Mardi 10 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BEYROUTH - L’histoire de la statue des Martyrs

Par Hélène Boyé | Publié le 06/05/2019 à 08:08 | Mis à jour le 06/05/2019 à 10:00
statue des Martyrs beyrouth liban

Au coeur de la place des Martyrs, noeud central de Beyrouth, trône une statue de bronze éponyme. Son histoire raconte aussi une partie de celle du Liban.

 

La liberté montrant le chemin
La statue représente une femme qui tient dans sa main droite un flambeau tout en en laçant de son bras gauche un jeune homme : c'est la liberté montrant le chemin. À ses pieds gisent deux martyrs.

Érigée en 1960, elle est l'oeuvre d'un sculpteur italien, Renato Marino Mazzacurati (1907 -1969). Il a aussi réalisé la statue de l'ancien président Riad El-Solh qui siège sur la place du même nom à deux rues de là.

La Statue des Martyrs symbolise l'indépendance du Liban face à l'Empire Ottoman. Elle succède à une autre qui existait là depuis 1930, elle aussi appelée Statue des Martyrs. Cette dernière avait été réalisée par Joseph Hayeck, un sculpteur libanais. Elle représentait deux femmes, l'une musulmane, l'autre chrétienne, se joignant les mains au-dessus d'une urne funéraire et pleurant sur le sort de leurs enfants. Elle se trouve aujourd'hui dans les jardins du musée Sursock.

 

statue des martyrs beyrouth
Statue des Martyrs, 1930

 

21 nationalistes libanais et syriens pendus
Les Martyrs que cette statue commémore sont ceux qui ont été pendus le 6 mai 1916 sur cette même place. À cette époque, elle s'appelait « Place des Canons ». Ce jour-là, 21 nationalistes libanais et syriens sont exécutés à Beyrouth et à Damas sur ordre de Jamal Pacha, chef militaire ottoman de la région, alors en poste à Damas. De ces exactions Jamal Pacha sera surnommé « Al-Saffâh », le boucher en arabe. Il fut aussi l'un des responsables turcs du génocide arménien.

C'est après le démantèlement de l'Empire Ottoman, et à l'initiative du mandat français qui lui succède, que la place prend le nom de place des Martyrs. 

 

La statue des Martyrs aujourd'hui
La statue des Martyrs, aujourd'hui, n'est plus exactement celle de 1950. Elle est criblée d'impacts, l'un des martyrs ayant même perdu un bras. La ligne de démarcation, tracée durant la guerre civile qui a sévi pendant 15 ans, passait à hauteur de cette statue.

Au sortir de la guerre, la question de l'avenir de la statue « martyrisée »  a été posée. Fallait-il la remplacer, la restaurer à l'identique ou la garder avec ses « blessures ».  Elle séjourna alors plusieurs années dans les jardins de l'USEK (Université Saint-Joseph de Kaslik) puis sera finalement remonté par le sculpteur libanais Issam Khairallah.

Depuis 2004, la statue, qui a gardé les stigmates de la guerre, trône à nouveau sur sa place.

 

Statue des Martyrs, 1970
Statue des Martyrs, 1970

 

Statue des Martyrs, 1982
Statue des Martyrs, 1982

 

Statue des Martyrs beyrouth liban
Statue des Martyrs, aujourd'hui

 

Nous vous recommandons

Hélène Boyé, directrice de la publication de LPJ Beyrouth

Hélène Boyé

Co-fondatrice et directrice de publication LPJ Beyrouth. Expatriée depuis plus de 17 ans au Liban, atteinte de « libanolose », mon seul désir, faire connaitre le Liban sous un autre regard.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Gio ven 10/05/2019 - 07:45

L'université saint Joseph de kaslik n'existe pas C'est soit l'université saint esprit kaslik (USEK) Soit l'université saint Joseph de Beyrouth (USJ) Sinon l'article est très intéressant.

Répondre
Commentaire avatar

berythe sam 10/03/2018 - 14:54

Tres interessant ... Avez vous publie d'autres articles pour les jeunes?

Répondre

Que faire à Beyrouth ?

CINÉ

Beirut Art Film Festival : Un acte de foi dans la renaissance du Liban

Un mois et demi après l'annonce du Beirut Art Film Festival - BAFF et malgré la situation difficile au Liban, l'inauguration de la 5ème édition du Festival s'est tenue à l’AUB, le jeudi 5 décembre.

Vivre à Beyrouth

COMMUNIQUÉ

FANTASMEEM du Goethe-Institut Libanon en soutien aux designers

Lancé en septembre 2018, le programme FANTASMEEM vise à construire un pont entre la créativité artistique, l’artisanat et l’entreprenariat culturel avec un intérêt particulier pour le design.

Expat Mag

SOCIÉTÉ

Jérôme Fourquet s'alarme de la déconstruction de la société

Jérôme Fourquet -directeur de département à l'IFOP- présente une analyse de la société française au premier anniversaire de la crise des gilets jaunes, dans son dernier livre "L'Archipel français".

Sur le même sujet