Samedi 23 octobre 2021
TEST: 3873

Le stade des 700 ans à Chiang Mai, rendez-vous des sportifs de tous poils

Par Catherine Vanesse | Publié le 18/08/2021 à 00:00 | Mis à jour le 18/08/2021 à 09:26
Photo : Catherine Vanesse - Construit en 1995, le stade des 700 ans de Chiang Mai est à la fois un centre sportif et un parc public où il est possible de pratiquer de nombreuses activités
Garçon en roller devant le stade sportif à Chiang Mai

Si la vie en ville est clairement au ralenti à cause des restrictions sanitaires, au stade des 700 ans de Chiang Mai, les sportifs continuent d’affluer et incitent d’autres à se mettre au sport.

Tous les jours, en particulier tôt le matin ou en fin de journée à partir de 17 heures, le complexe sportif des 700 ans voit arriver son lot de sportifs, que ce soit pour courir, jouer au badminton ou au basket ou pour s’essayer à quelques figures en patins à roulettes ou skateboard. 

 

Hôte des Jeux d’Asie du Sud-Est

Le complexe sportif des 700 ans (สนามกีฬาสมโภชเชียงใหม่ 700 ปี) a célébré en toute discrétion ses 25 ans d’existence en 2020. Le stade a été construit pour accueillir les Jeux d’Asie du Sud-Est (Southeast Asian Games ou SEA Games), une compétition multisports organisée tous les deux ans en Asie du Sud-Est et pour commémorer les 700 ans de la ville de Chiang Mai (1296). 

Ces 18ème Jeux d'Asie du Sud-Est se sont tenus du 9 au 17 décembre 1995 et se tenaient pour la première dans une ville qui n’était pas une capitale, plaçant dès lors la Rose du Nord parmi les villes d’envergure pour accueillir une compétition sportive. 

 

Joueurs de badminton au stade des 700 ans
Le badminton est un sport très populaire en Thaïlande et il est rare de trouver un terrain vide en fin de journée. Photo Catherine Vanesse

 

Aujourd’hui, le complexe est tout à la fois un centre sportif et un parc ouvert au public. Au niveau des infrastructures sportives, le centre se compose d’un stade principal pouvant accueillir jusqu’à 4.500 spectateurs, de trois stades intérieurs, de 11 terrains de tennis, d’un vélodrome, d’une piscine olympique et d’un bassin de plongeon en hauteur, de terrains de football, de basketball, de badminton et de volley-ball, d’un stand de tir et d’une salle de fitness. Les tarifs varient selon les activités. 

Néanmoins, certains espaces permettent de pratiquer du badminton, du basketball ou de la course à pied gratuitement. Des machines de fitness sont également accessibles gratuitement en extérieur. 

 

Fréquentation importante

Malgré le Covid-19 et la fermeture temporaire de certaines activités telles que la piscine olympique ou la salle de gym en fonction des restrictions provinciales, certains affirment que la fréquentation du complexe des 700 ans a même augmenté. 

 

Des sportifs s'entraînent sur les machines de fitness
Plusieurs machines de fitness sont mises gratuitement à disposition du public. Photo Catherine Vanesse

 

J’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de monde qu’avant. Parfois, je ne suis pas toujours à l’aise, car les gens ne portent pas de masque quand ils courent, mais je pense néanmoins que les bénéfices du sport sont plus importants que les risques, surtout en ce moment”, explique Sirinapa, une trentenaire qui vient régulièrement courir. 

Il faut dire que le lieu est idéal pour les amateurs de jogging, un espace leur est dédié sur la route qui fait le tour du complexe sportif, d’une longueur de 2.400 mètres, il constitue une bonne base d’entraînement. Il est également possible de varier les paysages puisqu’une piste cyclable/jogging permet de continuer jusqu’au lac de Huay Tueng Thao à 6 kilomètres de distance. 

 

Skate and roll

Derrière le stade principal, une zone à l’abri des voitures et des coureurs est devenue le terrain de jeux des amateurs de patins à roulettes, rollerblade, trottinette et skateboard de tout âge et surtout de tout niveau. Depuis deux ou trois ans, les sports à roulettes sont de nouveau à la mode en Thaïlande et séduisent de nombreuses personnes.

 

famille en rollerblade
Ces derniers mois, le rollerblade et le skateboard attirent de plus en plus de personnes de tout âge. Photo Catherine Vanesse

 

Je crois que j’ai converti quelques personnes au rollerblade”, plaisante Jean-Charles. Le Français de 70 ans confie : “lorsque j’ai commencé à venir ici il y a quatre ans, je pense que j’étais le seul à faire du rollerblade et depuis quelques mois, nous sommes de plus en plus, cela fait plaisir”. 

Fon, une Thaïlandaise de 27 ans s’est mise au roller au début de l’année 2021 un peu par effet de mode alors qu’elle n’avait jamais pratiqué ce sport, mais depuis elle n’imagine pas ne pas venir au moins une fois par semaine. Dans une ambiance bienveillante, les patineurs s’échangent des astuces et s’apprennent des techniques pour faire de nouvelles figures. 

 

Lieu de rencontres

Et c’est là que la pratique du sport montre tous ses avantages, puisque même si l’on ne parle pas la même langue ou que l’on ne maîtrise pas les termes techniques dans une autre langue, une démonstration vaut plus que les mots! Rien de tel pour se faire des amis.

 

marché devant le complexe sportif
Tous les jours, un petit marché prend place à l'entrée du complexe sportif pour vendre des boissons, smoothie, salades ou sandwichs ainsi que des chaussures de sport et autres équipements de seconde-main. Photo Catherine Vanesse

 

En fait, le stade des 700 ans, à l’heure où de nombreux lieux sont fermés, en particulier les lieux de rencontres tels que les bars, les pistes de courses ou de rollers ou les terrains de badminton deviennent des lieux parfaits. De plus, c’est l’occasion de pratiquer un peu le thaïlandais vu qu’il y a très peu d’étrangers présents.

Fon avoue même avoir déjà eu l’un ou l’autre rendez-vous ‘Tinder’ au stade. Dans un communiqué de presse publié en mars 2021 par l’application de rencontre, Tinder déclarait avoir enregistré trois fois plus de mentions “roller skating” dans les descriptions de profil par rapport à 2020. 

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
0 Commentaire (s) Réagir