Lundi 28 septembre 2020

Le télétravail : une solution durable outre-Rhin ?

Par Chloé Ferrante | Publié le 11/06/2020 à 07:00 | Mis à jour le 11/06/2020 à 07:00
Photo : © Pixabay
teletravail Allemagne home office

Avec le coronavirus, nombreux sont ceux qui ont été contraints de travailler à domicile en Allemagne. Cette solution, quand le secteur d’activité le permet, est pour le moment une « alternative ». Va-t-elle devenir la norme ?

Le télétravail (home office) se développe en Allemagne tout comme dans les autres pays européens. Selon une étude Eurostat publiée en 2020 et d’après les données récoltées par l’Office statistique de l’Union européenne, 5,2 % de la population active allemande pratiquait régulièrement le télétravail en 2019. Actuellement, il n’existe officiellement aucun droit au travail en home office. Les salariés peuvent néanmoins demander à leur employeur de travailler depuis chez eux mais ils ne peuvent pas l’exiger. Pour le moment, chacun s’organise donc individuellement.


Bonheur ou enfer : des avis partagés

L’arrivée de la pandémie de Covid-19 a instauré un nouveau mode de travail pour une grande partie de la population, le home office. Elle a contraint les plus récalcitrants, presque instantanément, à devoir s’adapter. Les débuts ont été plus ou moins compliqués. Mais après quelque temps d’adaptation, le pays a assisté à une prise de conscience collective aussi bien des salariés que des employeurs. Qu’ils soient ingénieurs, secrétaires, psychologues, courtier en assurances, journalistes, enseignants… beaucoup ont compris qu’il ne leur était pas impossible dans notre monde digital, de télétravailler un voire plusieurs jours dans la semaine. Rester chez soi pour travailler c’est ne plus avoir à se soucier des bouchons sur le trajet menant au travail, des trains et métros bondés ou en retard mais aussi des conditions météo... C’est donc du stress et de la fatigue en moins. Le télétravail aurait même pour effet de rendre le salarié plus productif !
 

Télétravail
© PhDelestre


En revanche, même si ces dernières semaines, certains ont reconsidéré le home office et lui ont rendu ses lettres de noblesse, cette façon de travailler ne fait toujours pas l’unanimité. Des salariés estiment en effet, qu’en étant seuls chez eux ils manquent de soutien ou pointent du doigt le peu de relations sociales qu’ils ont à travers un écran avec leurs collègues. D’autres ne s’en sortent plus et se disent dépassés face à l’avalanche de communication sur internet ou encore considèrent le télétravail comme intrusif dans leur vie privée, tout le monde ne possédant pas un bureau ou espace de travail séparé de son espace familial. Cela montre que le développement des technologies apporte des avantages certes non négligeables mais a ses limites. Notons aussi que le home office semble compliqué voire impossible dans certains cas. En effet, tous les métiers ne requièrent pas le même matériel et ne peuvent pas être exercés de manière numérique.
 

télétravail Allemagne
© PhDelestre


Le projet de Heil ou le droit de télétravailler

Selon les premières estimations, le nombre de travailleurs à domicile est passé à 25% pendant cette crise. Au vu de la situation, Hubertus Heil, ministre fédéral du Travail et des Affaires sociales, estime que pérenniser le télétravail serait envisageable. Son idée est d’introduire un droit au home office, une loi qui rendra officiellement possible le travail à domicile. Les salariés auraient alors le droit de l’exiger et si un employeur refuse, il devra se justifier. Il a pour le moment déclaré au journal « Bild am Sonntag », « Je travaille sur une nouvelle loi pour le droit à un bureau à domicile, que je présenterai d'ici l'automne. Tous ceux qui le souhaitent et dont le travail le permet, devraient pouvoir travailler à domicile – soit complètement, soit seulement certains jours de la semaine ». Même si pour le moment tout n’est pas structuré, Hubertus Heil a déjà souligné deux choses très importantes. Il veut « instaurer des règles » pour éviter que « le travail ne ronge trop la sphère privée » en imposant « une heure de fermeture même pour le travail à domicile, et garantir la santé et la sécurité de tous ». Il a également ajouté que le travail à domicile serait une option pour les employés « Nous voulons rendre possible le travail à domicile, mais nous ne voulons pas le forcer ».

Le télétravail ne peut pas faire tourner à lui seul l’économie

Ce genre d’annonce divise forcément, les politiques ne sont pas du même avis. D’une part le projet est soutenu, notamment par les membres du SPD, parti d’Hubertus Heil, et par Katrin Göring-Eckardt, membre du parti Les Verts. Ils s’expriment en faveur du télétravail et sont surtout pour la loi qui devrait l’encadrer car selon eux cela « fonctionne mieux s’il y a des règles claires ». D’autre part, l’introduction de cette loi en fait frémir. Pour Peter Weiß par exemple, membre de la CDU, le télétravail doit être « une offre et non un droit », car il n’est pas envisageable pour tous alors qu’il faut être capable de garantir les mêmes droits pour tous les employés. De plus, ce dernier, comme notamment Alexander Dobrindt, vice-président du groupe CDU/CSU, Hermann Gröhe membre de la CDU et certains employeurs estiment qu’introduire ce droit représenterait une intervention négative dans le processus de travail et l’organisation des entreprises. L’argument principal avancé « le télétravail ne peut pas faire tourner à lui seul l’économie ». Par ailleurs, pour les détracteurs, « une telle obligation peut s’avérer coûteuse et difficile à organiser ». Ces derniers encouragent cependant le développement du télétravail mais sans que cela ne les contraignent afin de ne pas limiter la croissance et la flexibilité des entreprises.

Enfin, l’introduction de cette loi pourrait amener une partie de la population à envisager différemment son métier. Ce n’est encore qu’un projet qu’il va falloir développer et étoffer. Il ouvre certainement la voie à de nouvelles possibilités.

(Dessins de presse © Philippe Delestre)

 

Nous vous recommandons

Chloé Ferrante IMG_20200102_104955 - Copie

Chloé Ferrante

Rédactrice web pour Lepetitjournal.com Allemagne, Chloé se passionne, en dehors de l'écriture, pour le sport et plus particulièrement le badminton, les voyages et les domaines franco-allemands.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Heidelberg Mannheim Appercu
INTERVIEW

Philippe Huguet – Du chant lyrique au blues en passant par Brel

Philippe Huguet interprète Brel depuis des années en Allemagne. Il revient avec un genre nouveau et présente son spectacle Bleu-Blanc-Blues en Hesse et Rhénanie du Nord-Westphalie. Entretien.

Que faire à Cologne ?

Heidelberg Mannheim Appercu
INTERVIEW

Philippe Huguet – Du chant lyrique au blues en passant par Brel

Philippe Huguet interprète Brel depuis des années en Allemagne. Il revient avec un genre nouveau et présente son spectacle Bleu-Blanc-Blues en Hesse et Rhénanie du Nord-Westphalie. Entretien.

Vivre à Cologne

Munich Appercu
Infos pratiques

Boire de l’eau du robinet en Allemagne, c’est possible ?

Fraichement débarqué en Allemagne, vous vous demandez si vous pouvez y boire l’eau du robinet ? Si en France il est courant de boire l’eau du robinet, qu’en est-il dans le pays de Goethe ?

Expat Mag

CINÉ

Les Apparences, la bourgeoisie expatriée vue par Marc Fitoussi

Dans son dernier film, Marc Fitoussi s’attaque à la bourgeoisie expatriée. Karin Viard et Benjamin Biolay y campent un couple de Français vivant à Vienne dont la vie semble parfaite, en apparence