Vendredi 14 août 2020

L’industrie birmane du maïs se porte bien

Par Julia Guinamard | Publié le 05/07/2020 à 23:00 | Mis à jour le 05/07/2020 à 23:00
mais en BIrmanie

« Sans risque de se tromper, on peut dire que 2019 a marqué l'ouverture de nouveaux marchés pour le maïs birman », affirme le président de l’Association des producteurs de maïs (APM). Qui constate que malgré la Covid-19, la tendance positive se poursuit en 2020 pour la céréale jaune. C’est d’ailleurs pour cela que le 26 juin 2020, le ministère du Commerce a annoncé qu’il accordera un prêt à l’APM : « Comme nous nous attendons à ce que la demande de maïs soit de plus en plus élevée, nous avons demandé des prêts gouvernementaux ou au moins une mise en relation avec les banques du secteur agricole afin que nous puissions obtenir le financement nécessaire pour étendre les plantations », explique le président de l’APM. Aujourd’hui, ces plantations de maïs couvrent près de 8 000 km2 et les grandes zones productrices sont la région de l’Ayeyarwady, l'état de Shan, l'état de Kayah, l'état de Kayin et la zone autour de la capitale Nay Pyi Taw. Environ 3,2 millions de tonnes de maïs ont été produites durant l’année fiscale 2018 – 2019, dont un peu moins de la moitié a été consommée en Birmanie.

Baisse des exportations vers la Chine au profit de la Thaïlande

Jusqu’en 2018, le maïs était principalement exporté en Chine, jusqu’à ce que la majorité des importations soit suspendue en 2019 ; puis leur totalité depuis la fermeture des frontières chinoises à cause de la crise de la Covid-19, le 28 mars. Les producteurs se sont donc tournés vers un autre de leurs voisins : la Thaïlande, avec qui ils étaient déjà en relation encadrée depuis plusieurs années. La demande thaïlandaise est en pleine expansion, cela est dû à l’expansion du marché de la transformation d’aliments pour animaux. Les autres pays importateurs sont l’Inde, le Vietnam, la Malaisie, Singapour et les Philippines.

En décembre 2017, la Birmanie a signé avec la Thaïlande un accord commercial sur les exportations de maïs qui prendra fin en août. « Nous continuons de négocier pour un nouveau contrat avec la Thaïlande, pour un million de tonnes de maïs. Nous devrions être en mesure de négocier une exonération des taxes. Nous avons également reçu des commandes du Laos. Le Japon est également intéressé. Les perspectives pour 2020 sont bonnes », déclare le président de l’APM. En 2019, la Thaïlande a acheté 600 000 tonnes de maïs contre 150 000 tonnes pour la Chine.

D’après un haut responsable du ministère du Commerce, depuis le début de l’année fiscale – qui commence le 1er octobre désormais – 1,8 million de tonnes de maïs ont été exportées, soit un million de tonnes de plus que l’année précédente à la même période. Cette hausse de la demande thaïlandaise se répercute sur les prix : cette année, un kilogramme de maïs se vend en moyenne autour de l’équivalent de 25 centimes d’euros alors que l’année dernière ce prix était d’environ 21 centimes : presque 20% d’augmentation en un an.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir