Lundi 21 janvier 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Conte birman: Pourquoi le Tigre et le Singe sont ennemis jurés?

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 25/11/2018 à 15:00 | Mis à jour le 25/11/2018 à 15:18
Contes de Birmanie- Pourquoi le Tigre et le Singe sont ennemis jurés?

L’histoire birmane nous a transmis de nombreux contes, issus de tout le pays, qui transmettent une morale au travers d’une courte histoire. Guillaume Rebière, auteur passionné de la Birmanie, en a fait la traduction depuis l’anglais. Lepetitjournal.com Birmanie vous propose de les découvrir.

Pourquoi le Tigre et le Singe sont ennemis jurés

Un beau jour, le Tigre et l’Eléphant se trouvèrent face à face sur une piste étroite de la forêt. Le Tigre cria alors à l’Eléphant, “pousse-toi, pousse-toi. Je suis le roi de la forêt”. “Je ne reconnais que le Lion comme mon supérieur”, répliqua l’Eléphant en colère, “et je vais maintenant te piétiner à mort pour m’avoir insulté”. “Faisons un test de puissance”, suggéra le Tigre, “et celui qui en sortira vainqueur mangera l’autre”. L’Eléphant accepta. Le Tigre poussa alors un puissant rugissement, et plusieurs chacals qui se trouvaient dans les parages moururent de peur sur le coup. A son tour, l’Eléphant poussa un puissant barrissement, mais personne ne mourut. “Ha, ha”, ricana le Tigre, “je vais maintenant te manger, puisque je t’ai vaincu”. L’Eléphant reconnu que le Tigre avait le droit de le manger, mais réclama quelques jours de répit, afin qu’il puisse faire ses adieux à sa famille. “D’accord”, consentit le Tigre, “mais sois ici sans faute dans sept jours“.
L’Eléphant demeura aux côtés de son épouse et de sa famille pendant cinq jours entiers, leur enseignant avec tendresse comment se nourrir lorsqu’il ne serait plus là pour prendre soin d’eux. Le sixième jour, il voulut faire une dernière promenade dans la forêt, qu’il traversa d’un air malheureux et dépité. Le Lapin, qui remarqua ce comportement inhabituel, s’approcha et interrogea le puissant Eléphant sur ce qui le troublait tant. Ce dernier lui raconta sa malheureuse rencontre avec le Tigre. Le Lapin resta silencieux pendant un instant, plongé dans ses pensées. “Ainsi, je mourrai demain”, soupira l’Eléphant. “Non”, coupa le Lapin avec enthousiasme, “retrouve-moi ici demain à l’aube, et je te sauverai la vie sans trop de difficultés !”

Le lendemain matin, le Lapin se leva de très bonne heure et convoqua tous les animaux, à l’exception du Tigre bien entendu, et du Singe, avec lequel il s’était disputé. Aux animaux assemblés il déclara : “Acceptez-vous de me rendre un service et de courir dans toute la forêt l’air terrorisé en criant ‘le puissant Lapin a conquis l’Eléphant et maintenant il cherche le Tigre’ ?”. “Bien-sûr que nous t’aiderons”, répondirent les animaux avec enthousiasme, “tu résous toujours nos problèmes, Sage Lapin, et nous sommes prêts à suivre tes conseils”. Satisfait, le Lapin saute alors sur le dos de l’Eléphant, en tenant plusieurs bananes dans ses mains. Il demanda ensuite à l’Eléphant de marcher d’un air décontracté en direction de l’endroit où il avait rendez-vous avec le Tigre. Très vite, la forêt résonna des cris des animaux : “le puissant Lapin a conquis l’Eléphant et maintenant il cherche le Tigre”.
Le Tigre entendit les cris et devint un peu anxieux. Il ne croyait pas vraiment le Lapin capable de faire du mal à lui ou l’Eléphant, mais en même temps, il pensait qu’il valait mieux pour lui de trouver un compagnon pour combattre à ses côtés, dans le cas où le Lapin le chercherait vraiment après avoir conquis l’Eléphant. Il expliqua donc aux animaux que c’était lui et non pas le Lapin qui mangerait l’Eléphant. “Et aujourd’hui”, continua le Tigre, “l’Eléphant vient à ma rencontre comme prévu, pour que je puisse le manger. Mais je ne suis pas un glouton et si l’un d’entre vous souhaitait venir avec moi, je partagerais volontiers la carcasse de l’Eléphant avec lui”. “Nous n’oserions jamais, nous n’oserions jamais !”, répondirent en chœur les animaux, “le puissant Lapin nous mangerait tous après t’avoir dévoré.” Après avoir dit cela, ils s’enfuirent tous en courant, en simulant une immense frayeur. Le Singe, qui était resté assis à part sur une branche pendant tout ce temps, descendit de l’arbre et proposa au Tigre de se joindre à lui.

