TEST: 2242

L’Armée de l’Arakan « ne garantit pas la sécurité de ses prisonniers »

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 30/12/2019 à 22:00 | Mis à jour le 30/12/2019 à 22:00
Photo : U Hwei Tin, député chin détenu par l'Armée de l'Arakan
U Hwei Tin, député chin détenu par l'Armée de l'Arakan

Selon une déclaration officielle de son porte-parole Khaing Thu Kha, « l’Armée de l’Arakan n’est pas en mesure d’assurer et de garantir la sécurité de ses prisonniers lorsque l’armée régulière (Tatmadaw) l’attaque, notamment en la bombardant ». La déclaration arrive après la mort de U Ye Thein, le dirigeant local de la Ligue nationale pour la démocratie (LND, le parti actuellement au pouvoir) pour la circonscription de Buthidaung, qui avait été enlevé par l’AA mi-décembre et depuis était détenu en otage, avec de nombreuses autres personnes. Selon l’AA, U Ye Thein a été tué par un éclat d’obus suite à une attaque d’artillerie de la Tatmadaw sur un camp des rebelles, près du village de Oaktaung. La Tatmadaw réfute cette version et affirme que U Ye Thein « est mort de ses blessures après avoir été torturé durant des jours ». Le gouvernement birman interdisant l’accès de la région aux journalistes et ayant fait couper le réseau internet local, il est impossible pour l’instant d’établir les faits. Toujours selon, l’AA, d’autres prisonniers sont morts dans ce bombardement, et des combattants rebelles ont aussi été blessés.

Depuis plusieurs mois, l’Armée de l’Arakan capture civils et militaires afin de s’en servir comme otages et boucliers humains contre les attaques de la Tatmadaw. L’AA a à plusieurs reprises proposé des échanges de prisonniers avec l’armée régulière mais celle-ci refuse toute négociation. L’AA détient depuis presque deux mois un député fédéral représentant une circonscription de l’état de Chin, U Hwei Tin, accusé par les rebelles « d’espionner en faveur de la Tatmadaw et d’appeler à la haine entre groupes ethniques ». Récemment, le 24 décembre, ce sont trois fonctionnaires du service de l’Immigration qui ont été arrêtés ; le 27 décembre, ce sont deux employés de l’opérateur de téléphonie MyTel – dont les liens avec les militaires sont notoires – qui ont subi le même sort. Ce même vendredi, la LND a rendu publique un document condamnant « la mort de U Ye Thein » et dénonçant « la violence contre des civils innocents ». Pour la LND, « la situation qui a abouti à la mort de U Ye Thein est politique et ne se résoudra pas par la force. Nous déplorons que certains groupes refusent l’état de droit, la sécurité publique et la réconciliation nationale ». Sans nommer aucun groupe...

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com