Mercredi 20 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Changement de partenaire pour la transformation de la gare de Yangon

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 03/10/2019 à 22:00 | Mis à jour le 03/10/2019 à 22:00
Photo : La gare de Yangon
Yangon central railway station gare en Birmanie

C’est finalement l’entreprise japonaise Sumitomo qui rejoint le consortium mis en place par les autorités birmanes pour transformer la gare de Yangon. Le projet consiste à restaurer et moderniser largement le bâtiment tout en préservant le patrimoine architectural, la gare datant de 1877, à y ajouter un musée des chemins de fer et surtout – ce qui explique l’intérêt des investisseurs - à utiliser une partie du terrain pour construire des habitations de luxe et un centre commercial associé à la gare. Un projet prévu pour des travaux durant 8 ans et un coût total estimé à plus de 2 milliards d’euros, pour une superficie à occuper et bâtir d’environ 25 hectares dans le centre de la vieille ville. L’appel d’offres avait été publié en 2015, 15 entreprises sélectionnées pour soumettre et finalement attribué en 2018 à un consortium de trois entreprises habituées à travailler ensemble : la singapourienne Oxley Holdings, la chinoise Sino Great Wall et la birmane Min Dhama, qui est une filiale du groupe de construction birman Mottama Holdings.

Las ! En un peu moins d’un an, la santé financière de certaines ces « investisseurs » a alimenté les gazettes économiques, et pas pour le meilleur. A Singapour Oxley Holdings a vu sa note financière dégringolée à cause de son niveau d’endettement et des doutes sur sa solvabilité – plus de 2,5 milliards d’euros doivent être remboursés dans les deux années à venir -, mais au moins tout cela s’est fait dans une certaine transparence. Une notion qui ne préside guère aux activités de Sino Great Wall, coté à Shenzhen et actuellement sous le coup d’une enquête des autorités financières chinoises qui l’accusent de pratiques opaques, de n’avoir pas suffisamment informé ses actionnaires sur les risques de son portefeuille de grands projets et surtout de collaborer avec des entreprises aux pratiques douteuses. Même pour les autorités chinoises, Sino Great Wall semble peu fréquentable. Outre la gare de Yangon, la compagnie chinoise a plusieurs gros projets de construction en cours en Birmanie, avec ses partenaires Mottama Holdings et Oxley Holdings, dont le M Tower sur Pyay Road et la Min Residences sur Mindhama Road.

L’enquête des autorités chinoises a alerté Myanmar Railways, l’entreprise birmane qui supervise le projet de rénovation et d’extension de la gare, qui a décidé de retirer son agrément à Sino Great Wall. Et du coup se devait de trouver un nouvel investisseur… Sur les conseils de plusieurs cabinets internationaux de consulting, les dirigeants de Myanmar Railways ont donc choisi la japonaise Sumitomo, qui s’était portée candidate. « Il nous faut maintenant revoir la structure contractuelle entre Sumitomo et les autres entreprises qui demeurent dans le projet, Mottama Holdings et Oxley Holdings, sachant que la structure générale de celui-ci ne doit pas changer. Une fois que nous serons tous d’accord sur le plan contractuel, nous demanderons l’accord final du gouvernement », explique un dirigeant de l'entreprise de chemin de fer.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

TECHNOLOGIES

Internet sous surveillance en Birmanie

D’après l’ONG étasunienne Freedom House, la liberté d’accès et d’usage de l’Internet est extrêmement limitée en Birmanie, et le projet de loi sur la cybersécurité peut tirer le pays encore plus bas.

Communauté

ÉVÉNEMENT

La CCI France Myanmar déménage

La CCI France Myanmar bouge vers de nouveaux locaux plus grands et plus modernes, à Times City, dans Sanchaung. Une étape clef pour son développement et une preuve de son dynamisme.

Expat Mag

Bangkok Appercu
ÉVÉNEMENT

Le pape François débute une visite en Thaïlande et au Japon

Le pape François est arrivé mercredi en Thaïlande, première étape d'un voyage de sept jours en Asie durant lequel il se rendra également au Japon, une première en près de 40 ans.