Ainsi, le Tigre et le Singe allèrent de concert vers le point de rendez-vous. Quand ils y arrivèrent, ils se cachèrent derrière un buisson et attendirent l’arrivée de l’Eléphant. Alors qu’ils attendaient, ils entendirent de nouveau les cris de terreur des animaux et ils commencèrent à s’inquiéter. Le Singe se dit tout bas : “le Tigre est un animal fourbe, et si le Lapin était finalement aussi fort que tout le monde le dit, il s’enfuirait sans aucun doute en m’abandonnant à mon sort”. Il proposa donc au Tigre de nouer leurs queues, afin qu’ils ne puissent être séparés à l’approche de l’ennemi. “L’union fait la force, mon ami”, expliqua le Singe, “et nous devons faire front ensemble sans se séparer”. Le Tigre accepta avec entrain, car il pensait lui aussi que le Singe, qui était un animal perfide, l’abandonnerait au moindre danger. Ils nouèrent donc leurs queues et attendirent. Un peu plus tard, le Tigre et le Singe virent l’Eléphant s’approcher d’eux, avec le Lapin perché sur son dos. Le Lapin mangeait les bananes une par une et criait sans cesse : “je mange la cervelle de l’Eléphant, et je mangerai très bientôt celle du Tigre”. Le Tigre crut vraiment que les bananes étaient la cervelle de l’Eléphant et commença à trembler de la tête aux pieds. Il suggéra au Singe de s’enfuir. Mais le Singe lui répondit : “Espèce d’idiot, ce sont des bananes. Je le sais puisque j’en mange tous les jours”. Ces paroles ne rassurèrent le Tigre qu’à moitié et ce dernier resta sur ses gardes.

A ce moment-là, le Lapin qui avait vu les deux compagnons, lança un regard noir au Singe et lui cria : “Espèce d’incapable ! Tu t’es vanté de pouvoir m’offrir un gros Tigre bien gras et voilà que tu ne me ramènes ce petit Tigre tout maigre !”. A ces paroles, le Tigre s’enfuit d’un bond, en insultant le Singe. “Traitre ! Je comprends maintenant pourquoi tu m’as proposé de m’accompagner, pourquoi tu voulais que nous nouions nos queues et pourquoi tu me jurais qu’il ne s’agissait que de bananes !” Le Singe lui demanda d’arrêter de courir, mais le Tigre continua, traînant le Singe derrière lui, dès lors que leurs queues étaient encore attachées. Finalement, ils heurtèrent une souche et tombèrent. Le Tigre se releva et courut dans une direction, alors que le Singe commença à s’enfuir dans l’autre, si bien que leurs queues finirent par rester coincées dans la souche. Ils luttèrent, tirèrent jusqu’à ce que le nœud casse. Chacun partit ensuite dans une direction opposée, la queue ensanglantée, chacun accusant l’autre de traîtrise. Pendant ce temps, l’Eléphant remercia chaleureusement le Lapin, rentra et chez lui et ne revit plus jamais le Tigre. Les animaux de la forêt se souviennent encore de cette histoire, puisque c’est depuis cette époque que le Tigre et le Singe sont ennemis jurés.
Traduction: Guillaume Rebière

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

PORTRAIT D'ENTREPRENEUR

Interview - David Levrat, président de l’Eurocham

Président de l’EuroCham Myanmar depuis 2016, David Levrat est aussi responsable de Tractebel – Engie pour la Birmanie. Il est arrivé dans ce pays en 2004 avant de le quitter pour le redécouvrir...

Que faire en Birmanie ?

LIVRE

Un salon du livre pour ceux qui ont une faim de loup de lecture

Ce sera sa toute première apparition en Birmanie, sa page Facebook compte déjà plus d’1 400 000 likes et elle n’a été ouverte que le 18 décembre 2018, il se présente comme le plus grand salon...

Vivre en Birmanie

CULTURE

Conte birman: Le corbeau doré

L’histoire birmane nous a transmis de nombreux contes, issus de tout le pays, qui transmettent une morale au travers d’une courte histoire. Nous vous proposons aujourd'hui: le corbeau doré.