Lundi 22 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un ministre bangladais doute du succès du rapatriement des Rohingyas

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 13/03/2018 à 04:00 | Mis à jour le 13/03/2018 à 04:00
Camp de Rohingyas

"Je ne crois pas que les Rohingyas puissent être renvoyés" a déclaré le ministre des Finances A.M.A. Muhith, lors d'une discussion avec la presse locale à Dhaka. Selon lui, l'accord de rapatriement signé entre le Bangladesh et la Birmanie a toutes les chances d'échouer et ce, par la faute de la Birmanie : "Vous pouvez assumer que très peu d'entre eux retourneront en Birmanie. La première raison est que la Birmanie  n'en acceptera que très peu et deuxièmement, les réfugiés n'y retourneront jamais tant qu'ils auront peur d'être persécutés." Le ministre, faisant allusion aux deux vagues de réfugiés Rohingyas s'étant installés dans des camps au Bangladesh ainsi que dans la zone de non-droit située entre les deux frontières, a ajouté que la Birmanie "n'en prend que 15 par jour alors qu'il y en a un million." A noter que le ministre, dans sa déclaration, n'a eu de cesse d'utiliser le nom "Burma" et non "Myanmar" pour parler de la Birmanie. Le journal Mizzima ajoute que l'homme politique aurait dit, durant cet échange, que "les Birmans sont le mal absolu."

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

ENVIRONNEMENT

Green Lotus, pour un Myanmar Vert !

Depuis 2013, l’équipe de Green Lotus a posé ses valises à Yangon pour participer activement à l'action pour un développement réellement soutenable du Myanmar de demain, et pour la promotion des...

Que faire en Birmanie ?

GASTRONOMIE

A partir de ce jeudi, un ostréiculteur français chez Babett

Bientôt Halloween, sa citrouille insipide et son matraquage commercial… Alors en bons irrésistibles Gaulois, Babett vous propose de plutôt consacrer vos kyats à un mets bien français : les huîtres.

Vivre en Birmanie

LIVRE

Idée lecture : A Burmese Heart, Yin Mon Vanessa Han et Tinsa Maw-Naing

Sorti en 2015, A Burmese Heart – traduisez “Un cœur birman” – raconte l’histoire de Tinsa Maw-Naing, fille du premier premier ministre de Birmanie sous l’occupation britannique et femme de Bo Yan Nain