En bref : qu’est-ce que cette eau tombant des arbres à Buenos Aires ?

Par Lepetitjournal Buenos Aires | Publié le 23/12/2020 à 18:22 | Mis à jour le 23/12/2020 à 18:22
chicharra de la espuma buenos aires

En vous baladant dans les rues de Buenos Aires vous avez sans doute senti ces petites gouttes rafraîchissantes qui tombent des arbres. Mais qu’est-ce qu’est vraiment ce liquide ? L’explication réelle de ce que l’on surnomme « les arbres qui pleurent » n’est en fait pas très poétique.

 Cette « eau » provient d'une larve appelée chicharra de la espuma ou Cephisus siccifolius, et plus précisément ce sont les déjections de cet insecte. En effet, les larves se nourrissent de la sève des tipas, ces grands arbres présents dans toute la ville, et produisent en même temps des déjections qui se présentent sous forme de mousse. Quand cette mousse s’accumule, elle tombe en gouttelettes sur les passants. Ce phénomène se produit généralement entre octobre et décembre.

Sachant cela, il sera moins facile de se réjouir de cette pluie fraîche, mais rassurez-vous, ce liquide n’est en aucun cas dangereux pour la santé !

 

Sur le même sujet
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

@Nahuel Huapi_ jeu 19/08/2021 - 05:48

La mouche dont vous parlez s’appelle familièrement “ la mouche pisseuse “ .

Elle sévit en Californie , Hawaii et à Tahiti . Elle était devenue , en Polynésie , une souffrance pour la population et le tourisme : passants et voitures étaient couvertes de petites déjections blanches lâchées par la mouche .  Elle suce , en effet , la sève des feuilles dont elle garde les sels minéraux et évacue le liquide.

Pour s’en débarrasser , les américains ont découvert et utilisé une guêpe minuscule qui pond ses œufs dans la larve de la mouche.

Le résultat a été spectaculaire puisqu’en quelques 18 mois , la mouche pisseuse avait été éradiquée de Polynésie

Répondre

Soutenez la rédaction Buenos Aires !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale