Dimanche 1 août 2021

LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Éric Morgeau, candidat du Front des Patriotes Républicains

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 29/05/2017 à 22:00 | Mis à jour le 30/05/2017 à 06:05

Les Français installés à l'étranger sont appelés aux urnes les 4 et 18 juin prochains afin d'élire les députés qui les représenteront à l'Assemblée nationale. Tous les jours jusqu'aux élections, lepetitjournal.com donne la voix à chaque candidat pour qu'il puisse se présenter aux Français d'Espagne. Ils sont 84.730 électeurs à être inscrits sur les listes électorales en Espagne, pour un total de 112.029 électeurs pour l'ensemble de la 5ème circonscription des Français de l'Étranger, correspondant aux citoyens français installés en Espagne, au Portugal, en Andorre et à Monaco. 

Aujourd'hui nous rencontrons Éric Morgeau, le candidat du Front des Patriotes Républicains pour la 5ème circonscription des Français établis hors de France.

Lepetitjournal.com : Pouvez-vous nous résumer votre parcours et nous préciser quelles ont été vos motivations pour entrer en politique ?
Éric Morgeau :
"Expatrié depuis plus de 8 ans à Barcelone, je suis issu du milieu civil et travaille comme directeur commercial dans un laboratoire français de cosmétique et de phytothérapie. En parallèle, j'ai également créé l'an dernier une petite agence de communication, pour répondre à ce besoin d'entreprendre qui me pousse à aller toujours de l'avant. Entrer en politique est pour moi un engagement qui implique un vrai désir de servir l'intérêt national, mais surtout l'intérêt de mes compatriotes Français de l'étranger ; aussi l'idée d'un parti politique dont les membres sont issus du monde du travail, tous Français de l'étranger, m'a séduit et incité à me lancer. C'est ainsi que j'ai décidé de m'impliquer et de rejoindre le Front des Patriotes Républicains (FPR), avant tout pour son programme bien sûr, mais aussi pour son engagement authentique et sincère vis-à-vis des Français de l'étranger, si souvent ignorés par les grands partis. Nos propositions ont été faites pour les expatriés et par des personnes habitant vraiment à l'étranger - et non par des "équipes parisiennes - qui ont donc une vision concrète de ce qui peut être fait et amélioré dans les domaines tels que la scolarité de nos enfants, l'administration, la fiscalité, les démarches administratives, ? c'est ce qui a fini de me convaincre à la fois de militer et de me présenter aux élections législatives, pour cette formation. Nous, Français de l'étranger, sommes toujours les oubliés de chaque élection, il faut que cela change enfin, et nos intérêts ne peuvent être correctement défendus par une personnalité parachutée 15 jours avant les élections ?. ".

Être député de la 5ème circonscription, qu'est ce que cela représente pour vous? Quels sont vos liens avec cette circonscription/ avec l'Espagne ?
"Pour moi un député a une double vocation : être à l'écoute de ses compatriotes, les rencontrer, les entendre, les comprendre, pour pouvoir traduire leurs attentes en revendications et en propositions. Il a ensuite un second rôle : être actif à l'Assemblée Nationale, pour poser des questions, proposer des amendements, ?uvrer au sein des commissions. Un bon député doit donc être à la fois un homme de terrain et un bon connaisseur des problèmes législatifs. Il doit ensuite être un homme de valeur, un homme de convictions, un homme de parole. C'est l'ensemble de ces qualités que je veux offrir à mes compatriotes ! 
Quant à mon lien avec la 5ème circonscription, il est évidemment très fort, car je vis à Barcelone depuis août 2008, mon fils est né ici, il est scolarisé au Lycée Français de Barcelone, donc je peux dire que la vie de Français de l'étranger, c'est vraiment ma vie, mon combat".

