Avoir le chauffage central fera grimper les charges de copropriété en Espagne

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 20/09/2022 à 16:45 | Mis à jour le 20/09/2022 à 16:45
Photo : claudio schwarz-unsplash
Un chien regarde par la fenêtre d'un appartement en Espagne

L'augmentation de la consommation d'électricité des ascenseurs et portes de garage, le maintien de la TVA à 21% et la hausse de l'IPC dans les contrats de nettoyage et d'entretien feront grimper le coût des charges.

 

 

Les copropriétés sont confrontées depuis des mois à la hausse des prix de l'électricité, ainsi qu'à une augmentation des frais de contrats d'entretien, dûe à la mise à jour de l'IPC. Mais la situation peut être beaucoup plus préoccupante dans le cas des copropriétés disposant d'un chauffage central au fioul ou au gaz.

Des hausses de 20 à 40%

"Les charges vont augmenter entre 20 et 40% et les copropriétés qui ont une trésorerie très tendue vont avoir de vrais problèmes". C'est ce qu'affirme l'Association madrilène des syndics de copropriétés qui a expliqué lors d'une conférence de presse qu'une facture normale de carburant de 20.000 euros pourrait passer à plus de 100.000 euros l'hiver prochain.

La facture d'électricité d'un garage, payée 5.380 euros en 2019, est passée à 11.511 euros

Le prix du fioul, dix fois plus cher qu'en 2020

Le prix du fioul domestique a été multiplié par dix depuis 2020. Or, dans les logements dotés d'un chauffage central, le prix du gazole représente entre 50 et 55% des charges, de sorte que les factures augmenteront davantage que dans ceux dotés d'un chauffage individuel, où l'on s'attend à une hausse des charges d'environ 15%.

Augmentation des coûts d'électricité pour les ascenseurs et les garages

L'augmentation de l'électricité est une autre des dépenses les plus importantes pour les copropriétés. Selon l'association des syndics de Madrid, la facture d'électricité d'une entrée avec ascenseur, payée 675 euros en 2019 atteint désormais 1.505 euros, et celle d'un garage payée 5.380 euros est passée à 11.511 euros aujourd'hui.

De nombreuses copropriétés vont devoir repenser les coûts fixes tels que les piscines, l'électricité et le jardinage

Pour cette raison, Le Conseil général des syndics de copropriétés (CGCAFE) a envoyé un courrier au ministère de la Transition écologique pour demander qu'un tarif d'électricité beaucoup moins cher soit appliqué aux copropriétaires, comme celui des ménages. Sans réponse jusqu'à présent.

 

Dans le cas du gaz, le CGCAFE demande que le tarif réglementé du gaz (dont bénéficient les particuliers) soit étendu à toutes les copropriétés disposant d'un chauffage central et ayant une facturation individualisée de la consommation. Il demande également que la réduction de la TVA de 21% à 5% sur la facture de gaz soit également appliquée aux factures envoyées aux copropriétés.

Répercussion de l'IPC

La hausse de l'inflation se traduira également par une augmentation des coûts des contrats de nettoyage, de sécurité, de dératisation, d'entretien des ascenseurs et d'autres services, dont les conditions prévoient une actualisation en fonction de l'IPC. De nombreuses copropriétés vont devoir repenser les coûts fixes tels que les piscines, l'électricité et le jardinage. En définitive, l'hiver risque d'être chaud.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale