"La vérité sur les contrefaçons", une campagne contre la falsification en Espagne

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 30/11/2022 à 11:45 | Mis à jour le 02/12/2022 à 08:37
Photo : Couverture du guide europeen contre la falsification
un poisson déguisé en requin, sur la couverture du guide europeen contre falsification

Le commerce en ligne est devenu le principal canal de distribution des produits de contrefaçon. Ainsi, les produits contrefaits et piratés représentent 6,8% des importations de l'UE, pour une valeur de 121 milliards d'euros.

 

Le bureau espagnol des brevets et des marques (Oficina Española de Patentes y Marcas- OEPM), a lancé pour la période des fêtes de Noël une nouvelle campagne de sensibilisation contre l'achat de produits contrefaits et ses conséquences sociales et économiques, avec le slogan "La vérité sur les contrefaçons".

 

Une consommation responsable et sûre

Le but est d'informer sur les conséquences de l'achat de produits contrefaits et sensibiliser l'ensemble de la population, en particulier les jeunes, à l'importance d'une consommation responsable et sûre.

Un tiers des jeunes déclare que le fait que le produit soit contrefait leur importe peu!

Selon la dernière étude de l'Office européen de la propriété intellectuelle, la pandémie de COVID-19 et l'augmentation du commerce en ligne et de la consommation de contenu numérique qui en résulte ont accru la distribution de produits contrefaits et piratés.

 

De plus en plus de contrefaçons de médicaments, d'aliments, de cosmétiques et de jouets

C'est ainsi que les produits contrefaits et piratés représentent 6,8% des importations de l'UE, pour une valeur de 121 milliards d'euros, ce qui nuit aux entreprises et en particulier aux PME. Le plus alarmant est qu'un nombre croissant de ces produits sont des contrefaçons de médicaments, d'aliments, de cosmétiques et de jouets. Ces données confirment que le piratage et la contrefaçon continuent de représenter une menace sérieuse pour la santé et le bien-être des consommateurs, ainsi que pour l'économie et l'emploi.

 

En outre, le commerce en ligne est devenu le principal canal de distribution des produits de contrefaçon. Plus de 50% des produits de contrefaçon saisis aux frontières de l'UE proviennent du commerce électronique. Les principaux produits contrefaits vendus en ligne sont les parfums et cosmétiques, les produits pharmaceutiques et les lunettes de soleil.

Plus de 50% des Européens âgés de 18 à 24 ans ont acheté au moins un produit contrefait en ligne au cours de l'année écoulée, contre 14% en 2019

Les produits de contrefaçon font fureur chez les jeunes

Autre constatation préoccupante: Les produits de contrefaçon font fureur chez les jeunes. Plus de la moitié des Européens âgés de 18 à 24 ans ont acheté au moins un produit contrefait en ligne au cours de l'année écoulée, délibérément ou accidentellement, contre seulement 14% en 2019!

 

En Espagne, cette pratique est encore plus répandue: environ 45% avouent avoir acheté des copies délibérément, contre 37% en Europe. Les articles les plus populaires sont les vêtements et les accessoires, suivis des chaussures, des appareils électroniques et des produits d'hygiène, des cosmétiques, des soins personnels et de la parfumerie.

 

C'est ce que révèle le 'tableau de bord sur les jeunes et la propriété intellectuelle' 2022 (Intellectual Property and Youth Scoreboard), produit par l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO). Le tableau de bord fournit des informations sur le comportement des jeunes en matière de violation des droits de propriété intellectuelle dans un contexte post-pandémique.

 

 

 

Quelles sont les raisons pour lesquelles les jeunes achètent des contrefaçons?

Tout d'abord, le prix. Le rapport indique que le caractère abordable des produits est le principal facteur, suivi par le simple désintérêt : 27% ont déclaré que le fait que le produit soit contrefait leur importait peu. La conviction qu'il n'y a pas de différence entre les produits authentiques et les contrefaçons, et la facilité de trouver ou de commander des contrefaçons sur Internet sont d'autres causes mentionnées. Enfin, 11% ont cité le fait que "des amis ou d'autres personnes que je connais le font" comme raison, une déclaration qui, pour l'organisme européen, souligne l'importance croissante des réseaux sociaux et des créateurs de contenu ou "influenceurs".

 

Le piratage reste stable par peur des cybermenaces

En revanche, le rapport signale que la piraterie intentionnelle reste stable. Un jeune consommateur européen sur cinq admet avoir délibérément accédé à du contenu piraté au cours des 12 derniers mois, un pourcentage similaire à celui enregistré ces dernières années. En Espagne, ce chiffre s'élève à 25%, soit un sur quatre.

 

Parmi les principales raisons de la perte d'intérêt pour le piratage figure le risque de cyberfraude, en plus des cybermenaces. En d'autres termes, les jeunes ne veulent plus télécharger de contenu à partir de sources illicites par crainte d'être piratés ou de subir un problème similaire.

Sur le même sujet
Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale