Lundi 22 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Julie Gayet assiste à la première projection de “l’Insulte” à Paris

Par Ammar ABD RABBO | Publié le 06/02/2018 à 10:15 | Mis à jour le 08/06/2019 à 16:34
Photo : Joëlle Touma, Julie Gayet, Ziad Doueiri
Joëlle Touma, Julie Gayet, Ziad Doueiri

 

La première projection publique parisienne du film “L’Insulte” du réalisateur libanais Ziad Doueiri a eu lieu à l’Ecole Militaire à Paris, au profit de l’Association d’Aide aux Victimes du Terrorisme au Liban (AVT- Liban), présidée par Odette Chesnot. 
 

On y a croisé des visages connus, comme les journalistes Nahida Nakad, Christian Chesnot ou Georges Malbrunot, ainsi que l'actrice Julie Gayet, qui est l'une des productrices du film, venue avec ses parents.
 

Après la projection, le public a eu le plaisir d’écouter et de discuter avec le réalisateur Ziad Doueiri et la co-scénariste Joëlle Touma.
 

 

Projection publique du film “L’Insulte” de Ziad Doueiri à l’Ecole Militaire à Paris.jpgOdette Chesnot.jpg Georges Malbrunot, Michel Beuret, Chistian Chesnot.jpgJoëlle Touma, Julie Gayet, Ziad Doueiri, Christian et Odette Chesnot avec l'équipe de l'AVT- Liban.jpg

 

Nous vous recommandons

Ammar Abd Rabbo

Ammar ABD RABBO

Journaliste et photographe franco-syrien. Il a photographié les grands de ce monde : de la reine d'Angleterre au colonel Kadhafi, en passant par Bachar el-Assad, la reine Rania de Jordanie et l'ancien Premier Ministre du Liban Rafic Hariri.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Michel mar 06/02/2018 - 13:55

Que ce magnifique projet s'épanouisse partout où les hommes comprendront à quel point le traitement du SPT est indispensable. On ne reconstruit jamais les pierres sans reconstruire les âmes qui les habitent.

Répondre

Que faire à Beyrouth ?

J'AI TESTÉ POUR VOUS

Où aller à la plage cet été au Liban ? Notre sélection

Avec 200 kilomètres de littoral et un climat méditerranéen où les températures peuvent dépasser les 30°C, le pays est un écrin parfait pour la baignade et le farniente.

Expat Mag

"Pires que la prison": les centres pour mineurs philippins sont le théâtre d'abus

Le crime de Jerry, un Philippin de 11 ans? Avoir violé les lois sur le couvre-feu des mineurs après avoir fui la violence à la maison. Son châtiment? Un séjour en centre de détention pour la ...