Vendredi 3 décembre 2021
TEST: 3548

La vie tumultueuse du dernier Nizam d’Hyderabad

Par Christine de Liedekerke | Publié le 07/05/2021 à 01:02 | Mis à jour le 07/05/2021 à 01:02
nizam hyderabad jah histoire

Choisi par son grand-père pour lui succéder sur le trône, le 8eme Nizam d’Hyderabad, peu attiré par la politique et la gouvernance, préféra mener une vie d’errance. Héritier de l’homme le plus riche du monde, il dilapide la fortune des Nizams et vit aujourd'hui caché en Turquie, pays de sa mère, la princesse ottomane Durru Shevar. 

 

Mukarram Jah, désigné héritier par son grand-père


Né le 6 octobre 1933 à Nice, Mukarram Jah revient à Hyderabad avec ses parents, le prince Azam et la princesse Durru Shevar en mars 1934. Âgé de six mois, il est déjà choisi par son grand-père Osman Ali Khan comme héritier. En effet, le 7eme Nizam a décidé devant le comportement débauché et les dettes accumulées de son fils aîné Azam de sauter une génération au profit du bébé de 6 mois. 
 

nizam hyderabad inde histoire
Mukarram Jah avec sa mère

 

Puis, en 1939, naît un second petit prince. Durru Shevar prend alors les rennes pour éduquer ses fils qui seront trilingues en passant leur enfance à cheval entre Londres, Nice et Hyderabad. 

La princesse veut voir ses enfants grandir à l’occidentale alors que son beau-père souhaite modeler ses petits fils et surtout son héritier aux usages de la vie indienne. La deuxième guerre mondiale retient la famille en Inde où les princes iront finalement au prestigieux collège Doon au nord du pays. 

 

nizam hyderabad inde histoire
Mukarram Jah avec son petit frère

 

L'indépendance de l'Inde et la capitulation du Nizam

Pendant ce temps, la nouvelle Inde célèbre son Indépendance le 15 Août 1947. Le Nizam Osman Ali Khan est persuadé que les Anglais vont lui accorder un statut spécial indépendant en remerciement de sa fidélité à sa Majesté. 

Il s’obstine même en plaidant sa cause auprès de Lord Mountbatten… hélas après de nombreux soubresauts politiques, l’assaut d’Hyderabad est donné le 13 Septembre 1948 par l’armée indienne pour mettre au pas ce dernier état princier de 16 millions d’habitants.

Il s'ensuit un bain de sang qui n’épargne personne et le Nizam capitule 4 jours plus tard. 

 

 

 

Hyderabad intègre l'Union indienne

En 1950, Hyderabad fait partie intégrante de l’Inde. Toutefois, le Nizam conserve son titre, une position honorifique et surtout sa colossale fortune. 

 

 

Pour déclarer ses biens au gouvernement de Nehru, Osman Ali Khan lui remet un livret de 50 pages détaillant ses possessions: palais, havelis, forts, domaines, terres agricoles et forestières, jardins et marchés, le tout sur 15 000 km2 soit environ la moitié de la Belgique ! Et c’est sans compter les trésors personnels cachés dans les caves et les armoires.

 

nizam hyderabad inde histoire
Le trône du Nizam 

 

Retour du prince héritier, Mukarram Jah

Après ses études à Cambridge, le prince Mukarram Jah ira au collège militaire de Sandhurst puis ayant obtenu son diplôme en 1957, son grand-père le somme de rentrer en Inde prendre épouse et sa juste place en tant que 8eme Nizam. Mais c’est sans compter sur l’esprit vagabond de Jah, qui, en passant par Istanbul, rencontre une jeune beauté turque de 21 ans, Esra, qu’il épouse dans la foulée. 

 

nizam hyderabad inde histoire
Mukarram Jah et Esra - @Kandukuru Nagarjun

 

Malgré la stupeur familiale, le jeune couple s’installe à Hyderabad où naissent en 1960 un fils, puis, en 1962, une fille. 

Pendant qu’Osman Ali Khan se débat avec sa succession morale et financière, le premier ministre Nehru invite Mukarram Jah à participer au nouveau gouvernement en tant qu’attaché pensant au rôle que celui-ci pourrait jouer auprès de la communauté musulmane en Inde et dans le monde. Mais, Jah ne s’intéresse ni à l’échiquier national ni mondial et encore moins à la politique.

Sa vie est une errance de luxe qui s’arrête quand on lui annonce la mort de son grand-père le 22 février 1967. Les funérailles seront grandioses tout comme les légendes entourant le Nizam Osman Ali Khan. 

 

 

Après plus de 15 ans de vie à l’occidentale libre de contraintes, le prince Mukarram Jah et sa femme la princesse Esra préparent leur couronnement qui aura lieu le 6 Avril 1967 en grande pompe.

 

 

Quant à l’héritage tel que décrit dans le livret de 50 pages, il s’y ajoute une dimension humaine gigantesque : plus de 15 000 domestiques travaillent pour le Nizam, des centaines de fidèles vivent dans les palais, mais aussi 45 concubines et près de 200 enfants, 3 000 gardes du corps, 28 personnes employées uniquement pour le transport d’eau potable, 350 cuisiniers et un garage avec plus de 60 voitures, des centaines de placards remplis de vêtements neufs, des pièces entières croulant sous les œuvres d’art, des livres précieux, des antiquités, des bijoux, des diamants et d’autres trésors historiques. 

 

 

La fuite en Australie

C’est ainsi qu’au printemps 1967, Jah se retrouve à la tête de la plus grande fortune du monde qui est aussi un nid d’intrigues, de trahisons, de corruption, de vols et d’arnaques à tous les niveaux. Mukarram Jah s’enfuit littéralement devant une telle pyramide de problèmes et repart en errance, mais cette fois, vers Perth en Australie. Il s’y installe en 1972 fraîchement divorcé et y achète un domaine d’élevage de moutons loin de tout et surtout loin de tous ! Jah y rencontre une jeune Australienne Helen Simmons qui se convertit à l’islam pour l’épouser en 1980 et lui donnera deux fils, puis meurt du Sida en1989. 
 

nizam hyderabad inde histoire
Les gorges de la rivière Murchison en Australie où Mukarram Jah s’est installé

 

La faillite

De là, c’est la descente glissante … Mukarram Jah confie ses affaires à des proches en Inde et  tente d'échapper de loin aux escrocs, aux flagorneurs, aux membres de sa famille qui tous veulent ou volent une part de l’énorme “gâteau”. Le fisc indien n’est pas en reste et lui arrache aussi son dû. La politique de Jah est de vendre pour payer ses factures, la politique des autres est de le voler pour payer les leurs ... 

 

nizam hyderabad inde histoire


En deux décennies de dépenses, de ventes et d’escroquerie, le 8eme Nizam est en déroute tant financièrement que personnellement. Les procès et les arnaques familiales font la une de la presse et ce jusqu’à nos jours ! La chute de la dynastie des Nizams est abyssale … 


 

Aujourd’hui, seuls les souvenirs à Hyderabad et les titres de journaux nous rappellent leur gloire passée. Le dernier Nizam, le prince Mukarram Jah, finit ses jours seul et ruiné quelque part en Turquie, où personne ne se doute que ce vieux monsieur est le petit-fils du dernier Sultan Ottoman Abdul Mejid et du 7eme Nizam d’Hyderabad, l’homme le plus riche du monde ! 

 

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir