Dimanche 25 octobre 2020
Francfort
Francfort

Philippe Delestre ou la crise sanitaire à travers le dessin de presse

Par Chloé Ferrante | Publié le 23/06/2020 à 20:00 | Mis à jour le 29/06/2020 à 15:50
Photo : © PhDelestre
Coronavirus Philippe Delestre dessin

La crise sanitaire liée au Covid-19 en a inspiré plus d’un, à l’image du dessinateur de presse Philippe Delestre que notre média avait rencontré à Mayence en 2014 lors de la présentation de l’ouvrage La Guerre est finie. Il a réalisé plus de 40 000 dessins en 43 ans pour l’Est républicain et a travaillé pour plusieurs journaux locaux. La situation exceptionnelle que nous traversons n’a bien entendu pas échappé à cet homme dont les dessins s’inscrivent dans l’actualité.

Lepetitjournal.com Allemagne a eu la chance d’interviewer Philippe Delestre… en visioconférence, crise sanitaire oblige ! Il revient sur ses inspirations liées au Covid-19, sa relation avec l’Allemagne et ses futurs projets. Découvrez celui qui a encore plus d’un dessin dans son sac.


Lepetitjournal.com Allemagne : Vous êtes dessinateur de presse à la retraite depuis 2018. Depuis le début de la crise sanitaire vous avez produit beaucoup de dessins sur le sujet, quelles sont vos inspirations ?

Philippe Delestre : ma principale inspiration a été de travailler sur le confinement qui était le dénominateur commun à tous. Ce confinement a mis chacun au même régime, quelle que soit sa catégorie, sa taille, sa grandeur… C’est donc ce phénomène exceptionnel qui m’a motivé. Partant de là, j’ai essayé de faire des dessins qui regroupaient tout le monde en créant deux, trois personnages que j’avais déjà en tête. J’ai toujours été passionné par le sirop de rue et pendant le confinement j’étais comme d’habitude dans la rue, mais c’était plutôt vide et silencieux. Finalement, le dessin de presse c’est comme un petit théâtre, le dessinateur fait ses décors, ses costumes et sa mise en scène. J’ai ainsi mis en place la pièce Confinement.
 

Philippe Delestre illustrateur
© PhDelestre

 

Les dessinateurs, les illustrateurs peuvent librement s’exprimer à travers leurs dessins et véhiculer des messages forts, mais cette liberté d'expression des illustrateurs de presse a-t-elle notamment souffert des événements « Charlie Hebdo » ?

Au moment des attentats de Charlie Hebdo en 2015, je n’ai pour ma part, jamais eu à subir de censure ou autre. Plus un phénomène est important, plus on laisse libre court à notre imagination. En ce qui me concerne, en 45 ans, je n’ai jamais été censuré une seule fois !


En janvier 2014, vous avez présenté l’ouvrage La Guerre est finie à Mayence dont vous êtes l’auteur des dessins et Philippe Claudel des textes. Vous aviez notamment évoqué votre inspiration pour ces dessins, expliquant que vous aviez été logé dans la famille Langenbein lors de votre séjour en Allemagne en 1969 à Bad-Türkeim et que le grand-père de cette famille vous avait longuement parlé de la Guerre 14-18. Quelle est aujourd’hui votre relation avec l’Allemagne ?

Ma relation avec l’Allemagne est excellente. Je suis Lorrain et une partie de ma famille a été annexée à la guerre de 70. Ma grand-mère avait sept cousins germains, pendant la Guerre 14-18 quatre étaient sous l’uniforme allemand et trois sous l’uniforme français. Pour moi, l’allemand s’inscrit dans mon historique. J’ai par exemple toujours perçu la Guerre 14-18 comme un fratricide. En résumé j’ai un contexte franco-allemand prononcé.

 

Philippe Delestre illustrateur
© PhDelestre

 

Comme déjà évoqué, vous êtes à la retraite. Vous semblez passionné comme au premier jour, vous publiez d’ailleurs quotidiennement un dessin sur votre page Facebook. Comptez-vous prendre un jour une véritable retraite ?

J’ai une telle passion pour le dessin que, tant que je peux dessiner, je le ferai. ! Il faudrait la mort, la maladie ou un contexte extraordinaire pour que je m’arrête de dessiner. Je prépare notamment des livres pour le mois de septembre, octobre, novembre donc pour l’instant le retraité est plutôt actif !


Retrouvez chaque jour un dessin de Philippe Delestre sur sa page Facebook. Et son hommage à Paname sur Ulule.

 

Nous vous recommandons

Chloé Ferrante IMG_20200102_104955 - Copie

Chloé Ferrante

Rédactrice web pour Lepetitjournal.com Allemagne, Chloé se passionne, en dehors de l'écriture, pour le sport et plus particulièrement le badminton, les voyages et les domaines franco-allemands.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Heidelberg Mannheim Appercu
SOCIÉTÉ

Changement d’heure – La faute aux Allemands ?

Nous passons à l’heure d’hiver ce dimanche. Il faudra penser à reculer d’une heure vos montres dans la nuit de samedi à dimanche. Mais saviez-vous que l’Allemagne a été la première à changer d'heure ?

Communauté

INTERVIEW

Bruno Zaid : « La peinture est arrivée par hasard »

L’artiste peintre français Bruno Zaid exposera certaines de ses œuvres les 24 et 25 octobre 2020 lors de l’exposition « Tatorte Kunst » à Wiesbaden. Il s’est confié sur son parcours à la rédaction.

Que faire à Francfort ?

INTERVIEW

Bruno Zaid : « La peinture est arrivée par hasard »

L’artiste peintre français Bruno Zaid exposera certaines de ses œuvres les 24 et 25 octobre 2020 lors de l’exposition « Tatorte Kunst » à Wiesbaden. Il s’est confié sur son parcours à la rédaction.

Vivre à Francfort

Berlin Appercu
JEUNESSE

Les jeunes Allemands ont élu « Lost » comme mot de l’année 2020

Suite à un vote en ligne que l’éditeur « Langenscheidt » a récemment organisé, le mot de l’année élu par les jeunes Allemands est un mot anglais qui semble décrire leur malaise en période de crise.