Mercredi 21 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le suicide d’un jeune homosexuel birman secoue le Facebook birman

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 26/06/2019 à 13:43 | Mis à jour le 26/06/2019 à 16:53
Le suicide d’un jeune homosexuel birman secoue le Facebook birman

La Myanmar Imperial University (MIU) est au cœur d’une protestation de masse sur Facebook après que l’institution a été incapable de protéger l’un de ses employés contre un harcèlement social et numérique qui l’a finalement poussé au suicide. L’histoire occupe le réseau social Facebook depuis le début de la semaine. Kyaw Zin Win, un bibliothécaire de 26 ans travaillant à la MIU s’est suicidé dimanche dernier en laissant sur sa page Facebook une explication détaillée de la manière dont des collègues plus âgées l’avaient harcelé afin qu’il leur révèle son orientation sexuelle et comment il avait ensuite été mis au pilori numérique à grands coups de messages avilissants parce qu’il était homosexuel. “Après une réunion, ils m’ont demandé de rester et ensuite ils m’ont bousculé et empêché de partir jusqu’à ce que je finisse par craquer et que je reconnaisse quelque chose que je n’avais même jamais dit à ma famille”. Toujours sur sa page Facebook, le jeune homme dénonce une culture du travail "où les supérieurs oppriment ceux qui sont sous leurs ordres".

Depuis, la page Facebook du MIU a reçu des milliers de messages de protestation, l’université étant vilipendée pour n’avoir pas été capable de protéger un de ses employés contre la violence des autres, et pour ne pas être un lieu de travail sain pour les personnes LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). L’association Netizens Myanmar a demandé à la MIU de sanctionner les harceleurs et d’améliorer son cadre de travail. Devant la levée de bouclier, l’université a fini par réagir quoi qu’avec près d’une journée de retard par rapport au suicide, en consacrant sa page Facebook à des condoléances et en expliquant le délais par des contacts avec la famille, qu’elle dit avoir contacter.

En Birmanie, la situation des homosexuels, et plus généralement des personnes LGBT,  est particulièrement précaire dans une société très conservatrice où leur harcèlement est courant. Une société qui est en outre peu encline à écouter ou prendre en compte les doléances des plus jeunes.

Une étude publiée par la revue médicale de référence Jama Pediatrics (Journal of American Medical Association) estime qu’à travers le monde le risque de suicide chez les personnes LGBT est trois fois supérieur à celui de personnes hétérosexuelles de même âge.

0 Commentaire (s)Réagir