Quelles sont vos 3 priorités/propositions parmi les problématiques concernant les Français vivants à l'étranger (emploi, fiscalité, éducation, culture, représentation, administration...) ? 
"Parmi les nombreuses problématiques qui concernent les Français établis hors de France, je pense qu'il est important de se concentrer d'abord sur la fiscalité, l'éducation, la protection sociale et si je devais en ajouter une quatrième, je dirais le rayonnement de la culture française : 
En tant que père de famille, je veillerai tout particulièrement à défendre notre programme concernant la scolarisation de nos enfants; pour moi scolariser ses enfants dans le système scolaire français à l'étranger ne doit pas être un luxe mais un droit. Or avec des frais d'écolage moyens de près de 5.000 euros par an (sur l'ensemble des lycées français à travers le monde), peu de ménages Français peuvent suivre ! Je propose donc de lancer un vaste plan école, à l'image de celui qui a été initié à Londres, mais au niveau de toute la circonscription, afin d'augmenter rapidement le nombre de places. Je demande également à ce que les enfants de nationalité française soient prioritaires dans ces établissements et qu'ils bénéficient de la gratuité totale des frais d'écolage. Nos enfants sont les garants du rayonnement de la France dans le futur, il faut donc nous aider à les scolariser dans les Lycées Français. Pour ceux par contre qui en sont trop éloignés ou qui ne le souhaitent pas, il faut déveloper les filières d'alternance (plus de classes bilingues dans les lycées de nos pays d'acceuil, plus de cours en ligne, accessibles gratuitement, ?)
En tant que père de famille, je suis également attaché à la protection sociale. On ne sait jamais, même quand on est jeune, ce qui va nous tomber dessus, accident, maladie, ? tout peut arriver à tout moment. La France est certainement le pays le plus avancé dans le monde sur le plan de la protection sociale de ses concitoyens. Par contre dés lors qu'on quitte le territoire, on nous oublie, on nous ignore, et quand on rentre au pays, on n'a même pas droit à la PUMA (Protection Universelle Maladie), on doit respecter un délai de carence avant de souscrire une nouvelle protection sociale compléntaire, ? : cela est injuste et inacceptable. Je souhaite donc être particulièrement actif sur ces points là. 
Par ailleurs, comme tout Français, je comprends la nécessité des impôts, mais quand ils sont injustes ou injustifiés, je ne comprends plus ! Je veux donc lutter contre les multiples injustices fiscales qui nous touchent directement : 
- la CSG/CRDS sur les revenus du patrimoine,  qui nous a été appliquée à partir de 2012, puis suspendue en 2015, et que Bercy envisage actuellement de rétablir sous une nouvelle forme, pour pouvoir contourner la décision de la Cour Européenne de Justice
- la taxation des résidences de nos compatriotes qui conservent leur ancienne résidence en France, et qui sont imposées comme résidences secondaires
- les prélèvements sociaux opérés en France sur les retraites des non residents, et qui sont sans fondement
Enfin, vecteurs et ambassadeurs de la francophonie, les Français de l'étranger devraient être les premiers à en bénéficier. Il faut donc permettre à tous les français de l'étranger de recevoir toutes les chaînes de télévision et radio françaises gratuitement, pour nous aider à maintenir notre lien culturel avec notre pays d'origine. Et il me paraît important de mettre à disposition, gracieusement, pour tous les enfants français intégrés dans le système scolaire de leur pays d'accueil, des cours d'enseignement à distance gratuities, du Français et de l'Histoire de France"

Quel bilan portez-vous sur l'action du député sortant? Sur quel(s) plan(s) auriez-vous agi différemment ?
"Arnaud Leroy a bénéficié de l'effet des élections présidentielles de 2012 pour se faire élire en tant que député, mais ensuite il n'a fait que courir après les mandats "hors circonscription" ( il s'est présenté aux élections municipales puis régionales dans le Sud-Ouest de la France) ; quant à son travail à l'Assemblée Nationale il n'a à aucun moment été dirigé vers les préoccupations des Français de l'étranger (il a été secrétaire de la commission du développement durable ?). Enfin sa présence en circonscription a été pour le moins "light", il suffit de regarder le faible nombre de permanences qu'il a assuré en Espagne ! Qu'est-ce que j'aurais fait de différent ? J'aurais multiplié les permanences en circonscription pour comprendre les attentes des Français d'Espagne, du Portugal, d'Andorre et de Monaco. Ce qui m'aurait permis d'entendre leurs cris d'alarme, et en conséquence : je n'aurais pas voté en 2012 l'application de la CSG/CRDS aux non-résidents. Je me serais opposé à la fermeture de plusieurs consulats (en Andorre, en Espagne, au Portugal)? En clair, j'aurais cherché à défendre les intérêts des Français de la 5ème circonscription plutôt que d'accentuer les injustices qui les accablent".

Quelle est votre réaction à l'élection d'Emmanuel Macron ? Si vous êtes élu, allez-vous soutenir son travail ou être dans l'opposition ? 
"Emmanuel Macron a surtout fait du Marketing électoral jusqu'ici, et son gouvernement est tellement hétéroclite, et porteur de convictions individuelles tellement divergentes que je me demande franchement quelle politique il va mener. Donc pour l'instant j'attends surtout de voir ce qu'il va concrètement faire et proposer avant de me prononcer.
Au Front des Patriotes Républicains, nous avons des convictions, et nous ne sommes ni à vendre ni à corrompre. Si ce nouveau gouvernement va dans la bonne direction, je le soutiendrai, si par contre il ne respecte pas ses engagements ou propose de mauvaises choses pour les Français de ma circonscription en particulier, je le combattrai ! C'est d'ailleurs la grande difference entre voter pour la candidate En Marche et voter pour le FPR, car la candidate En Marche sera obligée de voter oui à tout, ce qui n'est pas notre cas : nous apportons la garantie et la sécurité aux Français, que ce sont bien leurs aspirations qui resteront notre seule et unique préoccupation".

À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Alexis Boudaud, candidat du Parti Fédéraliste Européen
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Natacha Barral, candidate du Front National
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Hubert Patural, candidat de Centre-Droit avec la Société Civile
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Benjamin Leduc, candidat du Parti chrétien Démocrate 
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Gabrielle Siry, candidate du Parti socialiste

Propos recueillis par Perrine LAFFON (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 30 mai 2017
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
PHOTO

Covid-19 : les anti pass-sanitaire et antivax manifestent au Congrès à Nouméa

Retour en images sur la manifestation de ce samedi 31 Juillet devant le Congrès de Nouméa, cortège formés d'anti-vaccins et d'anti-pass sanitaire qui exultent leur droit à la liberté individuelle.

Sur le même sujet