Mercredi 2 décembre 2020

La France donne du matériel médical au Yangon General Hospital

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 15/10/2020 à 23:00 | Mis à jour le 15/10/2020 à 23:00
Don Yangon general hospital France matériel médical

L’ambassadeur de France Christian Lechervy et le Yangon General Hospital ont signé hier, jeudi 15 octobre, un accord formalisant une assistance médicale sous la forme de matériel pour un montant total de 58 000 USD.

La France participe ainsi à l’effort de lutte contre l’épidémie de Covid-19 qui frappe actuellement surtout Yangon et l’Arakan. Le matériel médical fournit consiste en cinq respirateurs/purificateurs d'air motorisés (Un respirateur qui protège l’utilisateur contre l'air contaminé), deux lits médicalisés spéciaux pour des soins intensifs et de réanimation (il n’en existe à ce jour qu’une vingtaine dans toute la Birmanie), deux moniteurs de soins intensifs, deux ventilateurs portables, trois pompes à perfusion, trois pousse-seringue électriques, 650 écrans de protection faciale, 300 lunettes de sécurité et 1200 masques à la normes FFP2. Un matériel qui permettra au Yangon General Hospital de renforcer ses facultés de soins, à la fois en diminuant les risques pour les soignants car ils seront dotés d’équipements de sécurité et en augmentant les capacités de traitements et d’interventions dans des circonstances d’urgence grâce à des équipements de haut-niveaux dont le nombre est aujourd’hui encore réduit dans le pays.

A travers ce soutien en nature, la France se place dans la continuité des initiatives précédentes de mars et avril 2020 financées par l’Agence française de développement, qui consistaient alors à donner des équipements médicaux au laboratoire national de santé, qui procède aux tests des échantillons prélevés sur des patients, des équipements fournis par l’Institut Pasteur

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire en Birmanie ?

ART

L'iconique « Fauteuil Club »

Le fauteuil « Club » est un fauteuil de cuir, large, profond, ultra confortable, apparu aux lendemains de l'Exposition des Arts Décoratifs à Paris en 1925… et revisité depuis par Patrick Robert.