Samedi 21 septembre 2019
Buenos Aires
Buenos Aires
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VISITER BUENOS AIRES - L'Abasto, le quartier des Halles porteñas

Par Lepetitjournal Buenos Aires | Publié le 22/07/2009 à 01:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 13:44
Situé le long de l'avenue Corrientes, à la frontière des quartiers de Balvanera et d'Almagro, sa massive silhouette tout en arches ocres attire le regard, dans un quartier cosmopolite en pleine rénovation. Avec Buenos Aires Accueil, un parcours concocté par l'architecte Marie Sinizergues

(Photo : Carlos A. Zito)
A la fin du 19e siècle, Buenos Aires connait une expansion fulgurante. Alors que les immigrants affluent d'Europe, la ville se dote rapidement d'un énorme marché de fruits et légumes : le Mercado central d'Abasto (de abastecer : approvisionner). Les premières Halles, et leurs superbes structures métalliques, sont inaugurées en 1893 et leurs alentours - zone rurale à l'origine - s'urbanisent à vive allure en un quartier populaire, juxtaposition de « conventillos » (maisons collectives), cantines et bistrots. Animé nuit et jour, il héberge une des figures consulaires de l'Argentine, le chanteur de tango Carlos Gardel. « Carlitos » fait ses débuts sur scène dans le bar O'Rondeman face au marché et s'installe avec sa mère dans une bâtisse rue Jean Jaurès (aujourd'hui maison-musée). Constitué d'entrepôts, l'Abasto ne cesse de croître et de se moderniser. Dans les années 1920, le marché est encore insuffisant et un nouvel édifice voit le jour en 1934 : c'est l'actuel bâtiment avec ses splendides voûtes en béton et pavés de verre. En 1984, du fait de la congestion urbaine, le marché central est relégué à la périphérie de la capitale. Après une période d'abandon, l'Abasto est reconverti en « shopping » cerné de tours de logement et d'un hypermarché (1998).

Un quartier hétéroclite et coloré

Pour en goûter l'atmosphère, le café « notable » « El banderín » et ses fanions de clubs de foot, est le meilleur rendez-vous, choisi par Marie Sinizergues, architecte française et habitante des lieux depuis dix ans. « Ici, je m'étonne tous les jours de cette incroyable diversité. Les hôtels de luxe et auberges de jeunesse côtoient les pensions de famille désuètes et les maisons délabrées. » Sa balade nous entraîne par la rue Guardia Vieja, devant des tours de 28 étages, en face de charmantes demeures anciennes, « d'un tout autre gabarit »? Le centre commercial se traverse alors car une place publique (en fait couverte et à 4,5 m du niveau de la rue?) y était prévue de longue date. De l'autre côté, rue Anchorena, l'« Esquina de Carlos Gardel » fait partie du circuit touristique haut de gamme, tandis qu'à quelques mètres des gamins jouent au foot dans la rue piétonne.  
(Photo : Carlos A. Zito)
Brassage interculturel
A quelques pas, le passage Zelaya abrite le théâtre El Cubo et ses façades proposent des fresques avec paroles et partitions de célèbres tangos. «Ici cohabitent la culture de masse avec le centre commercial, son Museo del Niño, les salles multiplexes, et de minuscules restos péruviens et tout un foisonnement créatif», continue Marie avec enthousiasme. Il est vrai qu'il faudrait tout un guide pour mentionner les lieux de tango, milongas, cafés-concert, théâtres indépendants et ateliers d'artistes du secteur. Rue Sanchez de Bustamente, l'orchestre de tango « joven » « Fernández Fierro » a élu domicile dans un ancien garage et convoque son public uniquement par réservation électronique. Enfin, surtout ne pas manquer d'explorer le «Centro Konex », ancien entrepôt d'huile devenu un centre culturel emblématique de la movida porteña.

Quelques bonnes adresses...
--------------------------------------------------------------------------------------------------
La Catedral del Tango - Bar et milonga underground, Sarmiento 4006
Musée Maison de Carlos Gardel, Jean Jaurès 735 (tél : 4964-2015)
La casa del Tango (cours, concerts?) Guardia Vieja 4049 (tél : 4963-6442)
Bars « notables » : El Banderín, Guardia Vieja 3601- El Bar de Roberto, Bulnes 331 - Café-concert: La vaca profana, Lavalle 3683
Centro Konex - Sarmiento 3131 (tél: 4864-3200)
Films tournés à l'Abasto: Mercado de Abasto, avec Tita Merello (1955) et Sur, de Pino Solanas (1988)
Site de Marie Sinizergues: www.msinizergues.com.ar

Claude MARY (www.lepetitjournal.com - Buenos Aires) le 22 juillet 2009
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

FAITS DIVERS

Du transit à la rétention, le calvaire de 3 Sud-Américaines en France

Jacqueline Madeline, Présidente de l'association Welcome a accepté de livrer son témoignage sur le cauchemar de trois touristes qui ont été placées en rétention alors qu'elles étaient en transit.  

Expat Mag

Munich Appercu
TRADITIONS

INSOLITE - Les petits secrets de l'Oktoberfest

L'Oktoberfest est connue dans le monde entier. Certes. Mais certains chiffres et certaines anecdotes sont pourtant passés sous silence ou tombés dans l'oubli. En voici un florilège.

Sur le même sujet