Lundi 25 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La banque centrale de Birmanie baisse à nouveau ses taux

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 25/03/2020 à 23:00 | Mis à jour le 25/03/2020 à 23:00
Banque centrale de Birmanie mars 2020

Le 24 mars 2020, afin de soutenir l’économie nationale, la banque centrale de Birmanie (BCB) a décidé de baisser ses principaux taux d’intérêts d’un point supplémentaire, ce qui porte à 1,5 point la baisse totale en deux semaines. C’est ainsi qu’à partir du 1er avril 2020, soit mercredi prochain, le taux appliqué sur les dépôts ne sera plus que d’un minimum de 6,5%, contre 7,5% depuis le 12 mars dernier, le taux pour un prêt avec caution sera de 11,5% et pour un prêt sans caution de 14,5% contre 12,5% et 15,5% respectivement aujourd’hui. Tout cela avec un taux d’inflation officiel de 9% qui devrait sans doute continuer à augmenter avec la demande de biens de consommation alimentaires qui croit en ces temps d’épidémie et un loyer de l’argent en baisse.

L’objectif de la BCB est en effet de faciliter l’accès aux prêts pour les entreprises qui vont connaître des difficultés avec la crise économique qui risque fort de suivre la crise sanitaire. Plusieurs dizaines d’usines ont déjà définitivement fermé ces dernières semaines. Cette baisse des taux devrait permettre aux acteurs économiques les plus en difficultés de faire face à des soucis de trésoreries et à une baisse d’activité jusqu’à ce que la reprise des ventes et du commerce économique arrive. Plusieurs experts locaux approuvent d’ailleurs la mesure de la BCB et s’interroge déjà pour savoir si elle sera suffisante ou s’il faudra descendre les taux encore plus dans les semaines à venir. Comme l’un d’eux l’explique fort bien : « Il faut maintenant suivre de très près les niveaux d’emprunt, d’endettement, de chômage, de production et de vente afin de pouvoir réagir rapidement. En sachant que la plupart du temps, les mesures de politique monétaire comme celle-ci prennent deux ou trois mois avant de donner leur plein effet ».

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.

Vivre en Birmanie

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.