Lancement de l’Institut professionnel Japon-Birmanie Aung San

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 20/02/2020 à 19:33 | Mis à jour le 20/02/2020 à 19:54
Photo : Un cours de l’Institut de formation professionnelle Japon-Birmanie Aung San
Un cours de l’Institut de formation professionnelle Japon-Birmanie Aung San

L’inauguration s’est faite le 11 janvier dernier en présence du ministre de l’Education U Myo Thein Gyi, du vice-président de la Chambre des nationalités (chambre haute du Parlement) Aye Tha Aung, du Premier ministre de la région de Yangon U Phyo Min Thein, de l’ambassadeur du Japon Ishiro Maruyama et de plusieurs autres officiels de moindre rang. C’est dire si aux yeux des Birmans l’ouverture de l’Institut de formation professionnelle Japon-Birmanie Aung San revêt une grande importance. Cet établissement bâti vers Insein, dans le nord de l’agglomération de Yangon, sur le site de l’Institut de technologie Aung San, a commencé à former une vingtaine de jeunes dans les secteurs de l’automobile et de l’électricité.

Une formation de trois ans qui leur délivrera un diplôme entre technicien supérieur et ingénieur, un diplôme de haut-niveau pour la Birmanie car à la sortie ces étudiants auront des compétences à peu près équivalentes à ce qu’ils auraient pu acquérir au Japon, donc d’un niveau très nettement supérieur à ce qu’ils auraient pu apprendre dans une université ou un Institut classique birman. Dans un pays qui manque dramatiquement de personnels qualifiés, l’Institut de formation professionnelle Japon-Birmanie Aung San montre donc ce que des organismes dits « vocationnels », en gros des centres de formation hors du cadre normal des études supérieures, peuvent apporter au pays. Ce dont aujourd’hui sont absolument convaincus de nombreux dirigeants du système éducatifs birmans, ministre et hauts fonctionnaires en tête, mais que rejettent aussi une partie des apparatchiks universitaires qui refusent toutes remise en question.

L’Institut de formation professionnelle Japon-Birmanie Aung San est le fruit d’un accord signé en décembre 2018 entre l’agence japonaise de coopération Jica, qui a investi environ 23 millions d’euros dans ce projet, et le gouvernement birman. A terme il doit former des centaines de jeunes aux technologies de l’automobile et de l’électricité, secteurs où le Japon investit aujourd’hui en Birmanie. Dans un premier temps, des enseignants birmans ont été formes au Japon, dans un deuxième temps, ces enseignants vont donner leurs cours conjointement avec leurs tuteurs japonais avant de finalement voler de leurs propres ailes. La première promotion d’étudiants a été sélectionnée à partir de leurs notes en anglais et en mathématiques à l’examen nationale de matriculation (l’équivalent du baccalauréat français). L’institut est équipé de classes et d’ateliers modernes et fonctionnels, les cours associent théorie, pratique et projets personnels comme d’équipe.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale