Mercredi 17 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Gouvernement, Aznavour, générateurs… l’actu de la semaine au Liban

Par Rédaction LPJ Beyrouth | Publié le 05/10/2018 à 21:08 | Mis à jour le 06/10/2018 à 12:12
photo_2

L’actualité de ces sept derniers jours a été marquée par les espoirs d’une formation rapide du gouvernement, le décès de Charles Aznavour, grand ami du pays du Cèdre, et par le bras de fer entre les propriétaires de générateurs et l’Etat libanais.

 

Hariri : un gouvernement « dans 7 à 10 jours »
Jeudi, le Premier ministre sortant Saad Hariri a assuré que le gouvernement serait formé « dans 7 à 10 jours », précisant que la gravité de la situation économique ne supportait plus les rivalités entre partis. Plusieurs responsables alertent sur les difficultés financières du pays, qui accentuent le besoin immédiat de réformes. La veille, M. Hariri s’était montré optimiste suite à une rencontre avec le président Michel Aoun.

 

Aznavour, décès d’une star au Liban
Considéré comme l’un des plus grands auteurs-compositeurs du XXème siècle et emblème de la diaspora arménienne, qui constitue une communauté importante au Liban, le chanteur français d’origine arménienne, Charles Aznavour, décédé lundi, avait un lien certain avec le Liban ou il s’est produit une vingtaine de fois. Des affiches de l’artiste ont fleuri un peu partout dans les quartiers arméniens de Beyrouth, comme un dernier hommage à la première célébrité s’étant produite après la guerre sur le sol libanais en 1977.

 

Protestations contre les nouvelles normes sur l’électricité libanaise
Jeudi, les propriétaires de générateurs privés ont menacé de coupures de courant en signe de protestation contre la mesure du ministère de l’Economie les obligeant à installer un compteur calculant la consommation réelle. Jusque là, les clients devaient payer un forfait mensuel. Les propriétaires de moteur juge injustes les tarifs imposés par le gouvernement. Electricité du Liban ne fournit que 2/3 de la production du pays. Les consommateurs recourent à ces générateurs pour combler les manques.

 

Le patron de HRW reçu par Aoun
Michel Aoun et le président de Human Rights Watch (HRW), Kenneth Roth, se sont rencontrés jeudi. M. Roth a évoqué le traitement des réfugiés, insistant sur l’importance d’un retour « non contraint ». Les deux hommes ont également évoqué une éventuelle possible réforme d’une loi de 1925 qui ne permet pas aux Libanaises mariées à un étranger de transmette leur nationalité.

 

Plusieurs centaines de réfugiés reviennent en Syrie
Lundi, plusieurs centaines de réfugiés sont partis vers la Syrie. On estime à plusieurs dizaines de milliers le nombre de Syriens rapatriés dans le cadre d’opérations de « retour volontaire » orchestrées de la Sureté générale. Son patron estime que 200.000 ressortissants syriens pourraient être rapatriés d’ici un an. On évalue à 1,5 millions le nombre de réfugiés syriens au Liban.

 

Nous vous recommandons

20604182_1986862718196222_75806932469089064_n

Rédaction LPJ Beyrouth

L'édition de Beyrouth de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles dans le monde.
0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire

Actualités

RÉTROSPECTIVE

Gouvernement, Francophonie, An-Nahar… l’actu de la semaine au Liban

L’actualité de ces sept derniers jours a été marquée par le déplacement de Aoun, en Arménie, pour le sommet de la francophonie, l'édition vierge du quotidien An-Nahar, le passage d’IAM à Beyrouth et

Communauté

DISPARITION

Aznavour, au Liban comme chez lui…

L’un des derniers géants de la chanson française, qui s’est éteint dans la nuit de dimanche à lundi, à l'âge de 94 ans, s’est produit une vingtaine de fois au pays du Cèdre.

Que faire à Beyrouth ?

ENVIRONNEMENT

Badaro a aussi son petit marché de quartier

Tous les dimanches de 9h à 14h jusqu'à fin juin, le quartier résidentiel de Beyrouth accueille à l’école Saint Sauveur des petits producteurs locaux dans une ambiance conviviale.