Jeudi 22 octobre 2020

Plus près de la nature avec le wwoofing en Allemagne

Par Chloé Ferrante | Publié le 15/07/2020 à 12:35 | Mis à jour le 15/07/2020 à 21:23
Photo : © Pixabay
wwoofing Allemagne

En cette période de crise sanitaire liée au Covid-19, vous vous êtes peut être découvert une passion pour le jardinage ou le bricolage. Votre envie soudaine de revenir à l’essentiel et d’être proche de la nature vous a poussé à fabriquer des objets de vos propres mains, à faire pousser quelques herbes sur votre balcon…  Et si vous profitiez de l’été pour partir de chez vous pour continuer d’entretenir ces talents au vert en échange d’un toit ? C’est ce que vous propose le wwoofing, aider bénévolement une ferme biologique en échange de l’hospitalité pour quelques jours ou quelques mois. Alors retroussez vos manches et venez découvrir ce concept très à la mode.


Découvrir son pays

L’idée de base du wwoofing est d’effectuer bénévolement différentes tâches dans une ferme biologique en échange du gîte et du couvert. Vous pourrez aussi bien cueillir des fruits, vous occuper d’animaux, jardiner ou repeindre une grange. Les modalités des heures et du nombre de jours de travail par semaine sont à définir avec votre hôte. La durée du séjour peut varier de quelques jours à quelques mois ou même quelques années. Cette expérience s’adresse à tous à partir de 18 ans. Pour devenir un woofer (un voyageur), il vous faudra choisir le pays où vous souhaitez partir puis devenir membre en ligne sur www.wwoof.net afin d’avoir accès aux offres de la destination. Il ne vous restera plus qu’à contacter l’hôte qui vous intéresse. N’oubliez pas de vérifier si vous avez besoin d’un visa ou d’assurances selon le pays où vous partez.

 

wwoofing Allemagne
© Zoe Schaeffer, Unsplash

 

Les profils de ceux qui participent au woofing sont très différents, allant de la personne voulant voyager à petit prix à celle qui veut découvrir la vie agricole en passant par les curieux à la recherche de nouvelles expériences, vous êtes tous de potentiels woofers. Le wwoofing est justement très apprécié de ceux qui veulent voyager sans se ruiner en mettant la main à la pâte. Il ne vous restera en effet qu’à payer le voyage et les potentielles activités que vous prévoyez de faire en plus lors de votre séjour.

Mais attention ! Le wwoofing reste bien plus qu’une alternative pour voyager à petit prix. Il permet de vivre un séjour en immersion totale et donc d’apprendre par exemple plus facilement une nouvelle langue, de découvrir une nouvelle culture ou une nouvelle région du monde tout en apportant son aide aux agriculteurs. Le but principal est aussi que l’hôte de la ferme biologique partage son quotidien, son savoir-faire et ses connaissances. Une expérience qui vous fera donc grandir aussi bien humainement qu’intellectuellement. Le wwoofing est d’autant plus à la mode qu’il peut aider ce pour quoi beaucoup luttent en ce moment : faire prendre conscience à la population des solutions écologiques possibles pour faire face aux problèmes environnementaux.


Direction l'Allemagne

Le wwoofing vous donne donc l’opportunité de partir à l’étranger mais également de visiter votre pays. Et oui, le wwoofing c’est aussi l’occasion de découvrir des endroits en Allemagne que vous ne soupçonniez pas ! Le groupe national de wwoofing en Allemagne a été fondé en 1992. Pour faire du wwoofing en Allemagne il faut adhérer à l’association « wwoof » Allemagne. Votre abonnement vous coûtera 25€ et sera valable un an. Dès lors que vous êtes membres, vous aurez accès aux 531 fermes qui proposent des séjours et vous pourrez entrer en contact avec leurs hôtes. Sélectionnez les bien en fonction de vos attentes, il est en effet essentiel qu’ils répondent à vos critères, à votre façon de voir les choses afin que votre séjour soit une réussite. Et si vous n’êtes pas encore membre, vous pouvez quand même voir les annonces sur https://wwoof.de/de/hosts/search pour vous faire une idée de ce qui est proposé, vous n’aurez cependant pas accès à toutes les informations. Imaginez-vous par exemple vivre dans la petite ville de Pulsnitz en Saxe. Vous jardinez et élevez des animaux la semaine et le week-end vous profitez des vastes sentiers de randonnées, du château baroque, de la place du marché avec ses maisons médiévales ou encore du bon pain d’épices. Vous pourriez également partir à Möllenbeck dans le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et découvrir un nouveau mode de vie, l’autonomie alimentaire, sans oublier de profiter des lacs et des paysages vallonnés. Ce ne sont que deux exemples parmi toutes les destinations qui vous sont proposées.

