Samedi 28 novembre 2020
Copenhague
Copenhague

Copenhague avant - après, des "anciennes" danoises témoignent

Par Joëlle Borgida | Publié le 19/10/2020 à 18:10 | Mis à jour le 20/10/2020 à 21:25
Photo : Hellerup en 1978 et la mer gelée
changements capitale danoise 20 ans climat réchauffement quartier magasins urbanisme mentalité

Copenhague Avant - Après,

la capitale danoise comme beaucoup de villes européennes a beaucoup évolué ces vingt dernières années. Les transports en commun ont été développés avec des métros ou des bus roulant à l’électricité verte. Les centres villes et les quartiers industriels ont été rénovés, on assiste d’ailleurs à l’embourgeoisement de quartiers auparavant populaires voire malfamés, on pense par exemple à Nørrebro. Pour faire face à l’afflux de population vers les grandes villes, de nouveaux quartiers ont vu le jour comme ceux d’Ørestad, Sluseholmen ou Nordhavn. Dans les magasins, il y a davantage de produits venant du monde entier et de produits de toutes les saisons (des fraises en décembre !). Et le réchauffement climatique se fait ressentir ici aussi ! 

Nous avons demandé à des « anciennes » Copenhagoises de se remémorer le Copenhague d’avant et de nous parler des changements les plus marquants à leurs yeux.

 

 

Anne-Sophie :

Le Danemark s’est ouvert en 15 ans à d’autres cultures culinaires, il ya une plus grande diversité. Les restaurants à sushis pullulent désormais par exemple. Il y a eu la tendance des glaces au yaourt avec choix de toppings qui a duré un temps, maintenant c’est la grande mode des donuts ! 

En supermarché, les nouveaux produits n’ont pas forcément bon accueil ici, j’ai l’impression que les danois ne se risquent pas à acheter des denrées qu’ils ne connaissent pas. Pour trouver des  produits un peu plus raffinés, il faut aller dans des boutiques spécialisées.

J’avais été très surprise en 2010 de voir que le choix était bien plus étoffé dans les supermarchés en Finlande. Il faut dire qu’il y a très peu d’hypermarchés au Danemark (les Bilka) et c’est vrai que la taille des supermarchés est certainement une entrave au lancement de nouveaux produits.

 

Dominique :

Étant arrivée en 1976, je trouvais beaucoup de quartiers de Copenhague très vieux, tristes et pas du tout mis en valeur. Ils étaient très sombres et presque sans charme. Au cours de ces vingt dernières années, beaucoup d’endroits se sont renouvelés, je dirais “ éclairés”... j’aime beaucoup maintenant  me promener dans les différents quartiers de la ville.

 

maisons façades couleurs
Maisons aux façades colorées dans le quartier d'Østerbro

 

Isabelle :

La météo : quand mes enfants sont nés en 1975 et 1978, c'était relativement "normal" de marcher sur la mer à Hellerup en février et les brises-glaces étaient une nécessité entre le Danemark et la Suède. Les havnebus (bateaux-bus dans le port de Copenhague) ne fonctionnaient jamais l'hiver, maintenant oui ! 

Hellerup 1978 Tuborg
La mer prise dans la glace à Hellerup en 1978 et les usines Tuborg en arrière plan

 

Les voitures : presque inexistantes (pour une parisienne !) en 1973 ; seules les classes relativement aisées en avaient une et maintenant il y a souvent deux voitures par ménage ! 

Les quartiers : Nyhavn n'était que pour les marins et les prostituées. Le Strøget qui était déjà une rue piétonnière depuis 1962 était, en 1973, plein de boutiques pornos qui ont disparu maintenant. Mais il y avait davantage de boutiques chics (Illum Bolighus y était déjà) et de boutiques de verreries. Ces dernières ont disparu quand les verreries de Holmegaard et de Kosta Boda ont été vendues. Les boutiques comme Gucci et Louis Vuitton sont "relativement nouvelles". Le port de Copenhague n'était qu'un port mais maintenant toute une nouvelle ville a jailli et des entreprises se sont installées le long des canaux. Heureusement qu'ils gardent une grande partie de l'île de Amager comme réserve pour animaux. De même Tuborg avait son usine à Hellerup, c'est désormais un nouveau quartier très chic. Les appartements tout juste construits sont à vendre jusqu'à 33 millions de DKK ! Nous avions l'habitude de prendre le bâteau à Tuborg pour rejoindre l'Allemagne, ce qui facilitait le voyage jusqu'à Paris.

La place des femmes : le fait que les femmes travaillent a changé énormément le mode de vie au Danemark. En 1973, la plupart des jeunes femmes mariées travaillaient déjà mais il a fallu qu'elles se battent pour avoir le même salaire que les hommes et il a fallu encore plus de temps pour changer les mentalités. 

Les supermarchés offrent un plus grand choix de produits relativement chers, surtout dans les communes riches.  Auparavant il n'y avait que les "Brugsen" au Danemark et les Irma dans les quartiers riches ou villes importantes. NETTO a ouvert le 1er avril 1981 et a désormais plus de 500 boutiques au Danemark et a commencé à ouvrir des boutiques à l'étranger dès 1990.

