Samedi 24 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

À VOIR - Une plongée dans le 'Rungis' local

Par Lepetitjournal Birmanie | Publié le 25/10/2016 à 22:00 | Mis à jour le 26/10/2016 à 15:44

C'est ici que beaucoup de professionnels de la restauration et de l'agro-alimentaire de Yangon et des environs viennent se fournir en fruits et légumes. Ici, c'est le Thiri Mingalar Market, un marché de nuit qui ouvre ses allées vers 18h30 jusqu'au petit matin.

Bien sûr, le marché est ouvert à tous, mais force est de constater que l'on n'y va pas pour se promener. Il y a d'abord le trafic: la file de camions, de camionnettes et de taxis attendant clients et chargements forme aux alentours une immobilité animée et bruyante.

Une fois passé le trafic de la rue, il s'agit d'atteindre le marché en lui-même. Mais là encore, piétons, trishaws aménagés pour transporter des gros volumes et camions attendent leur heure, immobiles ou pas, il y en a toujours pour forcer le passage et ne vous trompez pas, c'est à vous de bouger.

Le trafic ne s'arrête pas vraiment une fois dedans puisque les trishaws et les porteurs, courbés par les charges, vous font ce son bien distinct et sonore pour vous signifier, toujours et encore, de bouger. Et il vaut vraiment mieux bouger sous peine de se retrouver avec leurs chargements sur le dos ! Parfois, ce n'est pas évident, le marché est étendu, très étendu et comporte certaines allées principales mais il n'y a pas vraiment d'espace perdu au Thiri Mingalar Market. Tout va n'importe où ; les caisses s'empilent et font office d'étal, les fruits et les légumes, formant des tas ou des pyramides, s'entassent sur des tables, des boîtes, des plastiques tendus à même le sol... tout va n'importe où, sur n'importe quelle surface et le reste, tels que ordures et déchets, par terre. L'avantage, c'est que quand vous entrez dans la section 'bétel', c'est alors un parterre de feuilles vertes que vous foulez et c'est assez agréable.

Il est dur sinon impossible d'avoir des chiffres concrets, tant sur les vendeurs que sur les clients ou encore le chiffre d'affaire du marché. Tout se négocie sur l'instant, se paie en liquide et s'emporte dans la foulée.
C'est un labyrinthe de légumes et fruits empilés dont l'origine est, pour la plus grande part, locale même s'il y a des produits importés, principalement de Chine et de Thailande. Mais l'intérêt de ce marché, c'est bien de se rendre compte de la primeur des produits et bien sûr, la possibilité de se fournir en quantité conséquente de produits de saison. Il est donc normal que l'endroit soit prisé des professionnels. 

Un autre avantage du Thiri Mingalar Market est la proximité du marché du même nom mais dédié aux poissons et autres crustacés. Le marché est situé aux abords de la rivière Hlaing, à l'Ouest de Yangon et le spectacle de ces bateaux tous tassés sur les docks est aussi captivant que la bourse aux poissons lui faisant face. Entre celle-ci et l'entrée principale au niveau de la route se trouvent des rangées d'étals et de boîtes en plastique pleine de glace pilée et de poissons. L'ambiance est la même que pour les fruits et légumes, les porteurs sont un peu plus virulents et n'hésiteront pas à vous poussez si vous ne le faites pas vous-mêmes mais l'important n'est pas là.
Non, ce qui importe ici, c'est bien la fraîcheur des poissons, la variété également. Et quel plaisir de voir notre guide du jour, le Chef de l'Alex,  Ludovic Carpuat, malgré l'heure avancée de la nuit (1 heure et des poussières) et la fatigue, s'extasier devant tel et tel poisson et parler, l'oeil pétillant, d'une recette future faite de poisson et de légumes frais.
Sébastien Lafont-Frugier (www.lepetitjournal.com/Birmanie) Mercredi 26 Octobre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lepetitjournal.com birmanie

Lepetitjournal Birmanie

Lepetitjournal.com Birmanie est le média gratuit des Français, des francophones et des francophiles en Birmanie
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour

Sur le même sujet