 

Wwoofing ferme
© Pixabay

 


Mais au fait, ça vient d’où le wwoofing ?

Le concept de wwoofing est né en Angleterre en 1971. Sue Coppard, une secrétaire travaillant à Londres, avait envie de changer d’air. Elle voulait découvrir la campagne et aussi soutenir l’agriculture biologique. C’est ainsi que Sue accompagnée de deux autres personnes est partie pour la première fois pour un week-end à la ferme dans la région du Sussex au collège Emerson. En échange de travaux agricoles, ils se virent offrir un repas et un toit. Les citadins comme les fermiers apprécièrent énormément cette expérience. Le terme WWOOF est alors apparu, signifiant à l’origine « Working Weekends on Organic Farms » (week-ends de travail dans des fermes biologiques). Ce nouveau concept fut un succès et très vite les bénévoles travaillèrent plus qu’un week-end, le nom évolua alors pour « Willing Workers on Organic Frams » (travailleurs volontaires dans des fermes bios). Le wwoofing s’est étendu au monde entier grâce aux étrangers ayant apprécié leur expérience WWOOF au Royaume-Uni. Ces derniers ont ramené l’idée dans leur pays et fondèrent un groupe WWOOF national avec l’aide de WWOOF britannique. Mais le terme de « travailleurs volontaires » posait problème car il pouvait désigner un travail rémunéré alors que le wwoofing est avant tout du bénévolat. Le terme s'est alors transformé en « World-Wide Opportunities on Organic Frams » (Opportunités dans des fermes bio du monde entier).
 

wwwoofing Allemagne
© Pixabay

 

Actuellement, les groupes WWOOF présents dans plus de 130 pays sont indépendants et autonomes afin de répondre aux besoins locaux. Ces groupes nationaux sont néanmoins regroupés au sein d’une association internationale, la FoWO (Federation of WWOOF Organisations). Elle permet de retrouver tous les pays proposant des séjours en wwoofing. Il existe aussi un groupe WWOOF, fondé en 1995 et nommé WWOOF Independents, qui s’occupe des pays n’ayant pas d’organisations nationales. 

Vous l’aurez compris, le wwoofing est la solution idéale pour allier voyages, découvertes et enseignements. Si vous avez un peu de temps et surtout envie de nouvelles expériences enrichissantes il est toujours temps de vous inscrire ! Mais faites attention, car en période de crise sanitaire, certaines fermes biologiques n’accueillent plus de wwoofers ou sous certaines conditions, renseignez-vous donc bien sur ce qui est autorisé ou non. Il faudra peut être décaler votre départ.

 

Chloé Ferrante IMG_20200102_104955 - Copie

Chloé Ferrante

Rédactrice web pour Lepetitjournal.com Allemagne, Chloé se passionne, en dehors de l'écriture, pour le sport et plus particulièrement le badminton, les voyages et les domaines franco-allemands.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Berlin Appercu
JEUNESSE

Les jeunes Allemands ont élu « Lost » comme mot de l’année 2020

Suite à un vote en ligne que l’éditeur « Langenscheidt » a récemment organisé, le mot de l’année élu par les jeunes Allemands est un mot anglais qui semble décrire leur malaise en période de crise.

Communauté

Berlin Appercu
SOCIÉTÉ

Le féminisme en Allemagne aujourd’hui : un ou des féminismes ?

Le féminisme a pris plus de temps à s’installer en Allemagne qu’en France ou dans le reste du monde. Mais quelle est l’histoire du féminisme allemand ? Et quels sont les courants féministes actuels ?

Vivre à Cologne

Berlin Appercu
JEUNESSE

Les jeunes Allemands ont élu « Lost » comme mot de l’année 2020

Suite à un vote en ligne que l’éditeur « Langenscheidt » a récemment organisé, le mot de l’année élu par les jeunes Allemands est un mot anglais qui semble décrire leur malaise en période de crise.