Lundi 25 octobre 2021
TEST: 3873

L’UNESCO ajoute Chiang Dao à son réseau mondial de réserves de biosphère

Par La rédaction de Chiang Mai | Publié le 20/09/2021 à 00:00 | Mis à jour le 21/09/2021 à 15:26
Photo : Solène Dartus - Avec une altitude de 2.175 mètres, la montagne de Chiang Dao est le troisième sommet le plus haut de Thaïlande
Vue sur Doi Chiang Dao

Le troisième plus haut sommet de Thaïlande, la montagne de Chiang Dao vient d’être classée comme une réserve de biosphère par l’UNESCO. 

 

Avec une altitude de 2.175 mètres, la montagne de Chiang Dao est le troisième sommet le plus haut de Thaïlande. Situé dans le district de Chiang Dao à 80 km au nord de Chiang Mai, Doi Chiang Dao fait désormais partie des sites reconnus par l’UNESCO dans son programme sur l’Homme et la biosphère (MAB). 

 

Il s'agit de la seule région du pays dotée d’une végétation dite subalpine que l’on trouve également dans l’Himalaya et dans la partie sud de la Chine. De nombreuses espèces rares, menacées ou vulnérables vivent dans cette réserve de biosphère de 85.909 hectares, comme le gibbon à mains blanches (Hylobates lar), le semnopithèque de Phayre (Trachypithecus phayrei), le goral chinois (Naemorhedus griseus), le tigre (Panthera tigris) ou la panthère nébuleuse (Neofelis nebulosa).

 

La région de Chiang Dao regorge de grottes formées par l’infiltration des eaux pluviales à travers les formations calcaires. La plus grande et la plus importante d’entre elles est la grotte de Chiang Dao, dont la réserve de biosphère tire son nom. 

 

Cette cavité, à l’entrée de laquelle se trouve un temple bouddhiste de style Lanna, est associée à la légende de Chao Luang Chiang Dao, le roi de tous les esprits, qui résiderait dans l’imposant Doi Chiang Dao. La grotte et la montagne sont considérées comme des lieux sacrés et attirent chaque année de nombreux visiteurs. Un modèle de gestion de l’impact des visiteurs a d'ailleurs été mis en place. L’écotourisme, l’observation des oiseaux et des étoiles constituent d’autres attractions touristiques locales.

 

L’agriculture s’appuie sur un système d’irrigation traditionnel par gravité dénommée maung fai et constitue une activité notable du site, où les pratiques et les connaissances locales ont été maintenues pendant près de 800 ans, note l'UNESCO dans un communiqué.

 

En plus de l’ajout de la montagne de Chiang Dao, l’UNESCO a reconnu 19 autres sites au Réseau mondial de réserves de biosphère, qui compte désormais 727 réserves de biosphère dans 131 pays. Les réserves de biosphère de l'UNESCO, où se conjuguent conservation de la biodiversité, éducation environnementale et recherche et développement durable, couvrent désormais plus de 5 % de la surface terrestre.

0 Commentaire (s) Réagir