Lundi 25 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 26/03/2020 à 23:00 | Mis à jour le 26/03/2020 à 23:00
Police coronavirus

C’est un fait divers qui risque malheureusement de devenir une routine : des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine. Les services de santé ont été prévenus par la rumeur « qu’un homme de 38 ans qui se trouvait sur le même vol que le Birman de 26 ans qui a été diagnostiqué positif au coronavirus résidait dans le quartier de Okkapala Sud dans Yangon ». Des personnes du quartier sont donc allées se plaindre et le dénoncer, réclamant sa mise à l’écart. Les fonctionnaires se rendent chez lui mais l’individu proteste, refuse de les suivre et affirme ne pas avoir été dans cet avion, disant vouloir juste rester chez lui. Les agents de santé ne parvenant pas à lui faire entendre raison finissent par appeler la police et celle-ci une fois sur place lui intime l’ordre de les suivre sous peine d’emprisonnement. Coincé, l’homme accepte finalement sa quarantaine et quitte son domicile mais pas sans avoir auparavant menacé ouvertement ceux qui sont allés le dénoncer. « Il va devoir rester 14 jours en isolement à l’hôpital et ensuite il sera sans doute jugé pour ses menaces », explique un policier. Le seul souci étant que pour l’instant, il n’a pas encore été établi que l’homme avait bel et bien voyagé sur le même vol que le malade avéré et qu’il peut tout à fait avoir été victime d’un règlement de comptes entre voisins comme il le prétend depuis le début.

Des représentants du gouvernement rappellent régulièrement l’obligation de se présenter à l’hôpital ou à l’administration si on pense avoir été mis en contact avec un porteur du Sars-nCov-19, sous peine d’un mois en prison pour manquement à ce devoir. Il est aussi rappelé l’obligation de rapporter tous les cas suspects, sous la même peine. Mais comme il n’est pas conduit d’enquête précise sur tous ces cas suspects, les risques de dérapages et de dénonciation-règlement de comptes sont très nombreux…

Heureusement, il se trouve des citoyens désireux de montrer l’exemple, comme le le ministre des Affaires sociales de la région de Yangon, U Naing Ngan Lin, qui s’est place chez lui en isolement volontaire pour 14 jours après avoir rendu visite à un centre de confinement de la circonscription de Hlegu. « La direction de la Santé m’a demandé de rester chez moi durant 14 jours et bien sûr je vais suivre leurs ordres », a-t-il expliqué. « Je vais continuer à travailler de chez moi ».

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.

Vivre en Birmanie

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.