Lundi 25 juin 2018
Beyrouth
Beyrouth
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le cimetière protestant de Beyrouth, un espace ouvert sur la ville

Par Hélène Boyé | Publié le 12/06/2018 à 09:38 | Mis à jour le 13/06/2018 à 09:15
cimetière 2

Dimanche 17 juin, à 18h30, le musicien et chanteur Oussama Abdel Fattah donnera un concert de musique orientale accompagné de son oud en toute intimité au cimetière protestant de Beyrouth. Rénové en octobre 2017, ce cimetière a également vocation à être un jardin ouvert à tous.

Situé à l’entrée de la rue de Damas, dans le quartier de Sodeco, à Beyrouth, le cimetière protestant existe depuis le milieu du 19eme siècle et est propriété de l’Eglise protestante française depuis la première guerre mondiale. Peu entretenu, le cimetière semblait à l’abandon.

Lorsque le pasteur Pierre Lacoste a pris ses fonctions au Liban il y a cinq ans, il a décidé de le réhabiliter pour en faire un lieu de vie. Son ambition, faire de ce cimetière, « un lieu où il fait bon vivre ».

cimetière protestant de Beyrouth

 

Les travaux de réhabilitation ont duré près de deux ans. Aujourd’hui, le portail est ouvert de 8 heures à 14h. A l’entrée, des panneaux racontent l’histoire du cimetière. Les cyprès sont élagués. Au fond, on trouve un espace jardin avec une belle pelouse et des bancs, aménagé à l’ombre à l’ombre du figuier et de l’olivier. L’ancienne maison du gardien a été restaurée et à l’étage où se trouve maintenant une chambre haute pour accueillir des retraitants. Les 2000 m2 du cimetière sont devenus « un endroit où on vient pour s’assoir à l’abri du tumulte de la ville, pour rencontrer l’autre », indique le pasteur Lacoste.

Et pour en faire un lieu de partage, des concerts de musique sont organisés au mois de juin, mais dans un cadre intimiste, propre à sa vocation spirituelle. Ils seront uniquement donnés les dimanches soirs, plus paisibles que les autres jours de la semaine dans la capitale.

Le premier rendez-vous est fixé pour le 17 juin, à 18h30, où Oussama Abdel Fattah donnera un concert. Ce Libanais, spécialiste de la musique orientale, chante des poèmes en arabe qu’il accompagne de son oud.

Le deuxième rendez-vous aura lieu le 24 juin à la même heure. Cette fois, il s’agit d’une soirée musicale entre amis, une post-Fête de la musique avec des professeurs du Collège protestant français. Philippe Rigot, professeur de physique, jonglera entre piano, violoncelle et saxophone. François Monnier, professeur des écoles, jouera de la guitare et de la basse. Marielise El Hage, professeur de lettres, jouera de la guitare. Lucie Rajha, professeur de lettres, jouera du violon, et le pasteur Pierre Lacoste les accompagnera à la guitare, à la basse et au cajon. Tous chanteront des reprises de chansons en résonnance avec les lieux. Chacun viendra en ami et apportera à boire ou à manger.

En octobre, le collectif Kahraba jouera son spectacle « Géologie d’une fable » qui mêle conte, danse, musique et sculpture à l’argile exécutée sur scène.

 

Oussama Abdel Fattah musicien oud Liban

 

Hélène Boyé, directrice de la publication de LPJ Beyrouth

Hélène Boyé

Co-fondatrice et directrice de publication LPJ Beyrouth. Expatriée depuis plus de 17 ans au Liban, atteinte de « libanolose », mon seul désir, faire connaitre le Liban sous un autre regard.
0 CommentairesRéagir

Que faire à Beyrouth ?

CULTURE

Quand la musique ouvre en grand les portes de Beyrouth

Organisée par l’Institut Français, la Fête de la musique a été l’occasion pour les Beyrouthins de se réapproprier certains espaces de la ville au rythme de la musique.