Lundi 25 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les navettes desservant l’aéroport en service réduit

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 18/03/2020 à 23:00 | Mis à jour le 18/03/2020 à 23:00
Photo : Les bus-navettes de Omni Focus attendant devant l'aéroport
Les bus-navettes de Omni Focus attendant devant l'aéroport en Birmanie

Cela n’a rien de surprenant : avec la fermeture de la Birmanie a de nombreuses nationalités et vu que la plupart des compagnies aériennes internationales qui desservent Yangon ont décidé de suspendre leurs vols, les deux lignes du Yangon Bus Service (YBS) desservant l’aéroport et opérées par la compagnie Omni Focus sur une rotation 24h/24 vont réduire leurs fréquences et la plage horaire du service.

C’est ainsi que depuis hier 18 mars, les lignes desservant les circuits « aéroport-centre-ville-aéroport » et « aéroport-terminal de bus Aung Mingalar-terminal de bus Dagon Ayar-aéroport » fonctionnent uniquement entre 4 h et 23 h, sur une durée de 19 h, avec moins de bus donc des fréquences moindres. Un représentant de la compagnie explique que « avec la réduction du nombre de touristes, et surtout de ceux qui voyagent sac au dos, nous n’avons quasiment plus de clients durant la nuit, cela n’a donc pas beaucoup de sens de conserver les lignes sur ces horaires. Cela coûte cher. Nous préférons réduire ». Cette réduction se fera au moins jusqu’au 30 avril, date jusqu’à présent donnée par le gouvernement pour une reprise normale des activités dans le pays.

La compagnie Omni Focus opère des bus neufs et modernes sur plusieurs lignes stratégiques et très passagères, comme l’aéroport ou comme celles joignant les universités. Elle est lourdement endettée et peine à rembourser ses annuités bancaires, ce qui a déjà soulevé la possibilité de sa faillite et de sa fermeture.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.

Vivre en Birmanie

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.