Mercredi 15 juillet 2020

Une Libanaise brièvement incarcérée pour avoir diffamé Michel Aoun

Par Victor Lachenait | Publié le 20/08/2017 à 13:23 | Mis à jour le 22/09/2017 à 09:37

Hanadi Gergès, libanaise de 27ans, a été détenue pendant trois jours pour avoir diffusée sur les réseaux sociaux un message critiquant sans le citer le président libanais Michel Aoun. Ce n'est pas la première personne arrêtée pour avoir divulgué du contenu considéré comme diffamant des responsables politiques.

La jeune femme avait publié un message sur les réseaux sociaux reprenant les paroles d'une chanson égyptienne critiquant sur un ton sarcastique le président égyptien Al-Sissi. Sa reprise s’attaquait implicitement à Michel Aoun.

Au Liban, la diffamation, la calomnie ou l'insulte à l'égard de responsables de l’État dépendent du pénal. Les individus jugés coupables d'avoir insulté le président, ou un symbole de la nation encourent ainsi jusqu'à deux ans de prison.

À sa sortie du palais de Justice de Tripoli, Hanadi Gergès a déclaré avoir été traitée comme si elle avait commis un crime grave. « La liberté d'expression est sacrée et tous les citoyens libanais ont le droit de l'utiliser » a-t-elle déclarée.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Les filles au Liban en première ligne face au coronavirus

La pandémie a surgi au Liban dans un contexte de crise économique sévère. Entre lutte contre la faim, discriminations et violences, Plan International met en garde sur la vulnérabilité des filles