Un peu d’argent à venir pour les clubs birmans de football

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 09/10/2019 à 22:00 | Mis à jour le 09/10/2019 à 22:00
Photo : Bas niveau, stade vide, le football birman va mal
football national ligue a Yangon en Birmanie

Ce jeudi 10 octobre, la Birmanie joue contre le Kirghizistan et il y a fort à parier que le match s’achèvera sur une nouvelle déroute des Anges Blancs, après la rouste 5-1 encaissée contre le même adversaire en mars 2018. Loin de ses années flamboyantes, le football birman va mal, ce n’est pas un secret. Manque d’argent, manque d’infrastructures, manque de qualité… Des clubs qui disparaissent, d’autres qui ne sont plus capables de se financer et se sont retirés du championnat national, d’autres qui ont annoncé qu’ils allaient faire de même pour le championnat de l’année prochaine s’ils ne recevaient pas d’aide : le monde du ballon rond birman ne survit que par le mécénat des propriétaires de club, sans business-plan, sans revenus, sans sponsors la plupart du temps. Au bord de voir son championnat disparaître, la Ligue nationale de football de Birmanie a décidé de distribuer plus d’argent dès l’année prochaine. « Nous allons aider les clubs en augmentant leurs dotations », a ainsi déclaré le président de la ligue. « Nous avons un accord de principe. Nous ignorons toutefois encore quels seront les montants en jeu car cela sera décidé lors de la prochaine réunion du comité directeur de la ligue, et cela dépendra aussi du sponsor principal ». Ce sponsor principal est actuellement l’opérateur historique de télécommunication MPT, dont le contrat s’achève à la fin de cette saison. Pour la saison dernière, la subvention annuelle de la ligue se montait à environ 60 000 euros pour un club qui dispose de son propre terrain et 30 000 euros à un club qui n’en dispose pas.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale