Les vacances obligatoires prolongées d’une semaine en Birmanie

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 26/07/2021 à 22:00 | Mis à jour le 26/07/2021 à 22:00
Photo : Autour de la pagode Sule, à Yangon, durant le confinement
Le quartier de la pagode Sule, à Yangon, entierement vide durant le confinement

Le Conseil d'administration de l'Etat, le nom que se donne le nouveau gouvernement issu du coup de force militaire du 1er février, a prolongé d’une semaine les effets du décret sur les jours fériés rendu public le 15 juillet dernier. Cette fois-ci, pas de prétexte d’une semaine déjà à moitié chômée, les dirigeants se sont contentés d’annoncer l’extension de ces vacances forcées, qui sont de fait un confinement qui ne dit pas son nom, jusqu'au dimanche 1er août pour l’instant « afin de prévenir efficacement la propagation du Covid-19 parmi la population ».

Seules la Banque centrale du Myanmar, les banques gouvernementales sous son autorité et certaines banques privées sont autorisées à fonctionner aussi normalement que possible. Ce nouveau décret redonne les mêmes recommandations que la précédente ordonnance quant au respect des règles de prévention de l’épidémie : rester chez soi, ne se déplacer que pour des cas essentiels, porter un masque en cas de sortie, bien se laver les mains après chaque contact extérieur… Les commerces vendant des produits considérés comme de première nécessité (carburant, eau potable, denrées alimentaires, médicaments…) pourront ouvrir s’ils le souhaitent. Les restaurants aussi peuvent rester ouverts mais seulement pour de la vente à emporter. Les services de santé (hôpitaux publics, hôpitaux cliniques privés) ont eux l’obligation de rester opérationnels s’ils le peuvent. Le décret s’achève aussi comme le précédent en rappelant que « ceux qui ne respectent pas ces règles s'exposent à des poursuites judiciaires conformément aux lois en vigueur ».

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale