée français Prins Henrik depuis la rentrée 2019.

 

Quel a été votre parcours avant votre arrivée au Danemark ?

 

Karine Vittaz : j’ai suivi des études littéraires qui m’ont menée à passer l’agrégation de lettres classiques. Je suis devenue enseignante tout en poursuivant un 3e cycle universitaire.

Très vite, j’ai voulu avoir une expérience à l’étranger,  je suis partie comme coopérante (NDLR : pour le Ministère des affaires étrangères) à l’Université de Tunis pendant 4 ans. J’ai eu la chance d’y enseigner la littérature française ainsi que le latin et le grec, ce qui est rare, et dans un pays dont le patrimoine romain est incroyablement riche. Cela a été un grand bonheur !

Je suis ensuite partie avec mon mari sur un poste double poste au Liban avec l’AEFE (Agence pour l’Enseignement du Français à l’Etranger). Nous étions dans deux établissements qui étaient très différents. Cela a été une belle aventure mais la vie était compliquée vu le contexte politique et encore plus avec un bébé.

J’ai ensuite occupé différents postes en collège, lycée et université comme professeur de lettres. Nous avons toujours été nomades, même en France.

Après la naissance de mon dernier enfant, j’ai réussi le concours de personnel de direction de l’Éducation Nationale. J’ai d’abord été nommée comme proviseur-adjointe dans un lycée classique en France. Après 4 ans, j’ai souhaité une autre expérience. J’ai donc choisi un second poste comme adjointe en charge des classes préparatoires au Lycée Champolion de Grenoble cette fois. Ça a été une expérience totalement différente et c’est ce que je souhaitais. C’est très important pour moi de renouveler l’intérêt professionnel. L’environnement était different, les enseignants aussi, c’était dans le supérieur cette fois, le calendrier n’est pas le même qu’en lycée : une vraie nouvelle expérience !

Après 4 ans, j’ai eu envie de repartir à l’étranger en tant que proviseure cette fois. J’ai postulé auprès de l’AEFE. C’est une vraie chance de pouvoir partir comme ça, à l’étranger, avec la possibilité ensuite de réintégrer un poste en France.

Copenhague était mon premier voeu. Il y a  20-25 postes de proviseur disponibles ds le monde chaque année. J’avais demandé également le Chili et la Malaisie. Il fallait que ce soit un pays sûr et où puissent être scolarisés nos enfants. C’est notre première expatriation avec eux ; un déménagement à deux avec quelques cartons et, cette fois-ci, en famille, ce n’est pas la même chose !

J’étais attirée par la Scandinavie comme beaucoup de gens en ce moment. Nous ne souhaitions pas retourner dans les zones où nous avions déjà travaillé. C’est une nouvelle découverte mais les expériences précédentes aident et on sait ce que c’est de s’adapter à un nouveau pays.

 

Quels sont objectifs pour votre première année au Lycée Prins Henrik ?

 

" La communication au centre de notre action" 

 

Karine Vittaz : La communication doit être au centre de notre action afin de mieux faire connaitre le Lycée français, sa façon de travailler. Les projets organisés au sein du Lycée sont innombrables et il faut qu’ils soient connus :

"un grand nombre de projets"

Les enseignants et élèves de la maternelle à la terminale organisent un grand nombre de des sorties et projets pédagogiques. Pour ne citer qu’eux : le voyage à l’ONU qui a eu lieu en janvier, le dispositif d'échanges individuels ADN- AEFE pour les classes de seconde, un projet dans le cadre de l'activité Maths en jean où les élèves iront en avril à l’École Centrale Paris suivre une conférence de mathématiques ou encore le projet Insideout avec le photographe JR. (NDLR : Lepetitjournal consacrera des articles plus détaillés sur certains de ces projets).

 

Il faut parler davantage, fidéliser les familles, accueillir, informer. (NDLR : C’est d’ailleurs dans ce but qu’une soirée d’information aura lieu le 26 février à 17h15 au Lycée,  Frederiksberg allé 22a, 1820 Frederiksberg).

 

Pouvez-vous nous parler du projet de la nouvelle école ?

 

" des locaux modernes, plus accessibles qui permettront une pédagogie plus moderne aussi"

 

Karine Vittaz : L’objectif est de pouvoir réunir tous les élèves sur le même site (NDLR : pour l’instant l’école maternelle est sur un site de Frederiksberg et le primaire et collège et lycée sur un autre), toujours dans la commune de Frederiksberg où beaucoup de familles de l’école habitent.

Ce seront des locaux modernes qui seront plus faciles d’accès (NDLR : notamment pour les personnes à mobilité réduite) et qui permettront une pédagogie plus moderne aussi.

Il y aura des infrastructures sportives plus adaptées à la taille de l’école. La nouvelle école devrait être prête en 2022-2023.

 

https://www.lfph.dk

 

joelle borgida

Joëlle Borgida

J’ai vécu dans huit pays ces vingt dernières années. Désormais installée à Copenhague, j'ai envie de partager mes découvertes danoises.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

La vague #MeToo atteint finalement le Danemark

La vague #MeToo qui avait touché le monde entier n’avait pas eu de résonances particulières, à ce moment-là, au Danemark. Mais le pays, 3 ans plus tard, le débat sur le harcèlement sexuel est lancé.

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.