Les apéritifs forts et digestifs ont presque disparu. Maintenant ce serait plus du vin, du champagne pour l'apéritif. Quant aux cognacs etc…ils sont plus rares.

Les boutiques et supermarchés fermaient à 17h30 et le samedi de 13h ce qui rendait la vie difficile quand on travaillait toute la journée et avait des enfants à aller chercher. Cela a changé avec la loi du 1er octobre 2012 mais il faut quand même toujours voir la différence entre les régions riches et pauvres.

 

Copenhague années 70
rue de Copenhague dans les années 70 

 

Marie et sa famille :

Concernant les quartiers : Il y a eu beaucoup de changements notamment dans les quartiers en périphérie. Amager ou Ørestad sont sortis de terre. Carlberg et Valby ont été complètement remaniés. L’hôtel de ville a été refait, de nombreuses façades rénovées. On assiste à une gentrification des quartiers de Nørrebro et Vesterbro.

Les commerces : les horaires d’ouverture se sont étendus, les rayons vegan se sont agrandis et sont plus fréquents.

Transports : les bus roulent désormais à l’énergie verte, de nouvelles lignes de métro ont ouvert en 2019, 3 nouveaux ponts ont été édifiés dans la ville. La location de voitures électriques est apparue et on a assisté à l’arrivée massive de trottinettes.

 

Metro copenhague
Station de métro à Copenhague 

 

Au niveau politique, on constate un virage à droite avec davantage de nationalisme. Les règles d’accès au chômage et aux minima sociaux ont été durcies.

Il y a eu une refonte du système de santé avec la centralisation des hôpitaux et la fermeture des petites unités.

Côté média, la radio 24-7 a disparu, le festival Distorsion a été officialisé en 2007.

De façon plus générale, on sent chez les gens plus de stress et de colère.
 

pont Copenhague bibliothèque Black Diamond
Un des nouveaux ponts de Copenhague 

 

Séverine :

Copenhague a beaucoup changé. Je me souviens, quand je suis arrivée en 91, en bonne parisienne, je voulais prendre un café avant d’aller travailler le matin : c’était impossible, il n’ y avait que des værtshus ou des bars qui fonctionnaient le soir. Aujourd’hui, les danois ont vraiment adopté la culture de l’Europe du sud, on se retrouve dans un café avec les amis, les collègues ou même seul. Et il y a du choix : latte, americano etc… et souvent même un croissant ! Parfois, je me demande comment tous ces cafés peuvent survivre, mais il y a apparement assez de clients. Et dans les 10 dernières années, ils ont même installé des terrasses un peu partout ! 

 

Sylvie : 

L'hiver à Copenhague est bien différent de celui que j'ai connu dans les années 90. Quand je suis arrivée, la neige était omniprésente pendant plusieurs mois. Je me souviens des lacs gelés où l'on se retrouvait pour patiner, jouer au hockey sur glace. Je m'y suis même promenée avec mon fils en landau en 1995 !  Voici les derniers clichés d'un Copenhague blanc : la neige était tombée en abondance avec plusieurs centimètres : c'était le 1er janvier 2010 ! 

 

Copenhague neige rue hiver
Copenhague enneigée en 2010

 

Copenhague neige nuit froid hiver rue
Copenhague de nuit sous la neige en 2010

 

 

Nous remercions Anne-Sophie, Dominique, Isabelle, Marie, Séverine et Sylvie d'avoir accepté et pris le temps de rassembler leurs souvenirs, leurs photos et de les avoir partagés avec nous ! Tusind Tak ! 

 

 

Vous aimez nos articles, pour ne rien manquer,

 inscrivez-vous à notre newsletter, aimez notre page Facebook ou suivez-nous sur Linkedln

 

joelle borgida

Joëlle Borgida

J’ai vécu dans huit pays ces vingt dernières années. Désormais installée à Copenhague, j'ai envie de partager mes découvertes danoises.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Copenhague

Coronavirus

Covid-19 : les dernières annonces au Danemark en cette fin Novembre

Les derniers éléments concernant la pandémie de Covid-19 au Danemark : chiffres, campagne de vaccination, passeport Covid-19, voyages et activités réduite de l'aéroport de Copenhague.

Que faire à Copenhague ?

BONNES ADRESSES

Envie d'une raclette à Copenhague ?

Le Danemark n'est pas connu pour ses reliefs mais son climat peut justifier une envie de raclette. Reste à trouver appareil et fromage, lepetitjournal.com/copenhague vous met sur la piste !

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
SPORT

Wind-Surf : Sarah Hauser entre au Guinness World Records

La windsurfeuse Calédonienne Sarah Hauser entre au Guinness World Records pour la plus haute vague wind-surfée par une femme à 10,97 mètres de haut à Haiku, Hawaï, USA le 31 Décembre 2019.