Jeudi 22 avril 2021
Barcelone
Barcelone

Le Tribunal Suprême destitue Quim Torra

Par Francis Mateo | Publié le 28/09/2020 à 13:44 | Mis à jour le 28/09/2020 à 13:47
quim torra destitution

Le Tribunal Suprême a définitivement inhabilité le président de la Generalitat. Quim Torra est accusé d'avoir affiché une pancarte sur la façade de la Generalitat, réclamant l'amnistie des responsables politiques et associatifs emprisonnés ou en exil, suite au procès du référendum illégal d'autodétermination du 1er octobre 2017. La décision du TS, jugée « totalement disproportionnée » par Quim Torra et l'ensemble des élus indépendantistes catalans, inaugure une période d'incertitude dans la gouvernance de la Generalitat. Si les partis indépendantistes de la majorité parlementaire ne parviennent pas à s'entendre, la présidence de la Generalitat restera en effet vacante jusqu'aux prochaines élections catalanes, à une échéance de cinq à six mois. 

francis mateo

Francis Mateo

Journaliste spécialisé en économie et tourisme, correspondant pour lepetitjournal.com en Catalogne, Francis Mateo est également directeur des éditions Barnanews.com (Barcelone).
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Pascal PILET lun 28/09/2020 - 19:33

Quelle tristesse pour la Catalogne. Et en même temps, la situation était prévisible. Le problème n'est pas tant que des hommes et des femmes politiques catalans soient favorables à l'indépendance, qu'ils soutiennent leurs compagnons et camarades emprisonnés ou en exil. Le problème est qu'ils utilisent, dans une période électorale, les institutions dans une démarche partisane. La République, dont ils se réclament promoteurs et défenseurs pose pour principe la neutralité des institutions publiques. Le Président de la Généralité ne pouvait l'ignorer, il aurait pu retirer, au moins le temps de la campagne électorale, les affiches et les symboles jaunes du soutien aux politiques en prison. Ce qui n'interdisait aux formations politiques indépendantistes d'en faire des thèmes de campagne. Cela aurait probablement évité la crise qui s'annonce -une de plus- dont la Catalogne avait nullement besoin.

Répondre
Commentaire avatar

Grandma mar 29/09/2020 - 11:37

Bien vu et bien dit! Merci du commentaire

Répondre
Commentaire avatar

Pascal PILET lun 28/09/2020 - 15:49

Triste pour la Catalogne, et en même temps hautement prévisible... La neutralité des institutions -et par voie de conséquence de leurs édifices- en période électorale, concourt au libre exercice de la démocratie. Ce qui n'empêche pas les partis politiques et leurs leaders, quand bien même exercent-ils des responsabilités politiques d'exprimer librement leurs opinions, y compris à propos de leurs compagnons incarcérés ou exilés, mais au titre de leur militantisme et non de leurs fonctions publiques. Pour des républicains, cela devrait être évident. En attendant, la Catalogne n'avait pas besoin de cette crise supplémentaire.

Répondre

Communauté

Madrid Appercu
BUSINESS

De Chong Qing à Madrid: Luis, un V.I.E. multiculturel !

À 26 ans le Franco-mexicain Luis Leyva entame sa deuxième année de mission en V.I.E. à Madrid, après avoir accompagné avec succès le premier client de Youkado en Espagne.

Vivre à Barcelone

Madrid Appercu
IMMOBILIER

Encadrement des loyers: débat au sein du gouvernement espagnol

Contrôler les prix ou inciter les propriétaires à baisser d'eux-mêmes les loyers ? Deux blocs d'idées s'opposent dans l'hémicycle espagnol et au sein même de la coalition gouvernementale.

Expat Mag

New York Appercu
COVID-19

Les USA mettent la France sur la liste des pays où ne pas voyager

Le département d'État américain a ajouté environ 100 pays cette semaine à sa liste consultative « Niveau quatre : ne pas voyager », mettant le Royaume-Uni, le Canada, la France.