Mardi 26 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Négociations pour limiter l'accès de l’armée à l’aéroport de Yangon

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 19/09/2019 à 18:12 | Mis à jour le 19/09/2019 à 18:18
Photo : L'avion Y8 accidenté le 5 septembre 2019
Y8 accident yangon en Birmanie

La Direction de l’aviation civile (Dac) de Birmanie négocie actuellement avec le ministère de la Défense pour réduire l’utilisation de l’unique piste de l’aéroport international de Yangon par des avions et des hélicoptères militaires. Le 5 septembre dernier, de nombreux vols ont été retardés ou annulés suite a l’accident d’un appareil militaire Y8 lors de son atterrissage. Un moteur de cet avion de transport d’origine chinoise était tombé en panne, provoquant une sortie de piste et donc le blocage consécutif de l’aérodrome. L’armée birmane utilise l’aéroport international de Yangon à la fois pour ses activités purement militaires, mais aussi pour l’entraînement de ses pilotes d’avions et d’hélicoptères, ce qui représente un important surcroît d’activité et des problèmes importants d’organisation et de développement car les militaires ont toujours la priorité en matière de décollage et d’atterrissage, et leur respect des créneaux horaires n’est pas vraiment parfait… Or, lorsque les appareils civils doivent voler en cercle pour attendre leur autorisation d’atterrir, cela consomme de fortes quantités de fioul ; et lorsque les départs sont retardés, cela peut entraîner du retard à l’arrivée, sachant que cela perturbe bien sur l’organisation de l’aéroport de destination et que si une compagnie devient coutumière de ces retards, elle est mise à l’amende, voire exclue. Autant de « contrariétés » qui nuisent à la rentabilité et à la crédibilité des compagnies aériennes birmanes, qui sont déjà toutes déficitaires.

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

LYCÉES FRANÇAIS DU MONDE

Olivier Brochet - « La solidarité nationale s’exprime aujourd’hui »

Le directeur de l’AEFE, Olivier Brochet, revient avec nous dans cette interview exclusive sur la situation des lycées français du monde ainsi que les aides accordées aux établissements et aux familles

Vivre en Birmanie

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.