Vendredi 21 septembre 2018
Beyrouth
Beyrouth
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La leçon de démocratie de Michel Wieviorka

Par Margot de Metz | Publié le 13/10/2017 à 21:02 | Mis à jour le 13/10/2017 à 23:25
Photo : prise du compte twitter de l'Institut français
Michel Wieviorka 2

Dans le cadre des Rencontres de la Résidence des Pins, le célèbre sociologue français a donné une conférence sur les limites et les perspectives de la démocratie qui, selon lui, est en profonde mutation.

 

Le grand salon de la résidence de l’ambassadeur  de France a fait salle comble mercredi pour écouter le propos de Michel Wieviorka sur la démocratie, multipliant les exemples historiques et de l’actualité récente.

 

L’ambition des Rencontres de la Résidence des Pins, « ouvrir au public les portes d’un des joyaux du patrimoine français à l’étranger et en animer les pierres par des débats d’idées », a affirmé Bruno Foucher en introduction de cette rencontre, dont la thématique « intéresse autant à Paris qu’à Beyrouth », prenant les exemples des mouvements issus de la société civile Nuit Debout et de Beyrouth Madinati. Il a par ailleurs annoncé que l’imagination au pouvoir sera le thème abordé lors de la prochaine Nuit des idées qui aura le 25 janvier 2018.

 

Pour Nicolas Dot-Pouillard, chercheur à l'Institut français du Proche-Orient (IFPO) qui a présenté le sociologue, M. Wieviorka n’est pas qu’un observateur, il « prend des positions dans le débat public ».

 

D’emblée, Michel Wieviorka donne le ton : « Aujourd’hui le monde s’affole et annonce la mort de la démocratie. Je ne vais pas être aussi pessimiste ». Le sociologue débute sa démosntration en expliquant que la réflexion sur la question de la démocratie a pris un tournant vers la fin du XXème siècle.  En 1989, la chute du mur de Berlin a sonné « le triomphe généralisé de la démocratie » selon les termes de Francis Fukuyama.  Selon lui, c’est à ce moment-là que les interrogations sur la démocratie sont apparues.

 

M. Wieviorka a exposé les défis auxquels est confrontée la démocratie, exemples à l’appui. Selon lui, la démocratie n’a pas permis de réduire les inégalités et la pauvreté. Il explique également que ce système est remis en cause lorsqu’il s’agit de traiter les volontés d’émancipation des minorités. Il ajoute par ailleurs que la démocratie représentative montre aujourd’hui ses limites.

 

Comment expliquer ces limites ? « La politique est à l’image de la société : si la démocratie représentative est en crise, c’est parce qu’en amont, la société qu’elle représente est elle-même en crise », a affirmé M. Wieviorka, prenant notamment appui sur les conséquences de la dernière élection présidentielle en France qui ont éliminé la gauche et la droite.  Le sociologue a ensuite abordé la question de la démocratie représentative, présentant différents systèmes alternatifs comme la démocratie directe, participative et délibérative.

 

« Al’échelle de l’Histoire, il y a une  formidable extension de la démocratie », a-t-il conclu. Selon lui, il faut réfléchir aux possibles mutations de la démocratie pour résoudre ses défis.

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire

Vivre à Beyrouth

RÉTROSPECTIVE

Du 16 au 18 septembre 1982, les massacres de Sabra et Chatila

Le 6 juin 1982, Israël envahit le Liban, c’est l'opération "Paix en Galilée" déclenchée officiellement en représailles de la tentative d'assassinat visant l’Ambassadeur israélien à

Sur le même sujet